Cuisine et Recettes

Cuisine et Recettes

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes, Les produits laitiers
-

Conseils de dégustation autour du bleu d’Auvergne

Un accord pour les amateurs de saveurs sucrées-salées.

Les-accords-autour-du-bleu-d'Auvergne-B

Les-accords-autour-du-bleu-d'AuvergneUn accord pour les amateurs de saveurs sucrées-salées.

Le bleu d’Auvergne

Dans la plus grande prairie naturelle de la France, au cœur du Massif central, 75 % du lait produit est transformé en fromage. Le plus célèbre ? L’AOP bleu d’Auvergne, né au milieu du XIXe siècle quand un fermier auvergnat, Antoine Roussel, eut l’idée d’ensemencer des fourmes avec des moisissures bleues de pain de seigle. Il inventa et développa même la technique du « piquage », destinée à faire entrer de l’air dans le fromage pour favoriser le développement du bleu. Très parfumé, avec des arômes marqués et persistants de bleu, de terroir, d’humidité et de champignon, le bleu d’Auvergne présente une texture fragile, friable et cassante tout en étant fondant et beurré. Un fromage de caractère !

Un fromage qui aime les vins doux

Comme les autres fromages à pâte persillée, il s’accorde particulièrement bien avec les vins blancs doux. Notre choix : un Sainte Croix du Mont 2010, blanc liquoreux à servir à 7 ou 8 °C, pas plus, afin de préserver sa fraîcheur. En bouche, l’attaque dévoile une belle acidité soutenue par une matière gouleyante, chaleureuse et bien équilibrée. Avec une finale très miellée, des notes de cire d’abeille, de coing et d’abricot, ce vin s’allie à merveille au bleu d’Auvergne ! Mais que les amateurs de vins d’Alsace se réjouissent : la puissance du bleu d’Auvergne aime aussi les Gewurztraminer « vendanges tardives », issus de raisins récoltés en surmaturité, généralement plusieurs semaines après le début officiel des vendanges. Le vin qui en est issu présente des arômes plus concentrés : un excellent contrepoint à la force des fromages bleus. Enfin, toujours dans le sucré mais avec une dégustation toute en originalité, l’association interprofessionnelle des brasseurs de France recommande, avec les fromages bleus, une bière brune et ambrée, de préférence ronde et liquoreuse.

Et le pain ?

Le pain de campagne reste une valeur sûre, tandis que le pain de seigle (qui rappelle les fameuses moisissures à l’origine des fromages bleus) révèle des arômes délicieusement tourbés. Par ailleurs, le bleu d’Auvergne s’accordant particulièrement bien avec les saveurs sucrées, tous les pains aux fruits secs l’accompagnent à merveille. Le plus insolite ? Le pain d’épices, à décliner en toasts au bleu pour une dégustation qui fait mouche à tous les coups !

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Crédit photo : N.CARNET / CNIEL.

Plus d'articles

Mots clés

Accords-autour-du-maroilles-B
article précédent
Conseils de dégustation autour du maroilles

Conseils de dégustation autour du maroilles

Quel pain et quelle boisson pour accompagner le célèbre fromage du Nord ?

Quel pain et quelle boisson pour accompagner le célèbre fromage du Nord ?

Accords-autour-du-maroilles

Maroilles et Graves rouge 2010

Le maroilles

C’est la vedette des produits laitiers du Nord-pas-de-Calais ! Pâte molle à croûte lavée qui se pare d’une magnifique robe orangée, le maroilles AOP est caractérisé par une odeur à la fois puissante et persistante de terroir et de foin d’étable. Sa saveur est pourtant plus douce que le laisse présager son bouquet. Quant à sa pâte crémeuse, elle tapisse délicieusement le palais. Il tire son nom du village du même nom, dans l’Avesnois. Celui-ci abritait autrefois une importante abbaye, partiellement détruite au moment de la Révolution française, où l’ancêtre du maroilles fut fabriqué par les moines dès le VIIe siècle. À noter, pour la petite histoire, que ses ventes se sont envolées grâce au succès du film Bienvenue chez les ch’tis, où il est consommé… dès le petit-déjeuner !

Avec quelle boisson ?

Pas facile d’affronter ce fromage au tempérament marqué. Du côté des vins, pourtant, le maroilles permet de faire exception à la règle selon laquelle les blancs escortent mieux le fromage que les rouges. Notre choix : un Graves rouge 2010, servi à 15 °C. D’une belle robe grenat aux reflets pourpres, avec des odeurs boisées, épicées, réglissées, de caramel brûlé et de champ de fruits noirs mûrs, il révèle en bouche des saveurs tanniques, légèrement mordantes, persistantes, suaves, dévoilant des arômes d’épices et de boisé soutenu : il présente toutes les caractéristiques nécessaires pour s’harmoniser avec le maroilles ! Mais celui-ci s’avère aussi idéal pour essayer le mariage fromages-bières : avec les fromages à pâte molle et croûte lavée, l’association interprofessionnelle des brasseurs de France préconise ainsi des bières de caractère, brunes, ambrées ou blondes fortes, assez alcoolisées, provenant de préférence du Nord. Enfin, n’hésitez pas, pour un accord plus festif, à escorter le maroilles par… un champagne rosé !

