Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 09-12
    DIY : 4 idées de décorations de Noël en emballages laitiers recyclés

    Des moments ludiques et écologiques à partager avec les enfants.

  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Color my milk by « les Vraies Peaux de Vaches », une exposition à ne pas manquer à la Milk Factory

Ce n’est pas parce qu’on est des vaches qu’on ne peut pas aimer la mode !

400x600

Color-my-milk-1Du 6 juin au 2 août 2014, les Vraies Peaux de Vaches se mettent en scène à la Milk Factory grâce à Isabelle Schaff. Cette photographe, styliste et graphiste, qui nourrit une réelle passion pour l’écriture humoristique et la cuisine, a en effet habillé nos amies les vaches… des pattes à la tête !

Ce n’est pas parce qu’on est des vaches qu’on ne peut pas aimer la mode !

La Milk Factory, laboratoire d’idées et espace de création des produits laitiers, propose à partir du 6 juin une exposition autour des vaches… et de la mode ! Normcore, hispter, classic, couture, satin, tulle, dentelle, jean, cuir, robe de mariée… Autour de leur égérie, Kate Prim’Holstein, les reines des prés revêtent leurs plus beaux atours pour décrypter et lancer les tendances.

Car les Vraies Peaux de Vaches sont des vaches (presque) comme vous et moi : « Elles mènent la grande vie entre Paris, la Normandie, Brooklyn, Tokyo et l’île d’Yeu, précise Isabelle Schaff. Elles aiment l’art, la mode, l’herbe bio, Télérama et le Colette Store. Leur but dans la vie : faire du bon fromage en étant bien dans leurs sabots à paillettes. »

Color-my-milk-2Et parce que mode et gourmandise font si bon ménage, la cuisinière et auteur Sonia Ezgulian a imaginé plusieurs recettes pour accompagner nos magnifiques top-models sur green carpet.

Vous êtes de passage à Paris pendant les beaux jours ? Allez sans faute admirer ces « vachionistas » au top de la tendance !

Color my Milk by « les Vraies Peaux de Vaches », du 6 juin au 2 août 2014

Galerie la Milk Factory, 11 rue Paul Bert, 75011 Paris.
Une exposition signée Isabelle Schaff.
La Milk factory est ouverte du mardi au samedi de 13 h 30 à 19 h.

> Sur le Web :

https://www.lamilkfactory.com
https://fr-fr.facebook.com/lamilkfactory
http://isaschaff.wix.com/peaux-de-vaches
https://fr-fr.facebook.com/LesVraiesPeauxdeVache

Plus d'articles

Mots clés

transformation-lait-u.h.t.-carrousel
article précédent
Transformation du lait : l’innovation au service de la tradition

Transformation du lait : l’innovation au service de la tradition

L’industrie des produits laitiers s’inscrit dans une longue histoire qu’elle renouvelle sans cesse au profit des consommateurs.

transformationEn France, deuxième producteur européen de lait après l’Allemagne, les trois-quarts du lait collecté sont transformés en produits de grande consommation (fromages, yaourts, crèmes…). Au cœur de ces transformations, des techniques puisées dans l’histoire et sans cesse renouvelées par les innovations des industriels

La transformation du lait, une histoire de conservation

Les heureux visiteurs de l’édition 2014 du Salon International de l’Agriculture l’ont découvert à travers la balade des Minimiams : le lait est un produit 100 % naturel mais aussi une matière première pour l’industrie laitière. Depuis 5 000 ans avant J.-C., date qui marque le début de l’élevage bovin en Europe, les hommes ont en effet cherché des solutions pour conserver le produit précieux, vivant et fragile qu’est le lait. Au fil du temps, des produits laitiers d’une immense variété ont été créés, donnant naissance à une France laitière riche et plurielle.

Entre passé, présent et avenir

Les techniques ont été optimisées au fil du temps, mais elles restent les héritières d’une longue histoire que l’industrie laitière continue à honorer. Elles reproduisent par exemple les gestes mis au point dans les abbayes du Moyen Âge – les moines ont joué un rôle crucial dans la production et la diffusion du fromage en France – tout en les perfectionnant, qu’il s’agisse de procédés de transformation physiques (action de la chaleur, écrémage…) ou biologiques (travail des micro-organismes tels bactéries, levure, ferments…).

