filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Des visites pédagogiques dans les fermes du « Savoir Vert »

Rencontre avec Claudine Delassus, présidente du réseau Le Savoir Vert.

Savoir-vert-B

Savoir-vert1Rencontre avec Claudine Delassus, présidente depuis mars 2014 du réseau Le Savoir Vert, dans le Nord-pas-de-Calais.

Vous avez récemment été élue présidente du réseau Le Savoir Vert. En quoi ce projet consiste-t-il ?
Il s’agit d’une association d’agriculteurs et d’agricultrices qui ouvrent leurs fermes aux enfants de tous les âges, essentiellement dans le cadre scolaire, de la maternelle au lycée. Autrement dit, ce sont des fermes pédagogiques. On ne se contente pas de montrer quelques animaux : on va loin dans la compréhension de l’agriculture et de l’élevage, en donnant des explications poussées et en impliquant vraiment les enfants. D’ailleurs, les adhérents sont formés par l’association pour s’adapter aux écoliers, collégiens et lycéens en fonction de leur niveau. L’accueil se fait sur des demi-journées ou des journées complètes, autour de thèmes variés en lien avec les programmes scolaires : la fabrication de produits laitiers, le développement durable, les différentes cultures, le rôle des abeilles… Ainsi, en 2013, 115 fermes ont reçu pas moins de 66 500 enfants et 9 000 enseignants et accompagnateurs.

Quel est l’objectif de l’association ?
Le réseau a été créé en 1992 avec l’idée d’ouvrir les fermes au grand public, en particulier aux enfants et aux écoles. Il s’agissait de réduire le fossé entre le monde citadin et le monde agricole, mais aussi de donner la parole aux agriculteurs pour communiquer sur leurs métiers – car ils n’ont pas un mais plusieurs métiers. En effet, que ce soit sur leurs pratiques, leur quotidien, leur rôle dans l’entretien des paysages ou leur travail auprès des animaux, il existe toujours des problèmes de compréhension. Par exemple, ce matin, j’ai reçu une classe et j’ai expliqué que pour qu’une vache produise du lait, elle doit avoir un veau. Or, vous savez qui a le plus écarquillé les yeux ? Une maman ! On doit donc continuer à expliquer et à montrer, ce qui reste bien sûr un plaisir.

Quels types d’animations proposez-vous aux enfants ?
Actuellement, le thème de la visite est axé autour de « La traite, le lait et ses dérivés ». Nous commençons par découvrir l’animal, donc la vache, sa robe, son alimentation, la lactation… Les enfants peuvent donner du foin aux animaux puis assister à la traite, ce qui leur permet de constater que le lait est blanc, chaud et qu’il doit donc être conservé au frais. Bien sûr, nous évoquons la variété des produits laitiers que l’on peut tirer de ce lait en le transformant. La cerise sur le gâteau ? La fabrication de beurre, obtenu en secouant de la crème dans un petit pot. Enfin, les enfants dégustent ce beurre maison sur des tartines de baguette : un grand moment ! Ils ont également la possibilité de goûter au lait cru et certains repartent même avec une bouteille car nous en avons l’autorisation. Bref, on explore de nombreux enjeux d’une manière ludique et participative. Quel que soit le thème, c’est toujours pour les enfants une découverte active.

Savoir-vert2Vous accueillez vous-même des groupes dans votre ferme. Quelques mots sur votre exploitation ?
C’est une ferme de polyculture-élevage que je gère avec mon mari, puisque nous sommes tous les deux chefs d’exploitation. Nous avons 85 hectares de terres sur lesquelles nous cultivons essentiellement des pommes de terre, des betteraves, du blé, du lin, du maïs et bien sûr des prairies – la majorité de l’alimentation de nos animaux. Notre troupeau compte 45 vaches, des Prim’Holstein et surtout des Rouges Flamandes, une race que l’on trouve principalement dans le Nord-Pas-de-Calais et qui figure parmi les plus anciennes de France. Notre grand projet, c’est que notre fille s’apprête à nous rejoindre pour gérer l’exploitation. Cela fait presque vingt ans que j’accueille des enfants et je crois que je lui ai transmis ma passion pour la terre et les bêtes. Pour elle, l’orientation professionnelle a toujours été évidente : la ferme et rien d’autre !

