A la une

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

6 expériences scientifiques amusantes avec les produits laitiers

Leçons de choses laitières pour célébrer la Fête de la science.

Avalanche de lait

L’édition 2016 de la Fête de la science se déroulera du 8 au 16 octobre dans toute la France. Enseignants et parents, si vous en profitiez pour organiser un petit atelier de science laitière avec les enfants ?

1/ Fabriquer du fromage frais.

Impossible de fabriquer du fromage avec de l’eau ! C’est en effet grâce à ses nutriments et à leur assemblage spécifique que le lait peut être transformé en produits laitiers. Ensemencé avec de la présure, miracle : il coagule. On comprend alors que, dans le lait, ingrédient liquide et immaculé, il y a aussi de la matière sèche, et notamment des protéines.

> Les détails de l’expérience

2/ Transformer de la crème en chantilly.

La transformation de crème liquide en chantilly est l’une des expériences les plus simples de la gastronomie moléculaire chère à Hervé This. On y observe aisément le principe de l’émulsion et sa transformation en « émulsion mousseuse » grâce à l’action du fouet. Au passage, on apprend comment ne plus jamais louper sa chantilly !

> Les détails de l’expérience

3/ Fabriquer du beurre.

Il ne faut pas trop fouetter la chantilly sous peine de la voir se transformer en beurre ? Tiens, ça donne envie d’essayer ! Avec cette expérience, on constate que le beurre est obtenu grâce à un procédé 100 % mécanique, puisqu’il suffit de battre de la crème fraîche. Cette fois, on se familiarise avec le contraire de l’émulsion : l’inversion de phase. Et accessoirement, on se régale.

> Les détails de l’expérience

4/ Faire un arc-en-ciel dans du lait.

Pour créer un tourbillon de couleurs dans une simple assiette creuse, il faut du lait entier, 3 ou 4 colorants alimentaires, du liquide vaisselle et des cotons-tiges bien propres. Cette expérience qui plaît particulièrement aux plus petits permet de comprendre toute la richesse de la composition du lait. Ici, les matières grasses sont à l’honneur.

> Les détails de l’expérience

5/ Écrire avec de l’encre invisible.

Comme le citron, le vinaigre ou le jus d’oignon, le lait est une encre invisible ou sympathique : il permet d’envoyer des messages secrets que seuls les destinataires peuvent déchiffrer. Merci qui ? Les nombreux nutriments du lait (protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux), qui se décomposent en produisant du carbone quand on chauffe le papier avec un briquet.

> Les détails de l’expérience

6/ Provoquer une avalanche de lait.

Une expression éloquente décrit le joli phénomène visuel qui se produit quand on verse du lait dans une tasse de thé : le « nuage de lait ». Avec un bac en plastique de type aquarium, un sac poubelle noir, une planche de bois, de l’eau et un pichet de lait, ce n’est plus un nuage mais une avalanche de poudreuse qui déferle ! Toujours grâce à ses nombreux nutriments, le lait est en effet plus dense que l’eau.

> Les détails de l’expérience

Plus d'articles

Mots clés

Les bronzés font du ski : la fougne
article précédent
Quand le cinéma français en fait tout un fromage

Quand le cinéma français en fait tout un fromage

Les Français aiment tellement le fromage qu’ils le mettent en images au cinéma.

Au cinéma, l’apparition du lait à l’écran n’est jamais anodine. Avec le fromage, c’est toujours plus bon-enfant !

Les Bronzés font du ski (1979)

Tout le monde se souvient de la scène mythique durant laquelle les protagonistes des Bronzés font du ski sont recueillis par des paysans, en montagne, après s’être perdus dans une tempête de neige. Pour requinquer les compères frigorifiés, leurs hôtes leur offrent de la « fougne » servie « à l’étalée » sur des tranches de pain. La recette de ce fromage fort ? Des restes des fromages de l’année macérés pendant au moins trois ans avec du gras, des couennes et de l’alcool de bois. Profitez, c’est cadeau.

Bienvenue chez les Ch’tis (2008)

Philippe Abrams, directeur d’une agence de la Poste dans le sud de la France, est muté à Bergues, dans le Nord-Pas-de-Calais, par mesure disciplinaire à la suite d’une fraude. Son épouse et son fils, pétris de clichés négatifs sur cette région, refusent de le suivre. L’un des nouveaux collègues de Philippe, Antoine, l’héberge provisoirement chez sa mère. Notre sudiste invétéré (mais bientôt repenti) y découvre alors une coutume locale bien particulière : les tartines de maroilles trempées dans le café du petit déjeuner. « Vous voulez goûter ? »

La Famille Bélier (2014)

Les Bélier vivent en Mayenne dans leur ferme, où ils produisent des fromages qu’ils vendent au marché. Leur particularité ? Ils sont tous sourds, sauf Paula, 16 ans, qui aide quotidiennement ses parents et leur sert d’interprète. Oui, mais voilà, Paula a un don : une voix exceptionnelle. Son professeur de musique la pousse à se présenter à un concours qui impliquerait un départ à Paris, loin de sa famille et de la campagne. Pour la petite histoire, c’est la fromagerie bio d’Entrammes qui a été le fournisseur officiel de fromage sur le tournage. Attention à la petite larme en regardant la bande-annonce !

