A la une

derniers articles
  • 27-03
    Le yaourt en mode salé

    Léger, frais et polyvalent, le yaourt se cuisine à toutes les sauces.

  • 24-03
    Les fromages de lactosérum : rien ne se perd, tout se transforme !

    Brocciu AOP, brousse, pérac, recuite… : ces fromages ont pour point commun d’être élaborés avec du petit-lait ou lactosérum issu de la fabrication d’un premier fromage.

  • 22-03
    Le beurre dans tous ses états

    Une histoire d’émulsion et de températures.

  • 20-03
    Des fraises pour célébrer le printemps

    Les meilleurs alliés des fraises ? Les produits laitiers !

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Boire du lait pendant la grossesse diminue les allergies chez l’enfant

Femme enceinte

Pour éviter que son enfant ne développe des allergies, la femme enceinte doit varier son alimentation, manger de tout et  notamment consommer  du lait. Les recommandations habituelles des pédiatres se trouvent maintenant confirmées par une étude récente* menée aux États-Unis chez près de 1300 mères évaluant d’une part les apports maternels d’aliments potentiellement allergènes durant leur grossesse, et d’autre part les maladies allergiques auprès de leurs enfants âgés de 8 ans.

Les résultats de cette étude sont sans équivoque pour tous les aliments. La consommation élevée de lait durant le premier trimestre de la grossesse est en lien  avec une diminution de l’asthme et de la rhinite allergique chez les enfants. On retrouve dans cette étude les mêmes relations avec les cacahuètes : des apports élevés dès le premier trimestre de la grossesse sont corrélées à une diminution de près de moitié du risque de réaction allergique aux arachides chez les enfants. De plus lors du deuxième trimestre de la grossesse, si les apports en blé sont importants, on observe également une diminution du risque de dermatite atopique.

L’importance de l’alimentation maternelle
Il s’avère donc que l’alimentation de la mère joue un rôle prépondérant dans le risque d’allergie et d’asthme chez son enfant. La femme enceinte ne doit donc pas se priver de certains aliments comme préconisé à une certaine époque, mais au contraire, conserver une alimentation le plus variée possible et ce depuis le début de sa grossesse, Pour les pédiatres, cette attitude est en accord avec celle qui est recommandée aujourd’hui pour la diversification alimentaire du bébé . Celle-ci doit se faire normalement et sans restriction : il ne sert à rien d’exclure ou d’introduire tardivement les aliments supposés « à risque ». Les recommandations nationales concernant les produits laitiers sont donc à suivre sans crainte, car 1000 mg de calcium par jour couvrent les besoins en calcium de la future maman et ceux du fœtus.

Cela correspond à 3 à 4 produits laitiers  par jour selon la quantité de calcium contenue dans les ces aliments.
De même, dès le début de la diversification alimentaire du jeune enfant, la grande famille des produits laitiers permet de maintenir les apports en calcium tout en faisant découvrir une grande diversité de goûts et de textures. Grâce à leur variété, ils participent à l’éducation du goût, en ouvrant la curiosité des plus petits et en leur donnant les bases d’une alimentation équilibrée.

(D’après Nutrinews hebdo, www.cerin.org)

* Bunyavanich S, et coll. J Allergy Clin Immunol 2014; 133(2): AB 200. DOI:10.1016/j.jaci.2013.11.040

Plus d'articles

Mots clés