Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

La grande aventure de la transformation du lait : l’avalanche

Petite expérience amusante pour comprendre la composition du lait.

Avalanche-de-lait-2

Avalanche-de-laitVous n’avez pas pu assister aux passionnants ateliers scientifiques du Salon International de l’Agriculture 2014 ? Retrouvez les expériences sur le site www.produits-laitiers.com pour mettre en œuvre chez vous, avec ou sans vos enfants, les grandes technologies de la transformation du lait.

Pourquoi cette expérience ?

Vous avez déjà observé la jolie manière qu’a le lait de se disperser dans votre tasse de thé ? Il forme ce que l’on appelle communément un « nuage de lait ». De la même manière, il permet de simuler le fonctionnement des avalanches de poudreuse. Or, cette expérience étonnante met en évidence la composition du lait et sa richesse nutritionnelle.

Ce qu’il vous faut :

  • Un récipient grand et long, de type bac transparent pour le rangement ou aquarium.
  • De l’eau froide du robinet.
  • Un pichet de lait.
  • Un sac poubelle de couleur noire.
  • Du ruban adhésif.
  • Une planche (plastique, bois) d’une largeur légèrement inférieure à celle du bac.

Comment faire ?

  • Prenez le bac transparent. Couvrez l’un de ses grands côtés avec le sac poubelle noir, en le fixant avec le ruban adhésif. Ce n’est pas indispensable mais cela permet de mieux observer le phénomène car l’avalanche se détachera bien sur le fond noir.
  • Placez la planche à l’intérieur du bac en lui donnant une inclinaison. C’est elle qui forme la pente sur laquelle l’avalanche va dévaler. Vous pouvez également simuler des obstacles en collant des objets sur la planche.
  • Remplissez le bac d’eau, au moins aux trois quarts, en laissant émerger une bonne partie de la planche.
  • Une fois que l’eau est calme, versez délicatement une petite quantité de lait sur la partie émergée de la planche : une magnifique avalanche de lait se forme sur la pente !

Comment ça marche ?

Avalanche-de-lait-2Le lait, plus dense que l’eau, tombe vers le fond du bac en glissant le long de la plaque. Mais pourquoi deux liquides ont-ils des densités différentes ? Parce que lait, qui est constitué majoritairement d’eau (87 %), contient d’autres composants spécifiques, les nutriments :

  • Des matières grasses, essentiellement présentes dans le lait entier, un peu moins dans le demi-écrémé et pratiquement plus dans le lait écrémé. Elles apportent de l’énergie et sont l’un des principaux constituants des membranes de nos cellules. Elles interviennent également dans de nombreuses réactions chimiques.
  • Des protéines (notamment la caséine) qui nous apportent les petites briques dont le corps a besoin pour construire les muscles, les organes, la peau…
  • Des glucides (lactose) qui donnent de l’énergie.
  • Des minéraux, dont le calcium et le phosphore, indispensables à la croissance des enfants.
  • Des vitamines, comme la vitamine B, mais aussi les vitamines A et D. Ce sont les petits rouages qui permettent à l’organisme de fonctionner correctement.

Tous ces nutriments, qui ont des rôles indispensables pour le fonctionnement l’organisme, rendent le lait plus dense, autrement dit plus lourd que l’eau. Ils le font tomber au fond du bac en formant une formidable avalanche !

Plus d'articles

Mots clés

des-emballages-en-plastique-laitier
article précédent
Des emballages en plastique… laitier !

Des emballages en plastique… laitier !

La société lyonnaise Lactips utilise les protéines du lait pour fabriquer des plastiques écologiques et même comestibles.

LactipsLa société lyonnaise Lactips utilise les protéines du lait pour fabriquer des plastiques écologiques et même comestibles.

Une idée en or blanc

Fabriquer du plastique naturel à la fois soluble dans l’eau et biodégradable : c’est le pari gagné par les fondateurs de Lactips. Cette start-up lyonnaise née en avril 2014 est installée depuis septembre au sein d’Axel’One, une plateforme d’innovation collaborative dédiée à la chimie et l’environnement. « L’idée a été développée notamment par Frédéric Prochazka, chercheur en chimie des matériaux, raconte Marie-Hélène Gramatikoff, co-fondatrice et présidente de Lactips. Dans son laboratoire de l’université de Saint-Étienne, il a travaillé dès 2006 à la fabrication de plastique à partir des protéines du lait. Grâce au procédé qu’il a inventé et breveté, on transforme la caséine en granulés de matière plastique. » Ceux-ci peuvent être utilisés par toutes les technologies des matières plastiques : films, capsules, matériaux thermoformés…

