Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Congeler les produits laitiers, c’est possible !

Oui, mais dans certaines conditions.

Yaourts au frais

La congélation permet de faire des économies et de ne jamais être pris au dépourvu. Ne manquez pas nos conseils pour bien congeler lait, beurre, fromages, yaourts et crème fraîche.

Congélation, mode d’emploi

Avant de passer en revue vos produits laitiers préférés, retenez ces quelques règles générales qui s’appliquent à tous sans exception :

  • Les produits laitiers congelés doivent être décongelés au réfrigérateur et non à température ambiante pour ne pas favoriser la multiplication microbienne. Comptez environ huit à dix heures de décongélation et consommez rapidement.
  • Ne recongelez jamais un aliment décongelé, ce qui favoriserait la prolifération de bactéries pouvant provoquer des intoxications alimentaires.
  • Soignez vos emballages : utilisez des contenants qui supportent les températures extrêmes, retirez le plus d’air possible et étiquetez-les précisément sans oublier la date. Par ailleurs, n’oubliez pas que le volume des aliments augmente lors de la congélation, surtout quand ils sont riches en eau.
  • Pour accélérer la congélation et préserver les propriétés des aliments, entreposez-les préalablement au réfrigérateur afin de les refroidir complètement.

Le lait

Le lait pasteurisé ou stérilisé et homogénéisé peut être congelé sans problème, pendant six mois, dans son contenant. S’il s’agit de lait entier, l’opération peut entraîner une coagulation des graisses : remuez bien avant utilisation.

Le beurre

Le beurre se congèle parfaitement, entier dans son emballage d’origine lui-même enveloppé de papier d’aluminium ou glissé dans un sac de congélation. Pensez aussi à congeler des petites portions, plus modulables selon l’usage. Il se garde environ six mois : au-delà de ce délai, ses qualités gustatives peuvent décliner.

Le fromage

D’une manière générale, les fromages à faible taux d’humidité (pâtes pressées notamment) se congèlent bien, tandis que les fromages très humides (fromages frais) voient leur texture altérée par le processus :

  • Pour les fromages à pâte pressée, découpez des petites portions, enveloppez celles-ci dans du papier d’aluminium et glissez-les dans un sac de congélation en retirant l’air. Vous pouvez aussi les râper et les conserver dans une boîte en plastique pendant six mois : idéal pour ne jamais être à cours de fromage râpé !
  • Les fromages à pâte molle à coûte fleurie (camembert, brie, chaource…) ou lavée (époisses, langres, livarot, maroilles…), deviennent légèrement farineux, tandis que les bleus ont tendance à s’effriter. Ne désespérez pas pour autant : ils ne sont pas impropres à la consommation et peuvent être utilisés en cuisine pour des tartines, cakes, tartes et autres gratins, tout comme les fromages frais.

Les yaourts

On peut les congeler mais leur texture devient liquide et grumeleuse à la décongélation. La solution : ne pas les déguster tels quels mais en guise de glaces au yaourt express ! Vous pouvez les verser dans des moules en plastique spéciaux façon sucettes glacées, ou simplement planter des bâtonnets dans des pots de yaourts aux fruits ou de petits-suisses aromatisés. Les yaourts nature décongelés peuvent entrer dans la composition de vos recettes de cuisine, par exemple pour préparer un délicieux gâteau au yaourt.

La crème

La crème entière se congèle bien. Battez-la légèrement avant de la verser dans des boîtes en plastique et de la congeler pour une durée maximale de six mois. Elle devient plus ou moins granuleuse à la décongélation, mais il suffit de la mélanger pour lui redonner une texture correcte. Utilisez-la en cuisine, mais pas pour une crème chantilly car le résultat n’est absolument pas garanti !

Plus d'articles

Mots clés

Présure
article précédent
Qu’est-ce que la présure ?

Qu’est-ce que la présure ?

Un coagulant naturel essentiel à la fabrication du fromage.

Pour fabriquer du fromage, il faut d’abord solidifier du lait. Retour sur l’une des techniques les plus importantes de l’univers laitier.

