A la une

derniers articles
  • 24-02
    Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

    Grâce à la précision de leurs cahiers des charges, les AOP fromagères ont un impact direct sur la biodiversité des races d’élevage, préservant ainsi des races laitières spécifiques.

  • 22-02
    L’édition 2017 du Salon International de l’Agriculture commence samedi !

    La 54e édition du Salon International de l’Agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2017 à Paris Expo Porte de Versailles.

  • 17-02
    Les bons accords entre vins rouges et fromages

    L’accord fromages-vins rouges est tout à fait possible en faisant attention aux tanins et en n’oubliant pas les vins doux.

  • 15-02
    Les 6 meilleures recettes de pain et fromage fondu

    Pain et fromage dans un sandwich chaud : qui dit mieux ?

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Connaisssez-vous le kéfir ?

Du lait fermenté, oui, mais ce n’est pas pour autant du yaourt !

Muesli et kéfir de lait

Lait fermenté originaire du Caucase, son petit goût acidulé va vous séduire. Bon pour ses ferments, il est également délicieux à cuisiner. Suivez le guide !

Kézaco kéfir ?

A l’origine, les bergers du Caucase utilisaient des outres en estomac de mouton pour transporter leur lait. Ils remarquèrent rapidement que si le lait séjournait plus de 48h dans ces outres, il s’épaississait, prenait un agréable goût un peu acide, allant jusqu’à devenir un soupçon pétillant. Eh oui : c’est la substance contenue dans l’estomac du mouton qui faisait cailler et fermenter le lait ! Ses ferments très spécifiques, nommés « grains de kéfir » se composent d’une vingtaine de levures et de bactéries différentes bien différentes de celles du yaourt.
Pour produire le kéfir à l’heure actuelle, on utilise une poudre lyophilisée, contenant levures et ferments stabilisés, qui préserve les bienfaits du kéfir traditionnel. Ce qui explique également son étiquetage sous le nom de « kéfir doux ».

Le kéfir doux

Liquide, onctueux et rafraîchissant à souhait, le kéfir doux ressemble au premier coup d’œil à du yaourt à boire. Son moelleux et son goût vous surprendront encore plus quand vous saurez qu’il ne contient que 1,5% de matières grasses ! Vendu en pot de verre d’environ 400 g ou en coupelles d’environ 200 g, on le déniche plutôt dans les magasins bios.

En cuisine

C’est un substitut parfait au yaourt bulgare, à la crème fraîche ou au lait ribot . On le découvre :

  • en sauce légère, avec ciboulette, cerfeuil ou aneth, une pointe d’huile d’olive et un soupçon de jus de citron ou de vinaigre,
  • avec des blinis et tout un choix de poissons fumés,
  • en smoothie, tout simplement mixé avec des fruits rouges, de la poire, des fraises, de la grenade…
  • en lassi à l’indienne, avec du sirop de rose et des glaçons,
  • en tsatsiki, avec du concombre et de l’ail,
  • dans les soupes froides : avocat, betterave, courgette, il sait tout faire !
  • pour remplacer le lait dans la pâte des pancakes, des gaufres et des crêpes,
  • pour arroser le müesli du matin, pour changer un peu du lait et des yaourts.

Alors, si on faisait une place pour le kéfir dans notre réfrigérateur dès demain matin ?

Crédits photo : E. AUGER / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés