Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Conseils de dégustation autour de l’ossau-iraty

Des accords classiques ou insolites pour le célèbre brebis qui bénéficie de la seule AOP fromagère des Pyrénées.

Ossau-iraty

Ce fromage au lait de brebis, produit dans le Béarn et le Pays basque, a été reconnu AOC en 1980 puis AOP en 1996. Nos suggestions de pains et de boissons pour mettre en valeur ses qualités.

Un fromage traditionnel des Pyrénées

De tous temps, des brebis de races Manech et Basco-béarnaise ont vécu dans les terres verdoyantes et pluvieuses du Pays basque et du Béarn. Leur lait a rapidement servi à confectionner une tomme dense et parfumée. Aujourd’hui, l’ossau-iraty (ossau pour le Béarn, iraty pour le Pays basque), exclusivement élaboré avec du lait entier de brebis, se présente sous 2 formats cylindriques : le petit (2 à 3 kg) et le gros (4 à 7 kg). La fabrication a lieu dans des fermes et des fromageries, mais aussi dans les maisons de berger de haute montagne (cujalas béarnaises et cayolars basques). L’affinage dure au moins trois mois en cave fraîche, où la croûte est frottée à l’eau salée pour rester bien grasse. La pâte est ivoire, légèrement granuleuse, tendre au palais et douce au goût, avec une légère saveur de noisette et de noix, ainsi que des arômes de terroir typés qui gagnent en puissance au fil du temps.

Quel pain avec l’ossau-iraty ?

Pour un accord ton sur ton, le pain aux noix s’impose naturellement. Aucun des deux produits ne prend le dessus sur l’autre : la mâche souple du pain laisse la pâte de l’ossau-iraty, qui est parfois cassante, s’exprimer à son aise, tandis que les arômes de fruits secs se répondent. Ce pain présente un autre avantage : il donne du corps aux fromages jeunes et souligne l’affinage des pâtes plus anciennes. Plus audacieux, l’accord avec un pain complet joue davantage sur la complémentarité : le goût discret des céréales tranche avec la pointe d’acidité du lait de brebis, créant un bel équilibre. Un délice avec de la confiture de cerises noires d’Itxassou, accompagnement traditionnel de l’ossau-iraty.

Et en guise de boisson ?

L’ossau-iraty se déguste idéalement avec un vin d’Arbois rouge du Jura, marqué par des arômes de fruits noirs, de cuir et d’épices, ou avec un champagne demi-sec vif, frais, minéral et fruité. Le bouquet fruité et la densité tannique du vin mettent en valeur les notes de lait chaud et de noisette du fromage, tandis que le champagne, avec sa subtile sucrosité et ses arômes de fruits blancs, sublime la finesse de l’ossau-iraty tout en enrobant sa pâte onctueuse et consistante. Pour un mariage plus insolite, un thé rouge de Chine « Dian Hong » (ou Grand Yunnan), aux parfums de fruits mûrs miellés, apporte toute sa puissance et sa richesse au fromage. Servi chaud, il domine tout en apportant une touche fondante à la pâte, mais à froid, les deux partenaires restent sur un pied d’égalité. Non sucré, il apporte du contraste au fromage, tandis qu’avec un peu de sucre, il met en valeur son onctuosité et ses subtilités aromatiques.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Plus d'articles

Mots clés

Fabrication de fromage au Moyen Âge
article précédent
La saga du lait (2) : le boom du fromage au Moyen Âge

La saga du lait (2) : le boom du fromage au Moyen Âge

La saga de l’été se penche sur l’histoire des produits laitiers !

Aliment universel par excellence, d’une grande richesse nutritionnelle, le lait a fait l’objet, au fil des siècles, de découvertes fondamentales pour améliorer sa conservation, permettre son transport et garantir sa qualité. Deuxième épisode de cette saga historique des produits laitiers : après la Préhistoire et l’Antiquité, le bon en avant de la production fromagère au Moyen Âge (du Ve au XVe siècle).

Le fromage, aliment de base de la population

Si, sur les côtes de la mer du Nord et de la Manche, le lait et le beurre étaient abondamment consommés, c’est le fromage qui dominait partout ailleurs en Europe. Au Moyen Âge, sa production était en grande partie domestique. Elle dépendait donc des conditions locales de fabrication : climat, races d’élevage, nourriture des animaux. C’est pourquoi elle était déjà marquée par une grande diversité. L’objectif était alors de constituer des réserves en vue de la consommation familiale, ce qui poussait à l’ingéniosité. Par exemple, le lavage de la croûte du maroilles permit d’allonger sa durée de conservation.

La mise en commun des ressources des fermes d’un même village ou d’une même montagne donna également naissance aux très grands fromages de longue conservation : deux fois par jour, les fermiers apportaient le lait de la traite dans un lieu de transformation mutualisé. Les premières fruitières apparurent ainsi au XIIIe siècle dans des villages du Jura.

