A la une

derniers articles
  • 24-03
    Les fromages de lactosérum : rien ne se perd, tout se transforme !

    Brocciu AOP, brousse, pérac, recuite… : ces fromages ont pour point commun d’être élaborés avec du petit-lait ou lactosérum issu de la fabrication d’un premier fromage.

  • 22-03
    Le beurre dans tous ses états

    Une histoire d’émulsion et de températures.

  • 20-03
    Des fraises pour célébrer le printemps

    Les meilleurs alliés des fraises ? Les produits laitiers !

  • 17-03
    Et un Irish coffee pour la Saint-Patrick !

    Nos conseils pour réussir l’un des fleurons de la gourmandise irlandaise.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Des réponses à vos questions sur le fromage et la santé

Le fromage, c’est bon pour tout et pour tous !

Fromage et santé

Avec ses qualités nutritionnelles, sa digestibilité et sa forte dimension plaisir, le plus varié des produits laitiers a de nombreux atouts pour la santé.

Quels sont les principaux atouts nutritionnels du fromage ?

La composition nutritionnelle des fromages dépend essentiellement de celle du lait utilisé et de leur mode de fabrication. Il est donc difficile de généraliser, mais la plupart des fromages ont une teneur importante en protéines facilement digestibles et d’une valeur biologique très élevée (autrefois, on parlait de « viande des pauvres »), en minéraux et oligo-éléments (calcium, zinc, potassium) et en vitamines (A, B2, B9, B12, D…). Quant à leur valeur énergétique, elle dépend essentiellement de la teneur en eau et en matières grasses : 113 kcal pour 1 pot de 100 g de fromage blanc, 122 kcal pour une portion de 30 g de comté (les fromages « secs » se consomment en moindre quantité).

Quels sont les fromages les plus riches en calcium ?

Ce sont ceux qui nécessitent le plus de lait pour leur fabrication. Pour les reconnaître, c’est facile : ils sont plus secs et compacts que les autres. En tête, on a donc l’emmental ou le comté (pâtes pressées cuites), dont une part de 30 grammes couvre un tiers des besoins quotidiens en calcium d’un adulte. Viennent ensuite les pâtes pressées non cuites (cantal, tommes…), les bleus (fourme d’Ambert, bleu d’Auvergne, roquefort…), les fromages à pâte molle (camembert, brie, munster, maroilles…) puis les fromages frais (petit-suisse, brousse…). L’idéal ? Varier les fromages pour profiter de toutes leurs qualités nutritionnelles et de leur large palette gustative.

Faut-il supprimer le fromage quand on contrôle son poids ?

Non ! Consommé en quantité raisonnée, le fromage ne fait pas grossir. Mieux encore : associé à un régime amaigrissant, il n’empêche pas de perdre du poids. L’un des risques, quand on surveille sa ligne, est d’attacher plus d’importance à la valeur calorique des aliments qu’à leur valeur nutritive et leur dimension « plaisir ». Or, une portion de fromage par jour et deux laitages écrémés ou demi-écrémés permettent de couvrir les besoins en calcium, sans crainte pour son régime, tout en préservant le plaisir de manger.

Peut-on consommer du fromage quand on est intolérant au lactose ?

Certaines personnes peuvent avoir des difficultés à digérer le lactose, un sucre naturellement présent dans le lait, car elles n’ont pas l’enzyme nécessaire à sa digestion (la lactase) en quantité suffisante. Ce n’est pas grave, mais les troubles digestifs occasionnés sont parfois désagréables. Bonne nouvelle pour les gourmets : les fromages affinés (le contraire des fromages frais) contiennent peu ou pas de lactose, qui est éliminé au cours de l’égouttage ou dégradé pendant l’affinage. La grande majorité des intolérants peut donc sans problème se régaler avec des fromages sélectionnés ou les intégrer en cuisine.

Plus d'articles

Mots clés