A la une

derniers articles
  • 20-02
    Le rôle du fromage dans le « French paradox »

    Les mangeurs de fromage ont une mortalité cardio-vasculaire moindre que ceux qui n’en consomment pas.

  • 17-02
    Les bons accords entre vins rouges et fromages

    L’accord fromages-vins rouges est tout à fait possible en faisant attention aux tanins et en n’oubliant pas les vins doux.

  • 15-02
    Les 6 meilleures recettes de pain et fromage fondu

    Pain et fromage dans un sandwich chaud : qui dit mieux ?

  • 13-02
    3 idées de repas de Saint-Valentin pour ceux qui n’aiment pas la Saint-Valentin

    Parce qu’on en a marre de la cuisine gnangnan et des sentiments dégoulinants.

Voir toutes les actualités
Jeunesse
-

L’ENILBIO de Poligny, une voie royale pour travailler dans l’industrie laitière

Visite d’une école qui allie parfaitement la théorie et la pratique !

bandeau-ENIL

Elèves ENIL6 000 à 7 000 litres de lait sont transformés chaque jour au sein de l’École Nationale d’Industrie Laitière (ENIL) de Poligny ! Visite d’une école qui forme aux métiers du lait et de l’agroalimentaire en accordant une place centrale au terrain.

Qu’est-ce que l’ENILBIO ?

Comme les autres ENIL, l’ENILBIO de Poligny forme ses étudiants aux métiers du lait, et, plus généralement, de l’industrie agroalimentaire. Du côté de la transformation laitière, il s’agit d’apprendre aux jeunes à élaborer, fabriquer, conditionner et commercialiser tout le panel des produits laitiers (lait, yaourts, desserts lactés, fromages, crème, beurre…), mais aussi à savoir les analyser et les contrôler. « L’une de nos originalités, ajoute Fabienne Martin, directrice adjointe de l’école, c’est la spécialisation sur les biotechnologies. Celles-ci consistent notamment à travailler sur la fermentation lactique ou alcoolique, un univers passionnant. » Avec des services à la vie étudiante bien développés (restauration collective et hébergement) et un cadre agréable au cœur du Jura, les études au sein de l’ENILBIO font figure de cursus idéal !

Des formations pour tous les besoins

Du CAP au master, tous les niveaux de formation sont proposés, que ce soit en formation initiale, continue ou en alternance. « Le noyau de la carte des formations est formé par le BTS Sciences et Technologies des Aliments, qui compte quatre promotions, poursuit Fabienne Martin. L’une d’entre elles est bien sûr tournée vers les produits laitiers. » Pour ceux qui veulent aller plus loin, plusieurs licences professionnelles et un master professionnel permettent de décrocher des diplômes à Bac + 3 et Bac + 5, très valorisés sur le marché de l’emploi. Une formation d’ingénieur laitier (Bac + 6) devrait également ouvrir en septembre 2012, en collaboration avec l’école d’ingénieurs agronomes AgroSup Dijon. « Les chiffres de l’insertion professionnelle sont très bons, se réjouit la directrice ajointe. C’est lié à la qualité des formations, mais aussi au travail du service Emploi animé par l’amicale des anciens élèves ».

Des formations professionnalisantes : du concret avant tout !

Le véritable secret de la réussite de l’ENILBIO tient, comme dans les autres ENIL, à un enseignement qui accorde une grande place à la pratique. « Les jeunes sont mis dans des conditions réelles de fabrication, quotidiennement, au sein de l’atelier technologique. Leurs produits sont vendus en local, par le biais de circuits courts ou dans la restauration collective régionale. Nous avons même une micro-brasserie où nos élèves fabriquent de la bière ! ». Un service Recherche et Développement, à la pointe des innovations laitières, permet aussi à l’ENILBIO d’être au plus près des besoins des entreprises. Analyses et essais sont menés par plusieurs techniciens et experts en transformation laitière, qui peuvent intervenir au sein-même des entreprises ou conduire des recherches spécifiques sur place. « C’est une logique qui vise à rester toujours en phase avec les évolutions technologiques professionnelles. Notre credo, c’est le terrain ! », conclut Fabienne Martin.

> Pour en savoir plus :

 

Plus d'articles

Mots clés