A la une

derniers articles
  • 20-02
    Le rôle du fromage dans le « French paradox »

    Les mangeurs de fromage ont une mortalité cardio-vasculaire moindre que ceux qui n’en consomment pas.

  • 17-02
    Les bons accords entre vins rouges et fromages

    L’accord fromages-vins rouges est tout à fait possible en faisant attention aux tanins et en n’oubliant pas les vins doux.

  • 15-02
    Les 6 meilleures recettes de pain et fromage fondu

    Pain et fromage dans un sandwich chaud : qui dit mieux ?

  • 13-02
    3 idées de repas de Saint-Valentin pour ceux qui n’aiment pas la Saint-Valentin

    Parce qu’on en a marre de la cuisine gnangnan et des sentiments dégoulinants.

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes
-

3 idées de repas de Saint-Valentin pour ceux qui n’aiment pas la Saint-Valentin

Parce qu’on en a marre de la cuisine gnangnan et des sentiments dégoulinants.

Repas pour ceux qui n'aiment pas la St Valentin

Vous n’aimez pas la Saint-Valentin ? Vous considérez que cette fête n’est qu’une excuse de plus pour alimenter la frénésie commerciale de la société de consommation ? Vous adorez le goût des fromages en forme de cœur mais préféreriez qu’ils représentent une tête de mort ? Joignez l’utile à l’agréable avec nos trois menus dissidents.

Le plateau de fromages-qui-puent

Ah, le bonheur gustatif des fromages de caractère ! Bonne nouvelle : c’est en France que l’on trouve le plus de spécimens intensément odorants, dont certains pourraient bien faire défaillir un Américain ne connaissant pas le plaisir des pâtes molles à croûte lavée. Un certain Stephen White, Directeur de recherche à la Cranfield University (Grande-Bretagne), a d’ailleurs réalisé en 2004 une étude consacrée à ce sujet primordial. Le résultat est sans appel : les 10 fromages les plus odoriférants sont tricolores (gloire aux vieux boulogne, pont-l’évêque, camembert de Normandie, munster, brie de Meaux, roquefort, reblochon, livarot, banon et époisses). Nous, on sait que ces fromages sont bons – et souvent, leur bouquet ne nous gêne pas le moins du monde –, mais on imagine la tête des clients si un restaurant effronté leur consacrait un menu exclusif à l’occasion de la Saint-Valentin : de quoi rameuter la brigade des mœurs, alors même que cet embrassement de parfums n’est rien d’autre qu’un hommage vibrant au romantisme à la française.

La fondue savoyarde suivie d’une raclette puis d’une tartiflette

Chaque année, quand le 14 février approche, la presse ne manque pas de rappeler pour la énième fois sa liste habituelle d’ingrédients aphrodisiaques supposés pimenter la soirée de la Saint-Valentin. Gingembre, céleri, huître, truffe, fruit de la passion… : des mets convenus qui se distinguent par leur légèreté, avec l’idée sous-jacente qu’il faut garder de l’énergie pour ne pas s’endormir directement après le repas. La solution contestataire est toute trouvée : un menu spécial « fromages fondus », avec son cortège de plats aussi réconfortants pour bibi qu’angoissants pour les stars hollywoodiennes converties au régime brocolis-vapeur-jus-de-kale. Fondue, raclette et tartiflette gagnent tout de même à être accompagnées d’une salade verte copieusement aillée : on pourra toujours rétorquer aux conjoints mécontents qu’Henri IV lui-même, surnommé le « vert galant » en raison de son ardeur amoureuse, croquait de l’ail cru chaque matin. Bien sûr, après un tel repas, la fin de soirée est toute trouvée : à vos marques, prêts, dormez !

L’Alliance rebelle

Les cinéphiles auront compris l’allusion : la Saint-Valentin est aussi une bonne occasion de résister collectivement à cette fête forcée de l’amour qui tourne souvent en guerre des clones (à bas bouquets de fleurs et boîtes de chocolat !). Que l’on soit en couple ou célibataire, on affiche son insoumission en organisant une soirée entre copains autour d’un film d’aventures (Star Wars bien sûr pour le côté Luke Skywalker, figure de l’Alliance) ou, mieux encore, d’horreur. Pour le repas, le buffet façon apéritif dînatoire s’impose. Parce qu’on n’a pas envie de passer du temps en cuisine mais que ce n’est pas une raison pour manger n’importe quoi, on se lance dans un menu tout fromage avec des planches déposées sur la table basse (sans oublier les fromages-qui-puent de la première option anti Saint-Valentin). Autre solution : on décide unilatéralement de ne proposer que des spécialités d’Halloween. Non mais.

Plus d'articles

Mots clés