Cuisine et Recettes

Cuisine et Recettes

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé, Cuisine et Recettes
-

Légumineuses et produits laitiers : un accord parfait

Nos 4 meilleures idées de recettes pour les accorder.

Légumineuses et produits laitiers

Pois chiches, haricots, lentilles, pois cassés… : pour profiter au mieux des bienfaits des légumineuses, associez-les avec les produits laitiers !

Pourquoi associer légumineuses et produits laitiers ?

Les végétariens apprécient particulièrement les légumineuses pour leur richesse en protéines. Toutefois, d’un point de vue nutritionnel, les protéines animales ont une valeur biologique supérieure à celle des protéines végétales, grâce à une meilleure digestibilité et une composition en acides aminés indispensables plus équilibrée. Or, les protéines du lait et des produits laitiers sont comparables à celles des protéines de la viande, du poisson ou des œufs. De plus, les produits laitiers (avec les œufs) apportent de la vitamine B12, nécessaire à la formation des globules rouges et insuffisante dans les régimes végétariens mal conduits ou trop restrictifs.

C’est pourquoi il est particulièrement important, dans le cadre d’un régime végétarien, de consommer 3 produits laitiers chaque jour (lait, fromage, yaourts, laits fermentés…). Ce n’est pas un hasard si, dans la cuisine indienne végétarienne, protéines végétales et produits laitiers sont traditionnellement associés !

Autre raison d’introduire les produits laitiers dans les régimes végétariens : le goût. Ils apportent en effet toute leur palette de saveurs et leur onctuosité à la cuisine végétarienne quotidienne.

4 idées de recettes pour accorder légumineuses et produits laitiers

  1. La tartinade de légumineuses super onctueuse : pour l’apéritif ou en guise de condiment dans un sandwich, la tartinade façon houmous se prépare facilement en mixant des légumineuses en conserve rincées et du yaourt, du jus de de citron et des épices (cumin, paprika, curry…). En utilisant du lait fermenté (lait ribot, kéfir, elben…) en plus grande quantité, on obtient une sauce plus fluide.
  2. Le pita-falafel avec une sauce blanche : les pois chiches trempés depuis la veille sont mixés à cru avec de l’oignon, de l’ail, du persil, de la coriandre et des épices (cumin, piment…). Cette pâte est façonnée en boulettes ou en palets qui passent en friture. Les falafels ainsi obtenus se dégustent chauds, dans un pain pita, avec des crudités et une sauce au yaourt citronnée. Mythique !
  3. Une salade de lentilles vertes au fromage : les lentilles cuisant rapidement et sans trempage préalable, elles sont idéales pour préparer de délicieuses salades improvisées. Elles se marient particulièrement bien avec le fromage pour des recettes très terroir (dés de comté, bleu émietté, copeaux de mimolette…), à agrémenter avec une vinaigrette laitière et éventuellement un œuf poché pour augmenter l’apport en protéines.
  4. Un curry de légumes et raïta : des légumineuses et des légumes de saison (courge, carottes, épinards, blettes, courgettes, tomates…), une cuisson à feu doux avec de la pâte de curry, du lait de coco et de la crème liquide pour parfaire l’onctuosité, voici un délicieux curry ! Il se sert avec du riz et l’incontournable raïta, une salade de yaourt aux légumes ou aux fruits que les Indiens consomment quotidiennement. Le contraste entre la chaleur du curry et la fraîcheur du yaourt est tout simplement irrésistible. Pour terminer le repas, un lassi et un thé tchaï s’imposent.

Plus d'articles

Mots clés

Beaujolais nouveau et fromage
article précédent
Les meilleurs accords entre fromage et beaujolais nouveau

Les meilleurs accords entre fromage et beaujolais nouveau

« Le beaujolais nouveau est arrivé ! » C’est demain que résonnera dans toute la France et à l’étranger le slogan synonyme de fête et de convivialité.

Chaque troisième jeudi de novembre, le beaujolais nouveau déferle dans les bistrots et donne le ton des repas partagés entre copains. Delphine Barthe, sommelière au restaurant étoilé L’Auberge de Clochemerle à Vaux en Beaujolais, partage ses conseils pour marier ce vin festif avec le plateau de fromage.

Le beaujolais nouveau, un vin fruité et festif

Depuis 1951, certaines appellations du beaujolais bénéficient d’une autorisation de mise en vente anticipée, renouant avec une vieille tradition de consommation des vins primeurs. Le berceau historique du beaujolais nouveau ? Lyon et ses fameux « bouchons », où il se dégustait autrefois dans des pots vendus au mètre. Issu du cépage gamay, ce vin fruité et léger, marqué par une large palette d’arômes en fonction des vignerons, déchaîne les passions. « Il s’agit d’un vin jeune qu’il ne faut pas comparer avec des vins de garde, ce à quoi il ne prétend pas de toute façon », confie Delphine Barthe. Cette sommelière native du Beaujolais ne partage pas l’avis de ceux qui dénient tout intérêt, voire toute légitimité, au beaujolais nouveau. « Il faut simplement le boire pour ce qu’il est, sans bouder son plaisir : c’est un vin frais, fruité, festif, convivial, que l’on partage en famille ou avec des copains, y compris au Japon ou aux États-Unis ! »

Beaujolais nouveau et fromage

Pour Delphine Barthe, le beaujolais nouveau s’avère particulièrement intéressant pour accompagner certains fromages. « On conseille généralement des vins blancs, mais pour les inconditionnels du rouge, le beaujolais nouveau est idéal avec sa légèreté, sa fraîcheur et sa structure peu tannique. Il apporte par exemple une délicieuse touche fruitée à l’onctuosité de la pâte d’un brillat-savarin ». Autre possibilité : un saint-marcellin. « Ici aussi, la crémosité du fromage est très bien mise en valeur par la fraîcheur et la légèreté du vin. » Pour rester dans un accord local, la sommelière propose également de l’associer avec un fromage de chèvre, ou bien, pour aller vers les pâtes dures, de miser sur un beaufort d’été « dont il prolonge la saveur fruitée ». Dans tous les cas, il doit être servi frais, entre 12 et 14 °C.

