filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 27-02
    10 idées d’accords entre fromages et miels

    Alors que le miel est à la mode et que les ruches se posent jusque sur les toits des immeubles urbains, jamais les mariages entre fromages et miels n’ont été aussi aboutis.

  • 24-02
    Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

    Grâce à la précision de leurs cahiers des charges, les AOP fromagères ont un impact direct sur la biodiversité des races d’élevage, préservant ainsi des races laitières spécifiques.

  • 22-02
    L’édition 2017 du Salon International de l’Agriculture commence samedi !

    La 54e édition du Salon International de l’Agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2017 à Paris Expo Porte de Versailles.

  • 17-02
    Les bons accords entre vins rouges et fromages

    L’accord fromages-vins rouges est tout à fait possible en faisant attention aux tanins et en n’oubliant pas les vins doux.

Voir toutes les actualités
Economie et société, Les produits laitiers
-

Fromager, c’est un métier : Marc Janin, MOF 2015

Marc Janin, lors du concours MOF 2015

A tout juste 30 ans, il vient de décrocher le titre prestigieux de Meilleur Ouvrier de France (MOF). Rencontre dans le Jura, département natal du jeune fromager.

Marc Janin, meilleur ouvrier de France fromagerComment êtes-vous devenu fromager ?
Un peu par hérédité, mais surtout grâce à des rencontres avec des professionnels aussi passionnés que passionnants. Après mon baccalauréat, je ne souhaitais pas vraiment reprendre la fromagerie familiale à Champagnole, mais je voulais rester dans l’univers des produits laitiers et du fromage. J’ai donc entrepris une formation en alternance à l’Ecole Nationale d’Industrie Laitière (ENIL) de Besançon-Mamirolles. J’y ai appris les clés de la fabrication du fromage, notamment du mont d’or, du morbier et du comté au sein de la fromagerie familiale Sancey-Richard de Métabief. Cette rencontre a été décisive.

C’est elle qui vous a fait changer d’avis ?
Elle m’a beaucoup influencé. Mon père tient sa crèmerie de mon grand-père et mon arrière-grand-père était lui-même fromager. Petit à petit, il devenait clair qu’un jour ou l’autre, j’allais m’inscrire dans l’histoire familiale. La deuxième étape déterminante dans mon parcours s’est déroulée juste après mon passage à l’ENIL : je me suis lancé, pendant un an, dans un extraordinaire tour de France à la rencontre des grands crémiers affineurs, comme un compagnonnage en mode fromager. Ce périple très formateur a fini de me convaincre et j’ai repris la fromagerie familiale en gestion. Comme je ne conçois pas mon métier sans avancer, j’ai préparé pendant six ans le concours de MOF. Le titre va m’ouvrir des portes vers de nouvelles rencontres passionnantes.

Que conseillez-vous à vos clients pour bien déguster et conserver le fromage ?
La première règle, c’est qu’il vaut mieux acheter les fromages en petites quantités, les consommer rapidement… et revenir régulièrement ! Pour être optimal, le mûrissement des fromages doit en effet se faire chez nous. Ici, j’ai des caves adaptées, où je peux vraiment travailler les fromages à ma façon : je les reçois au minimum d’affinage que permet la réglementation et je les soigne jusqu’à ce qu’ils soient prêts à être dégustés. Chez eux, les clients ont tout intérêt à les conserver dans le bac à légumes du réfrigérateur, enveloppés dans le papier fourni par la fromagerie, qui est pensé et conçu pour cet usage. Ils doivent simplement penser à les sortir 30 minutes à 1 heure avant la dégustation.

Quel est votre fromage fétiche ?
Sans grande surprise, c’est le comté. Je pense à lui dès le matin, quand, à travers les fenêtre de ma maison, je vois des Montbéliardes brouter paisiblement ! À mes yeux, il a toutes les qualités que l’on peut attendre d’un fromage : il se garde longtemps, présente une très large palette de saveurs, se mange du petit-déjeuner au dîner et s’accorde avec plusieurs vins. Il se cuisine aussi très bien. Chez nous, en hiver, on prépare très souvent une fondue avec quatre affinages différents de comté et un chardonnay du Jura. Avec les beaux jours qui reviennent, je pense plutôt à des tartines chaudes agrémentées d’une ratatouille printanière et de lamelles de comté fruité. C’est vraiment un fromage tout-terrain !

Fromagerie JANIN
21 avenue de la République
39300 CHAMPAGNOLE
Tél. : 03 84 52 00 97
Email : infos@fromagerie-janin.com

Crédit photo : Guillaume Blanchon, CNIEL.

Plus d'articles

Mots clés

Voir l'événement

Salon International de l'Agriculture 2015

Salon de l’agriculture 2015

21/02
au
01/03