Et puisqu’on parle de cinéma, ne loupez pas en librairie le dernier numéro de Grand Seigneur, « le magazine du plaisir à table », dans lequel le comédien Franc Dubosc pose avec une bouteille de lait sous les traits de Patrick Chirac, personnage culte de la série de films Camping. Vous y trouverez aussi des idées pour manger le fromage dès le petit-déjeuner avec le café (tiens, ça rappelle les tartines au maroilles des Ch’tis !), ainsi qu’un dossier « milk pop » avec des photos reprenant les scènes laitières les plus connues du cinéma et un article sur le lait dans la musique.

Etiquette de boîte de camembert
article suivant
Que veut dire… tyrosémiophile ?

Que veut dire… tyrosémiophile ?

Les étiquettes de fromage passionnent leurs collectionneurs, les tyrosémiophiles, et on les comprend !

Non, un tyrosémiophile n’est pas un amoureux des éclats de tyrosine qui parsèment les comtés bien affinés ! Il s’agit en réalité d’un collectionneur d’étiquettes de fromage – mais bien entendu, l’un n’empêche pas l’autre.

La tyrosémiophilie, collection des gastronomes

Le mot tyrosémiophile vient du grec ancien turós (fromage), sêmeĩon (signe, marque distinctive, par extension image) et phílos (ami, amateur). Il désigne les collectionneurs d’objets d’un genre bien particulier : les étiquettes de fromage. Apparues à la fin du XIXe siècle, celles-ci sont souvent, en effet, de véritables petits chefs d’œuvre illustrant des thèmes variés : vie rurale, fromageries et vaches bien sûr, mais aussi progrès techniques, actualités politiques, personnages et événements historiques, contes, moines, monuments ou même animaux exotiques.

Leurs objectifs ? Donner des informations sur l’origine du produit et surtout attirer le regard des consommateurs dans un marché concurrentiel. Dans son livre Le camembert, un mythe français (Odile Jacob), Pierre Boisard insiste sur leur influence au début du XXe siècle, « difficilement imaginable aujourd’hui dans notre environnement saturé d’images. (…) L’étiquette est avec l’image religieuse une des rares images colorées à pénétrer dans les foyers ruraux. Il n’est donc pas étonnant qu’elle joue un grand rôle dans le choix d’un fromage et qu’il lui arrive même de primer sur sa réputation. » Un constat qui ferait rêver les publicitaires contemporains !

Les étiquettes de fromage, témoins de l’histoire

Loin de se cantonner à un simple logo, les étiquettes de fromage anciennes témoignent d’un temps où les petites fromageries indépendantes étaient nombreuses et variées sur le territoire français. « Elles racontent parfois des tranches de vie incroyables, s’enthousiasme Alain Cruchet, président du Club Tyrosémiophile de France. Par exemple, je me suis penché sur les étiquettes de l’ancienne Fromagerie de l’Étoile, dans L’Oise. Son fondateur avait ouvert une unité de production près de New York par opportunité commerciale, mais aussi pour se libérer de l’emprise de sa femme ! Les illustrations des étiquettes étaient souvent les mêmes pour les deux fromageries, et il en avait fait fabriquer une rendant hommage à ses amis de l’hôtel Lafayette de New York. »

Les étiquettes permettent aussi d’observer des pans entiers de l’histoire de la France, comme l’évolution des moyens de transport (de la charrette aux véhicules motorisés) ou les grandes phases de l’imaginaire colonial. « Au tout début du XXe siècle, alors que les safaris étaient à la mode dans les colonies, les boîtes de fromage s’ornaient de tigres, de lions ou d’éléphants », raconte ainsi Alain Cruchet.

Quand la Première Guerre mondiale éclate, les étiquettes participent à l’élan patriotique qui traverse le pays à grand renfort d’illustrations prévoyant la victoire ou représentant les Poilus. À quand une thèse universitaire sur l’histoire des étiquettes de fromage en France ?

> Pour se mettre à la tyrosémiophilie :
Le tyrosémiophile : www.letyrosemiophile.com
Le Club Tyrosémiophile de France (C.T.F.) : www.club-tyrosemiophile.fr
Camembert Museum : www.camembert-museum.com
Lactopole de Laval : www.lactopole.com/fr

Crédit photo : fromage 12 par patricia m via Flickr (CC BY-SA 2.0).