Alimentation et Santé

Alimentation et Santé

  • 17-04
    Vive le goûter… pour les grands et les petits !

    À tous les âges, le goûter fait l’unanimité.

  • 15-04
    Que faire avec… du lait cru ?

    Si vous avez la chance de trouver du lait cru, profitez-en pour préparer des recettes simples où le lait tient le rôle principal. Les meilleures recettes à base de lait cru Pour les amateurs de lait, le lait cru, avec sa saveur riche et sa texture onctueuse, constitue un véritable trésor gustatif. Par conséquent, il […]

  • 10-04
    Les petits-déjeuners du monde : l’Italie

    Après l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, les États-Unis, la Chine et l’Afrique du Sud, place à la dolce vita ! En Italie, le petit-déjeuner (prima colazione) se compose le plus souvent d’une boisson chaude et d’une viennoiserie. Les plus répandus ? Le cappuccino et le cornetto. Un cappuccino pour commencer la journée Pour les Italiens, le cappuccino […]

  • 01-04
    Les meilleurs accords entre bières et fromages de Savoie

    Pour Élisabeth Pierre, experte en bières indépendante et formatrice en zythologie – la science de la bière –, les prestigieux fromages de Savoie sont particulièrement indiqués pour explorer l’alliance entre bière et fromage : « actuellement, la Savoie constitue l’une des zones en France les plus dynamiques en nombre de brasseries et en variété de […]

  • 30-03
    Colporteurs des alpages 2015 : tentez de décrocher le job le plus insolite de l’été !

    Pour la troisième année consécutive, le syndicat de défense du beaufort, le célèbre fromage de Savoie, recherche ses « colporteurs des alpages » pour représenter et de promouvoir la filière au cœur des Alpes et de l’été. Un boulot de rêve ! Bien plus qu’un job d’été Pendant les 2 mois d’été, les colporteurs des […]

  • 27-03
    Découvrez la tarte tatin salée !

    Une manière renversante de renouveler ses tartes salées.

  • 25-03
    Fromager, c’est un métier : Marc Janin, MOF 2015

    A tout juste 30 ans, il vient de décrocher le titre prestigieux de Meilleur Ouvrier de France (MOF). Rencontre dans le Jura, département natal du jeune fromager. Comment êtes-vous devenu fromager ? Un peu par hérédité, mais surtout grâce à des rencontres avec des professionnels aussi passionnés que passionnants. Après mon baccalauréat, je ne souhaitais […]

  • 23-03
    Les fermes laitières, un concentré de biodiversité !

    On ne le sait pas toujours, mais le pâturage des vaches et l’action des éleveurs sur les paysages contribuent à maintenir la biodiversité. Dans les prairies, haies et bordures de champs, un grand nombre d’organismes vivants rendent en effet des services écologiques à la planète. Les lombrics ou vers de terre Les prairies des fermes […]

Voir toutes les actualités
Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
Alimentation et santé
-

Enceinte, mangez deux fois mieux !

Ne pas manger pour deux, mais manger deux fois mieux : voilà l’idéal pendant la grossesse !

Femme enceinte

Femme enceinte buvant un verre de laitNe pas manger pour deux, mais manger deux fois mieux : voilà l’idéal pendant la grossesse !

Pendant 9 mois, pour donner le meilleur de soi-même et devenir une maman en pleine forme, il faut prendre soin de son alimentation.

Equilibre et variété restent les deux grands principes de l’alimentation de la femme enceinte : l’essentiel à garder en tête durant toute sa grossesse.

Avant la grossesse…

Si votre grossesse est planifiée, pensez dès l’arrêt de la contraception à booster vos apports en vitamine B9 (dite aussi acide folique). En effet, une carence en vitamine B9 entraîne un risque de malformation fœtale.
A consommer pour leur richesse en acide folique : les levures (telle la levure de bière en flocons), le foie, les céréales, les noix, les légumes comme les épinards ou la mâche. Quant aux fromages, deux familles sont à privilégier : les pâtes molles à croûte fleurie (Brie, Camembert…) et les fromages à pâte persillée, dits fromages bleus.

Des besoins légèrement accrus

Enceinte, on a besoin d’un peu plus d’énergie : + 150 kcal/j au 1er trimestre et +250 kcal/j au 2ème et 3 ème trimestre. 20% sont dédiés aux besoins du fœtus, le restant servant aux modifications maternelles. C’est peu en quantité, puisque l’apport normal énergétique hors grossesse d’une femme se situe entre 2000 et 2400 kcal/jour.

Ce qui justifie la prise de poids recommandée, qui devrait être comprise entre 6 et 16 kg durant la grossesse, selon son indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse. Plus la femme est mince avant sa grossesse (IMC bas), plus la prise de poids sera dans le haut de la fourchette, les femmes en surpoids (IMC haut) devant limiter la prise de poids. Cliquez ici pour calculer votre IMC.