Et le fromage cuisiné ?

« Pas question de servir un vin rouge puissant avec une recette au fromage fondu », prévient Delphine Barthe. « Pour remplacer le vin blanc habituel, le beaujolais nouveau escorte agréablement une tartiflette ou une raclette, deux spécialités marquées comme le vin par une image de plaisir simple et de convivialité. » Origine oblige, il se marie également avec l’une des plus célèbres spécialités lyonnaises, la cervelle de canut, un délicieux fromage blanc battu, salé puis aromatisé. À l’opposé, il supporte, contrairement aux vins tanniques, les notes épicées d’un curry servi avec une raïta au yaourt et des petits pains fourrés au fromage (« naan »). Et pour le dessert, il se transforme en sirop sucré et légèrement épicé pour pocher des poires, à déguster avec un bleu doux et crémeux ou une belle cuillérée de crème fraîche fouettée. Joyeuse fête du beaujolais nouveau !

À consommer avec modération. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Bento
article suivant
Les meilleures idées de la boîte déjeuner

Les meilleures idées de la boîte déjeuner

Tous nos conseils pour une lunchbox pratique et équilibrée.

Marre du brouhaha du restaurant d’entreprise ? Pas envie d’un énième sandwich acheté à la boulangerie du coin ? Place à la boîte à lunch ! Côté matériel, on la fabrique en recyclant les emballages de produits laitiers, on utilise un beau bento ou on aménage une simple boîte en plastique. Et pour les recettes, on opte pour le meilleur de la cuisine nomade.

La trempette ou sauce à dipper, un basique de la boîte déjeuner

C’est au Japon que l’on trouve le déjeuner portatif par excellence. Or, dans l’art du bento, le repas est forcément diversifié et équilibré. En version française, il comprend idéalement des protéines (œufs, dés de fromage, blanc de poulet, tranche de jambon, thon en boîte…), des légumes et des fruits frais et/ou cuisinés, des féculents (pain, pâtes, riz, couscous, boulgour, blé, pois chiches, lentilles…) et des produits laitiers (fromage, yaourt…).

Pour réunir légumes et produits laitiers en une seule recette, quoi de mieux que les trempettes ? À base de fromage blanc ou de yaourt à la grecque – plus épais et crémeux que le yaourt classique –, elles se dégustent avec abondance de crudités (bâtonnets de carotte ou de concombre, feuilles d’endive, côtes de céleri, fleurettes de chou-fleur, radis…) et s’aromatisent différemment chaque jour pour éviter la lassitude : moutarde et citron le lundi, curry et feuilles de coriandre le mardi, olives vertes hachées et paprika le mercredi, concombre râpé et aneth le jeudi, pesto et tomates séchées hachées le vendredi… L’autre avantage des trempettes, c’est qu’elles apportent une note de fraîcheur et de légèreté aux recettes plus « solides ».

Des recettes nourrissantes pour une journée pleine d’énergie

En effet, pour éviter les fringales de l’après-midi, la boîte déjeuner doit aussi comprendre des recettes roboratives mais faciles à transporter et à déguster :

  • Les sandwichs : jambon-beurre, wrap, bagel, pita, sandwich au pain de mie pour les jeunes enfants… Les sandwichs permettent toutes les fantaisies selon les préférences et les saisons, accompagnés de la fameuse trempette et de ses crudités.
  • Les tartes salées et quiches : sauvées des restes du repas de la veille ou confectionnées spécialement dans des moules individuels, elles se picorent aisément avec les doigts et se glissent dans le bento escortées par des légumes, un fruit et un laitage.
  • Les cakes ou gâteaux au yaourt salés : un must des repas nomades ! Ils peuvent être préparés à l’avance, tranchés et congelés : il ne reste plus qu’à sortir quelques tranches la veille au soir et les laisser dégeler tranquillement au frais.
  • Les salades repas : construites autour d’un féculent et agrémentées à l’envi (fromage, poulet, thon émietté, légumes crus ou cuits, herbes aromatiques…), elles peuvent être nappées au dernier moment d’une sauce légère au yaourt, transportée à cet effet dans un bocal à part ou une petite bouteille. Un fruit ou une compote en dessert, et le tour est joué !
  • Les soupes : en version chaude dans un thermos (il existe même des bentos isothermes) ou froide dans une bouteille de crème ou de yaourt à boire lavée et séchée, la soupe constitue le meilleur repas à boire pour se réchauffer ou s’hydrater selon la saison.
  • Les desserts : parce qu’il est toujours agréable de terminer le repas par une touche sucrée, laitages, fruits frais et compotes peuvent être accompagnés de temps en temps par des biscuits et petits gâteaux maison (cookies, muffins, petits sablés…). À prévoir en plus grande quantité pour partager avec les collègues autour d’un café !