Ferme pédagogique de Bissezeele
Claudine et Clément Delassus
1415 Route de Saint-Omer – 59380 Bissezeele
http://fermebissezeele.pagesperso-orange.fr

Le Savoir Vert, fermes pédagogiques du Nord-Pas-de-Calais
http://www.savoir-vert.asso.fr

Plus d'articles

Mots clés

Vaches-au-pré-B
article précédent
Portrait d’éleveur en montagne : Jean-François Navarro

Portrait d’éleveur en montagne : Jean-François Navarro

Dans le contexte particulier de la montagne, les éleveurs et leurs vaches jouent un rôle central.

Dans le contexte particulier de la montagne, les éleveurs et leurs vaches jouent un rôle central. Rencontre avec Jean-François Navarro qui, à trente-cinq ans, gère le GAEC du Pas de Cère, fondé avec ses parents en 2011.

Où êtes-vous installé ?
À Thiézac, dans les monts du Cantal, au cœur du Massif Central. Les prés de l’exploitation se situent entre 800 et 1150 mètres d’altitude, soit une moyenne d’environ 1000 mètres. En tout, nous avons une centaine d’hectares, dont trente seulement sont mécanisables. Le reste est uniquement de la pâture sur pente. Au sein de cet espace, nous élevons 55 vaches laitières et une quarantaine de génisses de la race Prim’Holstein. Elles produisent 270 000 litres de lait par an, avec un objectif de 300 000 litres pour l’année à venir.

Comment les vaches sont-elles logées dans ce contexte particulier ?
Du 15 avril au 15 novembre environ, elles sont tout le temps dehors, à pâturer dans les prés. Nous utilisons alors une salle de traite mobile qui, matin et soir, se déplace directement dans les champs. À partir de mi-novembre, il pleut et il neige. On rentre alors les bêtes qui craignent le froid et surtout l’humidité, sans compter que, en hiver, les sols ne sont plus porteurs : en contexte de montagne, c’est inconfortable et dangereux pour les vaches. Dans leur villégiature d’hiver, elles sont d’autant plus à leur aise que nous venons de terminer la construction d’un bâtiment tout neuf, avec une stabulation libre à logettes : ça leur permet à la fois d’être ensemble et de bénéficier de couchages individuels pour dormir et ruminer en paix.

Que mangent-elles ?
D’avril à novembre, elles ne mangent que l’herbe des prairies. C’est une flore locale, très variée, qui n’a pas besoin d’engrais minéraux. Le lait qui en est issu est d’une qualité supérieure – ce n’est pas un hasard si les deux tiers des fromages AOP sont fabriqués en montagne ! Pendant la belle saison, elles ont aussi, bien entendu, de l’eau fraîche à volonté : nous avons des sources naturelles et des points d’eau aménagés sur toute la parcelle. Le reste du temps, elles mangent du foin et de l’enrubannage, très majoritairement issus de l’exploitation, conformément aux cahiers des charges des deux AOP bleu d’Auvergne et cantal dans lesquels nous sommes engagés.

Les-monts-du-CantalQuelles sont les spécificités de l’élevage en montagne ?
Il est plus compliqué que dans les plaines à cause des contraintes physiques et climatiques. On a notamment moins de fourrages et la période dans les bâtiments est plus longue, ce qui induit des surcoûts. Mais ce qui me paraît le plus important, c’est la place fondamentale des éleveurs de montagne dans l’entretien des paysages, particulièrement difficiles et escarpés. D’ailleurs, pour la petite histoire, notre exploitation est située à un quart-d’heure d’une station de ski. Or, les pistes ne seraient pas ce qu’elles sont sans les vaches : pendant les beaux jours, elles les débroussaillent et les entretiennent en les broutant. Ce sont de véritables tondeuses à gazon naturelles ! Elles jouent aussi un rôle dans la prévention des risques naturels, notamment le risque d’avalanches.

Votre place est également fondamentale d’un point de vue économique.
Oui, bien sûr : la production laitière en montagne crée de nombreux emplois et contribue à maintenir le peuplement dans ces endroits. Agriculture, élevage, laiteries, production de fromages… : c’est toute une communauté locale qui permet de fabriquer des bons produits, de préserver les ressources naturelles et d’accueillir les touristes pour les randonnées d’été et les sports d’hiver.

