A la une

derniers articles
  • 22-03
    Le beurre dans tous ses états

    Une histoire d’émulsion et de températures.

  • 20-03
    Des fraises pour célébrer le printemps

    Les meilleurs alliés des fraises ? Les produits laitiers !

  • 17-03
    Et un Irish coffee pour la Saint-Patrick !

    Nos conseils pour réussir l’un des fleurons de la gourmandise irlandaise.

  • 15-03
    L’alimentation des vaches laitières en vidéo

    Menu quotidien, autonomie fourragère, pâturage : tout sur l’alimentation des vaches laitières françaises.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Le lait chaud, ça aide (vraiment) à dormir !

Qui n’a jamais entendu sa grand-mère dire qu’un bon bol de lait chaud ou tiède favorisait l’endormissement ?

bando-laitdodo

Le lait chaud aide au sommeilQui n’a jamais entendu sa grand-mère dire qu’un bon bol de lait chaud ou tiède favorisait l’endormissement ? Preuve à l’appui, on peut désormais dire qu’elle avait bien raison !

L’action du tryptophane

Ce remède de grand-mère a même trouvé une possible explication scientifique. Le lait apporte en effet en abondance un acide aminé appelé tryptophane. Une étude* a montré que de l’alpha-lactalbumine (une protéine laitière) enrichie en tryptophane donnée au dîner pourrait améliorer les troubles du sommeil et agir favorablement sur les capacités d’attention le matin suivant.

Encore mieux un peu sucré !

Le sucre ajouté (sous forme de miel ou d’un peu de sucre en poudre) entraîne une légère sécrétion d’insuline qui aide le tryptophane à atteindre le système nerveux et à se transformer en sérotonine, substance qui favoriserait le sommeil. Le tryptophane est en effet un précurseur de la sérotonine, une molécule connue pour son activité cérébrale.

De plus, le calcium du lait pourrait faciliter la détente musculaire.

Bon à se rappeler :  une briquette de lait entier (20 cl) apporte 125 kcal et 7 g de lipides. A titre de comparaison, un pain au chocolat apporte 278 kcal et 14 g de lipides : en cas d’insomnie, faites le bon choix !

* American Journal of Clinical Nutrition 2005; 81(5):1026-1033

Crédits photo : Nathalie Carnet / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés