Alimentation et Santé

Alimentation et Santé

derniers articles
  • 09-12
    DIY : 4 idées de décorations de Noël en emballages laitiers recyclés

    Des moments ludiques et écologiques à partager avec les enfants.

  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

Voir toutes les actualités
Yaourt et fraises
Allergie aux protéines de lait et intolérance au lactose : deux troubles différents
Lire la suite

Allergie aux protéines de lait et intolérance au lactose : deux troubles différents

Certains symptômes digestifs peuvent être identiques (diarrhée, vomissements, douleurs intestinales…) mais c’est là la seule similitude… Car tout différencie l’allergie aux protéines de lait de l’intolérance au lactose du lait.

Regardons les différences :

 

Les personnes concernées par ces réactions

Allergie aux protéines de lait L’intolérance au lactose du lait
Presque exclusivement des enfants en bas âge. L’allergie guérit dans 90% des cas avant l’âge de 6 ans. Principalement des adultes. La capacité à digérer le lactose est maximale chez le nouveau-né et décline progressivement avant de se stabiliser à un niveau variable selon les individus.

Le régime alimentaire à mettre en place

Allergie aux protéines de lait L’intolérance au lactose du lait
Éviction totale du lait et de tous les dérivés (ainsi que tous les aliments qui peuvent en contenir dans les rayons de nos grandes surfaces) tant qu’elle n’est pas guérie. Il n’est pas possible à la fois de pouvoir manger du fromage et de se dire allergique au lait.Les bébés allergiques sont nourris avec des laits spéciaux, formulés pour être adaptés à la fois à leur allergie et à l’alimentation du nourrisson. Modération des quantités de lait ingérées et consommation de fromages affinés (qui ne contiennent plus de lactose) ou de yaourts (dont les ferments aident à la digestion du lactose).L’éviction totale est inutile et même déconseillée.

Les causes de ces deux troubles

Allergie aux protéines de lait L’intolérance au lactose du lait
Déclenchement d’une réaction anormale de défense du système immunitaire après ingestion de protéines de lait. Le lactose non absorbé parvient au niveau du côlon. Là, il y a production de gaz par la flore intestinale qui le digère.

Les risques sur la santé

Allergie aux protéines de lait L’intolérance au lactose du lait
Se manifeste le plus souvent par un eczéma, des vomissements ou une diarrhée, mais peut parfois provoquer un choc anaphylactique ou un l’œdème de Quincke, graves. Selon les individus et la quantité de lactose ingérée, peut entraîner des ballonnements, des gaz et des douleurs intestinales, troubles passagers.

 

Attention ce n’est pas parce qu’on fait une réaction après avoir mangé un aliment que l’on est forcément allergique à cet aliment. Seul un médecin spécialiste allergologue peut établir le diagnostic.

En savoir plus sur l’allergie aux protéines de lait :

En savoir plus sur l’intolérance au lactose du lait :

Fracture
Les bienfaits des produits laitiers et du calcium sur l’ostéoporose
Lire la suite

Les bienfaits des produits laitiers et du calcium sur l’ostéoporose

Dans le cadre du vieillissement physiologique, à partir de la ménopause s’installe une phase de déminéralisation et une décalcification osseuse (diminution de la densité des os du squelette et une fragilisation par le manque de calcium dans les os) normale qui, selon son niveau d’atteinte, peut devenir une maladie : l’ostéoporose.

Une maladie osseuse touchant surtout les adultes de plus de 50 ans

L’ostéoporose (os poreux) est une maladie d’apparition progressive et silencieuse, dont les symptômes cliniques apparaissent à un stade avancé. Elle touche l’ensemble du squelette, qui associe une diminution de la densité osseuse à des modifications de l’architecture interne de l’os. Du fait de cette porosité, il y a une augmentation de la fragilité osseuse, dont le risque majeur est la fracture. Les tassements vertébraux qui nuisent beaucoup à la qualité de vie, puis chronologiquement la fracture du col du fémur source de dépendance pour les seniors, en sont la conséquence la plus redoutée.
Elle touche essentiellement les femmes, 30% à 40% de celles qui sont ménopausées (du fait de la carence en œstrogènes); les hommes ne sont pas épargnés mais sont atteints plus tard dans la vie.

Le diagnostic de l’ostéoporose se fait par un examen clinique : l’ostéodensitométrie.

Les facteurs de risques favorisant cette maladie :

  • l’apport insuffisant de calcium dans l’alimentation quotidienne
  • familial (fracture du fémur chez un parent ou les frères et sœurs)
  • la maigreur, avec un IMC (indice de masse corporelle) inférieur à 19
  • le tabagisme, l’alcoolisme
  • l’hyperthyroïdie (excès d’hormones thyroïdiennes fabriquées par la glande thyroïde),
  • certains médicaments (ex: corticoïdes au long court)
  • la sédentarité
  • une ménopause précoce

Quelques mesures de prévention :

  • l’apport adéquat et régulier de calcium. Les nutritionnistes conseillent aux femmes dès 55 ans – et aux hommes à partir de 65 ans – afin de maintenir le capital osseux, des apports en calcium identiques à ceux qui sont préconisés à l’adolescence : environ 1 200 mg/jour, l’équivalent à un bol de lait, un yaourt et une à deux portions de fromage. Le capital osseux se constitue dès l’enfance pour atteindre son maximum en fin d’adolescence, c’est le pic de masse osseuse qui détermine la qualité de l’os tout au long de l’existence. A titre on parle de prévention de l’ostéoporose dès les premières années de la vie.
  • le maintien d’une activité physique minimale tout au long de sa vie (minimum 30 minute de marche par jour recommandée), afin de renforcer les os et les muscles pour un meilleur équilibre
  • la lutte contre l’alcoolisme et le tabagisme
  • les méthodes de prévention des chutes
  • l’apport suffisant de vitamine D et la normalisation des apports en protéines,
  • et un traitement de substitution à la ménopause si l’indication médicale existe.

Ostéoporose : pourquoi faut-il consommer des produits laitiers ?

De part les qualités nutritionnelles du lait et des produits laitiers sont la meilleure source de calcium en comparaison avec les autres aliments. Ce calcium est particulièrement bien absorbé et retenu par l’organisme, son assimilation étant favorisée par un bon rapport entre calcium et le phosphore, ainsi que par la présence de lactose, de vitamine D et de protéines.

La consommation de 3 ou 4 produits laitiers par jour est recommandée par les experts du PNNS (Programme National Nutrition Santé) afin de limiter la perte osseuse, au sein d’une alimentation équilibrée et en associant une activité physique régulière.

Article recommandé :
A la ménopause, n’oubliez pas les produits laitiers !