Aux origines du fromage

Pour plusieurs historiens, c’est au cours de la préhistoire que l’homme découvrit, en dépeçant les jeunes ruminants après la chasse, le procédé permettant de fabriquer le fromage : dans l’estomac des animaux, le lait avait formé une masse solide qu’il était possible de déguster et même de conserver. Le fromage était né ! Grâce à cette découverte, les hommes purent reproduire le processus et conserver longtemps l’aliment riche et périssable qu’est le lait. L’estomac des jeunes ruminants contient en effet une enzyme naturelle qui permet d’accélérer le caillage du lait et donc de le transformer en fromage : la présure.

Le coagulant laitier par excellence

Celle-ci est extraite du suc gastrique de la quatrième poche de l’estomac, appelée « caillette », des jeunes ruminants abattus avant sevrage (veaux surtout, mais aussi chevreaux et agneaux). C’est elle qui permet aux bêtes de digérer le lait. Une fois introduite dans le lait par le fromager, la présure entraîne une coagulation rapide : les protéines du lait s’amalgament et tombent au fond du récipient pour former le caillé. Celui-ci est couvert par la partie liquide restante, appelée lactosérum ou « petit-lait ». Ce caillé est ensuite traité selon diverses techniques (égouttage, moulage, salage, éventuellement cuisson, affinage…) pour donner les différentes variétés de fromage.

Une technique traditionnelle en Europe

Aujourd’hui encore, de nombreux fromages traditionnels à pâte pressée sont fabriqués avec de la présure animale. Il s’agit d’ailleurs d’une condition sine qua non pour obtenir une Appellation d’Origine Protégée (AOP) ou un Label rouge. Par ailleurs, le terme « présure » sur une étiquette implique d’ailleurs obligatoirement que celle-ci est d’origine animale. Mais cette technique n’est pas exclusive : il existe aussi un caillage plus lent réalisé avec des ferments lactiques(fromages frais et certains fromages à croûte fleurie ou lavée), ainsi qu’un caillage mixte qui mêle présure et ferments lactiques (fromages persillés et pâtes molles). Mais aujourd’hui, la technologie fromagère évolue, et les industriels savent faire du fromage avec des enzymes coagulantes d’origine microbienne.

Crédit photo : DR/CNIEL
Cuves de caillage du lait : le lait a été emprésuré, on le brasse quelques minutes pour répartir la présure. Méthode de fabrication employée pour toutes les pâtes pressées cuites (comté, gruyère, beaufort, emmental…).

Cristaux de tyrosine sur un vieux comté
article suivant
Question (pas) bête : c’est quoi, ces cristaux de sel dans mon fromage ?

Question (pas) bête : c’est quoi, ces cristaux de sel dans mon fromage ?

 

Certains fromages à pâte dure comme les comtés ou les beauforts développent, au fil de leur affinage, des sortes de mini cristaux salés qui craquent sous la dent avant de fondre en bouche. Pourtant, il ne s’agit pas de sel mais de petits amas de tyrosine, un acide aminé qui donne du goût au fromage. Petit cours de chimie laitière.

Des protéines dans le lait

Les végétariens et les sportifs le savent bien : les produits laitiers sont riches en protéines d’excellente qualité. Ces molécules indispensables aux cellules du corps et à son fonctionnement sont construites à partir de vingt acides aminés, constituants de base des protéines qui se lient entre eux comme les maillons d’une chaîne.

La tyrosine, un acide aminé

Or, la tyrosine est l’un des acides aminés entrant dans la composition des protéines du lait. Au fil du vieillissement du fromage, elle forme des amas par le biais de la protéolyse, phénomène important du processus d’affinage : sous l’action d’une enzyme, la tyrosine se fragmente en plusieurs morceaux et s’accumule en minuscules blocs blancs au sein de la pâte. On trouve souvent ces cristaux dans les vieux comtés. Contrairement à une idée répandue, il ne s’agit donc pas de sel.

Bon à savoir pour les gourmets : ces pépites de concentré de saveur signent un affinage réussi.

À vos scrabbles pour épater la galerie avec la tyrosine et la protéolyse !

> À lire également :

Crédit photo : V. RIBAUT / Les Studios Associés / CNIEL.