Bon à savoir : la nature a pensé à tout ! L’organisme a la faculté de s’adapter à cette période particulière, et donc d’optimiser l’utilisation des nutriments apportés par l’alimentation. Autrement dit, tout ce qui est consommé est utilisé au maximum par l’organisme, plus qu’en temps ordinaire.

Trois besoins spécifiques

Outre les recommandations habituelles concernant la limitation des produits sucrés, la consommation de fruits et légumes et l’équilibre général de son alimentation, les femmes enceintes doivent penser à…

  • Varier les sources de corps gras, pour consommer une grande variété d’acides gras, indispensables à la construction du cerveau du bébé. Huiles (olive, colza, tournesol…) pour les vinaigrettes, beurre pour les pâtisseries, sur les pâtes ou les légumes, crème pour les sauces, il faut jouer sur tous les tableaux et n’en bannir aucun. Surtout qu’ils sont de formidables exhausteurs de saveurs, ce qui permet de limiter le sel favorisant la rétention d’eau, ennemi des futures mamans dont les jambes ont parfois tendance à gonfler.
  • Manger du poisson au moins 2 fois par semaine, dont un poisson gras (sardine, saumon bio d’élevage, maquereau, anchois…) pour des apports suffisants en oméga-3.
  • Consommer suffisamment de calcium : les besoins augmentent légèrement, passant de 900 à 1000mg/j, sauf si la femme enceinte est adolescente (1200 mg/jour). L’idéal ? 3 produits laitiers par jour, soit un bol de lait, un laitage (yaourt, fromage blanc) et 30 à 40 g de fromage à pâte dure, les plus riches en calcium (emmental, gruyère, comté…). Si vous ne mangez pas de fromage, passez alors à 4 produits laitiers pour être sûre de couvrir vos apports.

Listériose et toxoplasmose

Via l’alimentation, deux maladies peuvent occasionner des complications pour le fœtus :

  • La toxoplasmose : causée par un parasite du chat, cette maladie bénigne pour la maman est très dangereuse pour le fœtus. En début de grossesse, votre médecin vérifiera systématiquement si vous êtes immunisée ou non, et si vous ne l’êtes pas, cela sera vérifié à chaque grossesse ! Pour l’éviter, il faut laver et éplucher soigneusement fruits, légumes et herbes aromatiques, veiller à cuire sa viande à cœur, et déléguer à quelqu’un d’autre le changement de la litière de son chat.
  • La listériose : elle est liée au développement d’une bactérie, la listeria, résistante au froid (y compris à la congélation), mais pas à la chaleur. Elle se développe particulièrement dans certains aliments, qui ne doivent pas être consommés par les femmes enceintes : viande, poisson, coquillages et crustacés crus ou insuffisamment cuits, charcuteries type rillettes ou comportant de la gelée, fromages au lait cru, croûtes de tous les fromages, fromages râpés industriels. Préférez pour quelques mois les produits préemballés aux produits achetés à la coupe, qui doivent être consommés rapidement.
    Bon à savoir : bien que préparés à base de lait cru, les fromages à pâte cuite (Comté, Beaufort…) peuvent être consommés, car le lait est cuit donc pasteurisé durant leur préparation. Tant mieux, car ils sont les plus riches en calcium.

Dernier conseil pour une grossesse paisible : le lavage des mains est plus que jamais recommandé avant de cuisiner, ainsi que le lavage soigneux des légumes, fruits et crudités consommées. Sans oublier le nettoyage du réfrigérateur avec de l’eau javellisée !

Plus d'articles

Mots clés

bando-hydratationproduitslaitiers
article précédent
Pour vous hydrater, pensez produits laitiers !

Pour vous hydrater, pensez produits laitiers !

Riches en eau, riches en calcium et vitamines !

hydratationproduitslaitiersÀ l’âge adulte, notre corps se compose à 65%… d’eau ! Sachant qu’un adulte dépense au moins 2 litres d’eau par jour, il faut reconstituer au quotidien ces pertes pour veiller au bon fonctionnement de l’organisme. S’il est recommandé de boire environ 1,5 l d’eau par jour, le reste des besoins hydriques doit être couvert par l’alimentation. Aux côtés des fruits et légumes, les produits laitiers en sont une très bonne source à laquelle on ne pense pas toujours sous cet angle.

Le lait, idéal pour s’hydrater… et se ressourcer

Le lait contient ainsi 87% d’eau : par exemple, un bol de 25 cl de lait demi-écrémé apporte environ 22,5 cl d’eau . Bien évidemment, il contient bien plus que de l’eau : des protéines, du calcium et des vitamines et autres minéraux. Il est donc particulièrement intéressant pour se réhydrater le matin, après la longue pause de la nuit où l’on n’a pas bu, et pour commencer sa journée avec un apport conséquent en calcium. Un autre moment important de réhydratation se présente dans le cadre d’activités  sportives : En effet, la pratique sportive contribue à la perte d’eau, et lors de la phase de récupération, il est primordial de bien récupérer, pour éviter les atteintes musculaires. Ainsi, l’eau du lait réhydrate, ses protéines (environ 3,2%) participent à la reconstruction musculaire, et ses glucides (5%) favorisent la synthèse du glycogène. Une boisson idéale après le sport !