Le rôle des monastères dans le perfectionnement et la diffusion du fromage

De leur côté, les moines jouèrent une place importante dans la diffusion du fromage. Au Moyen Âge, en effet, le modèle alimentaire des abbayes était marqué par le renoncement à la consommation de viande. Elle était remplacée par des mets de substitution comme le poisson, les œufs et les produits laitiers. Les moines redoublèrent d’efforts pour fabriquer de très bons fromages : d’accord pour renoncer au plaisir de la viande, mais pas question pour autant de se priver de tout bonheur gustatif !

Les abbayes devinrent ainsi des centres importants de production et de perfectionnement de plusieurs fromages paysans. Le munster, l’époisses ou l’abondance y forgèrent leur réputation et se diffusèrent hors leur lieu de production, car les monastères jouaient aussi le rôle d’auberges-relais pour les voyageurs qui pouvaient y acheter du fromage. Cerise sur le gâteau : alors que le fromage était considéré comme la « viande des pauvres » – et des enfants – et délaissé à ce titre par les élites, les communautés monastiques enclenchèrent le processus d’anoblissement qui s’épanouirait pleinement pendant l’époque moderne.

Au prochain épisode, vous découvrirez les progrès de la connaissance du lait et le changement d’image du beurre et du fromage (début du XVIe-fin du XVIIIe siècle).

Crédit photo : by unknown master (book scan) [Public domain], via Wikimedia Commons. 

The_Ricotta_eaters-Vincenzo_Campi-MBA_Lyon_H673-IMG_0324
article suivant
La saga du lait (3) : du XVIe au XVIIIe siècle, entre développement et progrès scientifiques

La saga du lait (3) : du XVIe au XVIIIe siècle, entre développement et progrès scientifiques

La saga de l’été se penche sur l’histoire des produits laitiers !

Aliment universel par excellence, d’une grande richesse nutritionnelle, le lait a fait l’objet, au fil des siècles, de découvertes fondamentales pour améliorer sa conservation, permettre son transport et garantir sa qualité. Après la Préhistoire et l’Antiquité puis le Moyen Âge, troisième épisode de cette saga historique des produits laitiers : l’époque moderne entre science et pragmatisme.

Les produits laitiers sous le regard des savants

Du début du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, époque qualifiée de « moderne » par les historiens français, des découvertes majeures dans des domaines scientifiques variés (astronomie, physique, mécanique…) transforment la vision que les hommes ont du monde. Inventée au milieu du XVe siècle, l’imprimerie accélère la diffusion des savoirs et les consigne dans des publications spécialisées.

Dans ce contexte d’effervescence scientifique et culturelle, des sociétés d’agriculture se créent dès 1750. Elles commencent à énoncer des règles d’hygiène précises pour protéger la santé publique : les animaux d’élevage doivent être bien nourris et logés dans de bonnes conditions pour que le lait soit sain – le bien-être animal avant l’heure ! –, le lait doit être transporté rapidement, les récipients doivent être sains et propres… Toutefois, la connaissance de la composition du lait, de sa transformation ou de ses bienfaits nutritionnels reste limitée par les possibilités de l’époque.

Fromage et beurre montent en grade

Du côté des fromages, qui ont connu un essor sans précédent pendant le Moyen Âge, les grands centres urbains de la Renaissance favorisent le développement de la diversité fromagère, tandis que les communautés monastiques, souvent proches des élites, contribuent à les diffuser dans l’ensemble de la société. Alors que le fromage était considéré comme un mets destiné aux paysans et aux pauvres pendant la majeure partie du Moyen Âge, il entre ainsi, au XVIe siècle, dans les habitudes alimentaires des classes supérieures. L’apparition de produits d’une qualité croissante sur le marché et le goût du mouvement humaniste pour les aliments simples et rustiques ne sont pas étrangers à ce succès ! Le brie, par exemple, est particulièrement présent sur les tables des seigneurs.

Le beurre suit un chemin similaire : considéré comme un aliment pauvre au Moyen Âge, il fait une entrée remarquée dans les traités culinaires à partir du XVe siècle et surtout du XVIe siècle. L’Église vient en effet d’autoriser la consommation de cette matière grasse d’origine animale pendant les périodes de Carême et les jours maigres. Le beurre est alors présent dans les pâtisseries et les sauces des livres de cuisine, témoins de l’alimentation des classes aisées. La diffusion d’excellents beurres, tel le beurre d’Isigny qui était déjà réputé au XVe siècle, participe à cette popularité.

Au prochain épisode, ne manquez pas la révolution de la qualité et de la conservation !

Crédit photo : Vincenzo Campi [Public domain], via Wikimedia Commons.