L’innovation aujourd’hui

Invention de la faisselle à égoutter le caillé pendant la préhistoire, création du premier fromage à pâte pressée 100 ans av. J.-C., arrivée du comté au Moyen Âge, émergence des premières réglementations « hygiène » du lait vendu dans les villes pendant la Renaissance, invention du lait concentré et apparition du lait UHT au cours de la Révolution Industrielle… : depuis les débuts de l’histoire du lait, l’innovation est en effet le moteur de la filière. Un cheminement qui continue dans les entreprises d’aujourd’hui : en 2012, par exemple, l’industrie laitière française a créé 953 nouveaux produits laitiers toujours plus proches de nos modes de vie*.
* Source Mitel.

Crédit photo : P.BOURGAULT / CNIEL.

Peau-du-lait
article suivant
La grande aventure de la transformation du lait : la peau du lait

La grande aventure de la transformation du lait : la peau du lait

Une petite expérience amusante pour comprendre la composition du lait.

Vous n’avez pas pu assister aux passionnants ateliers scientifiques du Salon International de l’Agriculture 2014 ? Retrouvez les expériences sur le site www.produits-laitiers.com pour mettre en œuvre, chez vous, les grandes technologies de la transformation du lait.

Peau-du-laitBPourquoi cette expérience ?

Parce qu’on connaît tous l’expression « à surveiller comme du lait sur le feu ». En effet, quand on fait chauffer du lait, un court instant d’inattention et le lait déborde de la casserole. Or, en étudiant cet étrange phénomène, on en apprend beaucoup sur la composition du lait et notamment sa richesse en protéines.

Ce qu’il vous faut :

  • Une plaque de cuisson.
  • Une casserole.
  • Du lait.
  • Une pique en bois.
  • Un thermomètre de cuisine.

Comment faire ?

  • Versez un peu de lait dans la casserole et plongez-y le thermomètre de cuisine.
  • Faites chauffer à feu doux.
  • Quand la température atteint les 70-80 °C, vous observez qu’une peau commence à se former.
  • Laissez chauffer. À 100 °C, le lait commence à déborder. Retirez rapidement la peau du lait avec la pique en bois et déposez-la dans une assiette : dans la casserole, le niveau du lait redescend !
  • Coupez le feu.

Comment ça marche ?

Vous le savez sûrement : le lait est un véritable cocktail d’ingrédients. On y trouve en majorité de l’eau (87 %), mais aussi des matières grasses, du sucre (le lactose), des minéraux, des vitamines et des protéines.

Ce sont ces dernières, les protéines, qui nous intéressent pour cette expérience. À température ambiante, elles se présentent sous forme de minuscules pelotes de laine. Mais quand elles sont chauffées et que la température atteint les 70-80 °C, les protéines se déroulent et se regroupent : c’est ce qui forme la peau du lait. Si on arrête alors la cuisson, le lait ne déborde pas.

Par contre, si on oublie le lait sur le feu, la température continue à grimper et finit par atteindre 100 °C. Or, que se passe-t-il à 100 °C ? L’eau bout ! Concrètement, que ce soit dans le lait ou un autre liquide, des petites bulles de vapeur apparaissent au fond de la casserole et remontent à la surface. Problème : dans le lait, ces bulles ne peuvent pas éclater à l’air libre comme avec de l’eau, puisque maintenant, il y a en surface la peau du lait qui fait office de « couvercle ». Les bulles de vapeur se retrouvent ainsi piégées sous la peau du lait, elles s’entassent, font pression et soulèvent progressivement la peau en entraînant le liquide vers le haut. Dès qu’elles arrivent au sommet de la casserole, le lait peut s’échapper sur les côtés et… déborder. Deux solutions s’offrent alors pour éviter le débordement : couper le feu ou simplement retirer la peau du lait.

Mais revenons à nos protéines. Beaucoup de personnes ne mangent pas la peau du lait : elles ne savent pas ce qu’elles manquent ! En effet, cette peau est pleine de protéines, ces petites « briques » dont notre organisme a régulièrement besoin pour grandir, se renouveler et s’entretenir. Ainsi, comme la viande, le poisson ou les œufs, le lait et les produits laitiers sont une source importante de protéines. Ne jetez donc plus la peau du lait : non seulement c’est bon pour la santé, mais en plus c’est délicieux. Ce n’est d’ailleurs par un hasard si certains grands chefs l’utilisent dans leurs créations !

Crédit photo : Olivier Marie / CNIEL.