Le pain idéal

Pour ce qui concerne le pain, le pain de campagne, à la croûte épaisse et au cœur tendre, remporte tous les suffrages grâce à son bon goût céréalier – encore plus s’il est complet – et sa légère acidité, deux qualités qui tiennent tête à la puissance du maroilles. Mais ce dernier se plaît aussi beaucoup avec un pain au cumin ou un pain aux noix, des spécialités particulièrement adaptées aux croûtes lavées. Et vous, quels sont vos accords préférés ?

Crédit photo : N.CARNET / CNIEL.

Brie-de-Meaux-B
article suivant
Conseils de dégustation autour du brie de Meaux

Conseils de dégustation autour du brie de Meaux

Quel pain et quelle boisson pour le « roi des fromages » ?

Brie-de-MeauxQuel pain et quelle boisson pour accompagner ce fromage ancien et prestigieux ?

Le roi des fromages !

Ce célèbre fromage à pâte molle et croûte fleurie, AOC depuis 1980 et AOP depuis 1996, est fabriqué dans l’Est du bassin parisien : Seine-et-Marne surtout, mais aussi une partie des départements de l’Yonne, de l’Aube, de la Marne, de la Meuse et de la Haute-Marne. La légende dit que Charlemagne aimait l’avoir à sa table, tout comme les rois Philippe Auguste, Henri IV et Louis XVI. En 1815, au Congrès de Vienne, il fut désigné « roi des fromages » par Talleyrand !

Aujourd’hui, le brie de Meaux se présente sous la forme d’un disque plat de 35 à 37 de diamètre et de 3 à 3,5 cm d’épaisseur, pour un poids de 2,5 à 3 kg. Le caillé est moulé manuellement au moyen d’une pelle à brie, par couches successives, selon un principe similaire au moulage à la louche. Une semaine après sa fabrication, il passe en cave d’affinage où il reste de quatre à six semaines, durant lesquelles il est retourné régulièrement sur des carrés de paille.

Sa croûte tendre et blanche, qui présente des pigments rougeâtres quand le fromage est particulièrement bien affiné, cache une pâte jaune paille, onctueuse et souple, souvent parsemée de minuscules trous. Quand il est à point, il dégage des arômes fruités et de terroir qui révèlent toute la richesse des plaines où il est produit.

Quel pain pour le brie de Meaux ?

Pour apprécier au mieux la texture crémeuse du brie de Meaux, le pain de campagne reste incontournable : sa fermeté et sa densité contrastent avec la souplesse du fromage, tandis que la pointe d’acidité du levain en rehausse le fondant. Le pain sert ainsi de support à l’expression du fromage : une mise en valeur réciproque !

Plus audacieux, l’accord avec un pain aux raisins ou aux figues séduit grâce à ses notes douces et sucrées qui renforcent le moelleux et la rondeur de la pâte. Toutefois, pour un brie truffé, mieux vaut s’en tenir à un pain nature pour révéler la finesse des arômes du fromage et de la truffe.

À éviter dans tous les cas avec le brie de Meaux : le pain complet, dont la saveur trop puissante écrase les notes de beurre du fromage ; le pain de seigle, qui donne un goût légèrement amer et métallique aux pâtes molles à croûte fleurie ; le pain viennois, trop mou pour contraster de façon harmonieuse avec le brie.

Avec quelle(s) boisson(s) ?

Le brie de Meaux s’accommode agréablement d’un vin rouge (beaujolais, bourgogne, bordeaux, pinot noir d’Alsace… selon les goûts de chacun) ou même d’un Porto rouge.

Pour un accord d’exception, le champagne brut fait également des merveilles, y compris avec un brie truffé. Moins cher, le crémant d’Alsace se défend très bien dans cette association. Pour rester dans les boissons pétillantes, souvenez-vous que le cidre demi-sec, avec sa petite rondeur sucrée, accompagne particulièrement bien les pâtes molles à croûte fleurie. Or, il existe une tradition cidricole en Brie !

Mais la palme de l’originalité revient à l’accord entre brie de Meaux et bière : les blondes légères mettent en valeur les fromages les plus doux, tandis que les bières ambrées, aux notes de terroir bien marquées, révèlent toute la force des bries les plus affinés.

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Crédit photo : V. RIBAUT / Les Studios Associés / CNIEL.