Un plastique écologique

Le principal avantage de la protéine du lait ? Elle produit un matériau respectueux de l’environnement. Les matières plastiques sont en effet habituellement issues à 95 % du pétrole. Seules 5 % d’entre elles sont biosourcées, c’est-à-dire dérivées de matières renouvelables végétales ou animales. L’innovation de Lactips fait partie du deuxième groupe. « Au toucher, on a l’impression que c’est du plastique normal et courant, mais en réalité, il est totalement hydrosoluble et surtout biodégradable, poursuit Marie-Hélène Gramatikoff. L’alcool polyvinylique, utilisé par exemple pour envelopper les sachets doses de lessive en poudre, est lui aussi soluble dans l’eau mais il atteint les nappes phréatiques. Au contraire, le matériau plastique de Lactips est non polluant. Il est même compostable : les bébêtes l’adorent ! »

Granulés-de-plastique-à-base-de-caséinePour quelles applications ?

Du côté de l’industrie, les granulés de plastique issus des protéines du lait peuvent donner vie à une multitude de possibilités. En résumé, n’importe quel produit comportant du plastique hydrosoluble est potentiellement concerné. Certaines idées sont déjà opérationnelles, d’autres doivent être concrétisées. L’un des premiers objectifs de la start-up est de remplacer des produits qui existent déjà, mais sans leur côté polluant. « On a par exemple fabriqué un film pour emballer les dosettes de lessive ou de détergent pour lave-vaisselle », se réjouit Marie-Hélène Gramatikoff. À terme, Lactips proposera également des emballages alimentaires intelligents et comestibles, comme des sachets de thé, de chocolat, de sucre ou de sirop qui fondront au contact de l’eau ou du lait. « Dans la mesure où nous utilisons des matières premières comestibles, il n’y a rien d’étonnant à manger nos plastiques ! », conclut celle qui espère commercialiser ces conditionnements révolutionnaires dès 2017. De belles perspectives pour les consommateurs, la planète et l’économie laitière !

Power-Cows-B
article suivant
Un site Internet pour Power Cows, la campagne dédiée aux ados

Un site Internet pour Power Cows, la campagne dédiée aux ados

De janvier à mai 2015, la collective des produits laitiers se consacre aux collégiens.

Power-Cows-1De janvier à mai 2015, la collective des produits laitiers présente sa nouvelle campagne spécialement conçue pour les collégiens. Première étape : le lancement du site www.power-cows.fr.

Des adolescents en manque de calcium

Alors que les recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS) sont, pour les adolescents, de 3 à 4 produits laitiers par jour, près de la moitié d’entre eux en consomment moins de 3 ! Par conséquent, la couverture de leurs besoins en micronutriments, en particulier en calcium, est loin d’être assurée. Or, l’adolescence est une période clé pour la constitution du squelette, puisque c’est à ce moment-là, pendant la croissance, que se constitue le capital osseux. Les besoins en calcium sont donc encore plus importants que pendant l’enfance.

Les produits laitiers et l’Education nationale, un partenariat de longue durée

Heureusement, depuis bientôt trente ans, l’Interprofession laitière entretient des relations privilégiées avec l’Éducation nationale, par le biais d’actions à destination des équipes pédagogiques, des membres du personnel d’encadrement, de la restauration scolaire et des élèves. Avec ce troisième volet, la nouvelle campagne « Power Cows » s’adresse encore directement aux adolescents. La moindre consommation de produits laitiers par les jeunes de 11 à 15 ans étant encore plus marquante chez les filles que chez les garçons, c’est tout Power-Cows-2un univers de super-héroïnes qui a été créé cette année. L’objectif de la campagne ? Leur faire (re)connaître l’intérêt nutritionnel des produits laitiers et leur place dans l’équilibre alimentaire, afin de motiver leur consommation pour atteindre les recommandations du PNNS.

À découvrir : le site www.power-cows.fr

La mise en ligne du site www.power-cows.fr constitue le premier temps fort de la campagne. Il met en scène les cinq super héroïnes, les Power Cows, qui arrivent sur terre pour sauver les adolescents de la « Mankdecalcium ». Supermeuh, Cowoman, Spiderchise, Capt’n Yaourt, Tankwoman sont en effet des vaches d’exception qui ont pour mission d’aider tous les adolescents, en commençant par la France. Chacune a la charge de les sauver dans une région en particulier : Supermeuh atterrit à Pariscity, Spiderchise à Strasville, Captn’Yaourt à Brestown, Cowoman à Toultown, Tankwoman à Limojville. Entre informations, anecdotes, test, jeu interactif et concours, elles dégainent leurs armes fatales pour cette « power cause » !

D’autres actions viendront fin 2014 et en 2015 : des posters, un jeu téléchargeable pour les portables, une animation sur le temps de restauration, un défi (retrouver la calciumite, un sac contenant un concentré de calcium), un concours pour créer la sixième COW et imaginer son super pouvoir. À suivre !