Yaourt et fromage blanc, des desserts… hydratants

Un pot de 125 g de yaourt nature contient 100 g d’eau , soit un petit verre, et un pot de fromage blanc au lait entier un peu moins, soit 80 g. Des apports non négligeables qui cumulés à la fin de la journée permettent d’avoir rétabli sa balance hydrique.

Les fromages, plus qu’on ne croit

Quant aux fromages, leur teneur dépend de leur mode de fabrication. Plus ils sont égouttés, pressés, plus ils sont secs avec une teneur en eau de plus en plus faible. Un camembert par exemple contient environ 54 % d’eau alors qu’un emmental en contient seulement 38 % : plus ils sont frais, souples et coulants, plus ils seront riches en eau, contrairement à ce que l’on croit souvent ! Autrement dit : ouvrez l’œil et lisez bien les étiquettes .

Crème fraîche et beurre, eux aussi
63 g d’eau pour 100 g de crème épaisse , 16 g d’eau pour 100 g de beurre  : si on ne consomme pas ces produits pour leur richesse en eau, il convient de signaler qu’ils ne sont pas composés que de matières grasses, à la différence de l’huile végétale. Ce qui fait leur culinarité, la variété de leur usage… et allège au final la facture calorique !

Crédit photo : T.LACOSTE / QUALIPIGE / CNIEL

bandeau-MG
article suivant
Les produits laitiers sont-ils aussi gras que vous croyez ?

Les produits laitiers sont-ils aussi gras que vous croyez ?

Retour sur des idées reçues.

Entre l’image que l’on a des produits laitiers et la réalité de ce que l’on consomme au quotidien, la vraie teneur en matières grasses (lipides) des produits laitiers peut vous surprendre… dans le bon sens !

Une étude sur la perception des lipides
Pour 59% des consommateurs interrogés sur le pourcentage de matières grasses contenu dans le lait (étude CSA/CNIEL 2010), les produits laitiers sont gras. Ainsi, certains estiment que le lait ½ écrémé contient en moyenne 17 % de lipides (au lieu de 1,6 % dans la réalité),  d’autres qu’un yaourt en contient 21 % (1,1 % dans la réalité) ! Quant à la teneur en matières grasses du camembert, elle est estimée à 48 % (au lieu de 22 %) et celle de l’emmental à 48 % (au lieu de 29 %). La méconnaissance de la composition nutritionnelle des produits laitiers tend à les positionner comme des produits gras car la teneur en matières grasses des produits laitiers est la plupart du temps surestimée. Néanmoins, ils sont 90% à dire que le lait est bon pour la santé et 84% que le lait est la meilleure source de calcium.

Les vrais chiffres !
Côté pratique et pour bien clarifier la situation nutritionnelle des produits laitiers, voici quelques exemples de pourcentage de lipides pour 100 g d’aliment consommé :

  • Laits de consommation : écrémé < 0,3 %,  ½ écrémé 1,5 %, entier 3,5 % ;
  • Fromages : famille très vaste (1000 fromages en France) allant de 0 % à 35 %;
  • Laits fermentés (yaourts et autres) : 0 à 4 %
  • Beurres et dérivés : « matières grasses laitières à tartiner » 10-20 %,  « réduits de 50% de MG » 39-41 %, « allégés » 60-62 %, « standard demi-sel » 80 %, et « classique » 82 %
  • Crèmes et dérivés : « spécialité à base de crème » entre 3 et < 12 %, « légère » 12 à 30 %, classique ≥ 30 %.

On est bien loin de ce que pensent les participants à l’étude !

Au quotidien dans notre assiette
Si l’on rapporte le pourcentage aux portions consommées habituellement par jour, selon les recommandations préconisées, voici la quantité réelle de matières grasses consommées lorsque l’on mange…

  • 10g de beurre = 8,2 g de matières grasses
  • 30g de fromage affiné (type camembert) = 6,6 g
  • 125g de yaourt (au lait entier) = 5 g
  • 250 ml de lait (1/2 écrémé) = 3,7 g

Il s’avère donc que les produits laitiers dans leur ensemble et quotidiennement, contribuent à hauteur d’environ 24 % des apports en lipides des adultes français et a 21 % de ceux des enfants : plus de 75% des matières grasses sont apportées par d’autres sources que les produits laitiers.

A lire aussi :

Crédit photo : Studio B/CNIEL.