> Zoom sur la « zone de montagne »
Apparue en 1961, la notion de « zone de montagne » est précisée en 1975 par une directive de la Communauté économique européenne. Selon les textes en vigueur, en France, une zone de montagne comprend des communes ou des parties de communes caractérisées par :

  • soit l’existence, en raison de l’altitude (minimum 700 m, sauf pour le massif vosgien à 600 m et les montagnes méditerranéennes à 800 m), de conditions climatiques très difficiles qui se traduisent par une période de végétation sensiblement raccourcie ;
  • soit la présence, à une altitude moindre, dans la majeure partie du territoire (au moins 80 %), de fortes pentes (supérieure à 20 %), telles que la mécanisation ne soit pas possible ou nécessite l’utilisation d’un matériel très onéreux ;
  • soit la combinaison de ces deux facteurs.

(Source : Pôle d’observation des territoires de montagne, http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr). 

Crédits photos : Mise à l’herbe des vaches par P.DUREUIL – CNIEL / Monts du Cantal par Hien Le via Flickr.

Economie-laitière-B
article suivant
L’économie laitière en quelques chiffres

L’économie laitière en quelques chiffres

Et les champions de la consommation de produits laitiers sont…

Economie-laitièreÉditée chaque année, L’Économie laitière en chiffres fournit une très large palette de données sur la production laitière, les échanges et les fabrications de produits laitiers en France, en Europe et dans le monde. Les principales tendances repérées dans l’édition 2014.

Et les champions de la consommation de produits laitiers sont…

En Europe, ce sont les Irlandais qui consomment le plus de lait liquide, avec 139,9 kg par habitant en 2012. Assez loin derrière eux, les Français n’en ont consommé que 54,3 kg la même année. En revanche, c’est un franc cocorico pour le fromage et le beurre, deux produits intimement attachés au patrimoine gastronomique hexagonal :

  • Les Français sont les plus gros consommateurs mondiaux de fromages, avec 26,2 kg par habitant en 2012 ! Pas étonnant quand on connaît la qualité et la diversité de ces produits qui auraient inspiré au Général De Gaulle le célèbre aphorisme : « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 400 variétés de fromage ? » – en réalité, il y en a plus de 1 000 ! Si l’on se penche sur l’Europe uniquement, largement en tête par rapport au reste du monde, on observe que la consommation de fromage se porte bien dans les pays où la gastronomie locale lui accorde une place importante, par exemple l’Allemagne (24,3 kg), la Grèce (22,6 kg) ou encore l’Italie (20,9 kg).
  • Les Français sont également les plus gros consommateurs mondiaux de beurre, avec 7,4 kg par habitant en 2012. En Europe, les Allemands (6,2 kg) et les Luxembourgeois (6,1 kg) les talonnent. Notre bonne vieille cuisine au beurre n’a pas dit son dernier mot !

En Asie : un intérêt croissant pour le fromage

À l’autre bout de l’échelle, c’est sans surprise en Asie que les produits laitiers sont le moins employés. Par exemple, en 2012, les Chinois n’ont consommé que 0,1 kg de beurre et de fromage par habitant. Mais le chiffre monte à 15,9 kg pour les laits liquides.

Deux chiffres sont toutefois représentatifs de l’intérêt croissant suscité par le fromage, essentiellement importé de France : la consommation de fromages au Japon (2,1 kg) et en Corée du Sud (2 kg). On est loin derrière les chiffres français et européens, mais la demande augmente régulièrement dans ces deux pays où le fromage est assimilé à un produit gastronomique et où l’origine française est synonyme de qualité.

Une bonne image des fromages français dans le monde

D’une manière générale, le poids du fromage dans les exportations de produits laitiers français est prépondérant. Depuis 2009, l’interprofession laitière a choisi de le mettre en avant, que ce soit en Asie, en Europe ou sur le continent américain. Pour ce dernier, on pense particulièrement au Brésil, où 3,6 kg de fromage par habitant ont été consommés en 2012 (contre 3,2 kg en 2008) et où une campagne de promotion a débuté en août 2013. Quant aux fromages français qui s’exportent le plus dans le monde, il s’agit des frais et blancs, des typiques pâtes molles (brie et camembert en tête) et des fromages à pâte pressée, tel l’emmental et le Saint Paulin.

Crédit photo : N.BERGEROT / CNIEL.