filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 09-12
    DIY : 4 idées de décorations de Noël en emballages laitiers recyclés

    Des moments ludiques et écologiques à partager avec les enfants.

  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

Voir toutes les actualités
Economie et société
-

Les tickets restos, c’est aussi pour payer les produits laitiers !

Produits laitiers à acheter avec des tickets restaurants

Bonne nouvelle : désormais, les titres restaurants  peuvent aussi être utilisés pour acheter aussi des produits laitiers. Histoire de pouvoir manger équilibré même en dehors de chez soi.Assortiments de yaourts

Le principe des tickets restaurants

Créés en 1967, les titres restaurants devaient à l’origine permettre aux salariés qui ne disposaient pas d’une cantine de payer leur repas le midi. Financés en grande partie (au moins 50%) par les employeurs, 800 millions de titres restaurant sont ainsi utilisés chaque année par 3,5 millions de salariés. Ils sont également nommés Chèque restaurant, Chèque déjeuner ou Chèque de table.

Que peut-on acheter ?

Initialement réservés aux restaurants, ces tickets ont ensuite pu être utilisés pour la vente à emporter, pratiquée aussi bien dans des boulangeries, des boucheries-charcuteries que dans les grandes surfaces. Depuis  novembre 2010, on peut les utiliser pour payer des produits laitiers (lait, fromage, yaourt…) ainsi que des fruits et légumes.  Ainsi, il sera plus facile d’avoir une alimentation variée et équilibrée, même lorsque l’on mange sur le pouce.

C’est toute la gamme des produits laitiers qui peut donc être achetée par le possesseur du titre restaurant. Fromage à pâte molle ou dure, brique de lait, dessert lacté ou yaourt, ce sera désormais bien plus facile (et équilibré) de finir son repas sur une note lactée…et de varier les plaisirs à chaque fois !

Crédit photo : Nathalie Carnet/CNIEL

Mots clés

distrilait-bando
article précédent
Des distributeurs de lait cru… qui l’eût cru ?

Des distributeurs de lait cru… qui l’eût cru ?

La bouteille en verre fait son grand retour… via les distributeurs automatiques de lait cru !

Distributeur de lait fraisLes distributeurs automatiques de lait cru en zone urbaine ou rurale ne cessent de se multiplier. Retour sur une initiative qui surfe sur la vague de la consommation de proximité.

Une idée venue d’Italie

Annecy, Chambéry, Cran-Gevrier, Saint-Renan, Montauban, Bordeaux… : ils essaiment dans la France entière ! Les distributeurs de lait frais intéressent de plus en plus de producteurs, soucieux de vendre leur lait à un prix convenable, mais aussi de consommateurs, séduits par la saveur incomparable du lait cru et le renouveau des circuits courts. C’est à Arbresle, dans la région lyonnaise, que le premier distributeur automatique de lait frais a été installé en 2008 près d’un supermarché. « J’ai pensé à importer cette idée lors d’un voyage en Italie », raconte Michel Besnard, premier à avoir implanté le concept en France avec la création de la société Distrilait. « En Lombardie, le succès était fulgurant ! ».

Entre tradition et modernité

Le concept est simple : il s’agit de mettre à disposition des consommateurs du lait frais, en libre service, 24 heures sur 24. Le lait est tiré non pas au pis de la vache mais à la machine, ce qui s’avère peut-être moins pittoresque mais bien plus pratique, facile et rapide ! Concrètement, la cuve du distributeur est remplie quotidiennement par un producteur local. Le lait y est réfrigéré à 3° C. Le consommateur récupère le lait en plaçant une bouteille sous le bec verseur (c’est le grand retour de la bouteille en verre !). La sécurité est assurée par un système complexe : à chaque fois qu’un client se sert, la température du lait est enregistrée, ainsi que l’heure et la quantité prise. En cas de problème (manque de lait, coupure de courant, porte ouverte, problème de température…), le producteur est immédiatement averti par une alarme via téléphone. Bref, il s’agit d’un bijou de technologie.

Des opportunités à saisir Distributeur de lait frais

Face à la baisse des prix du lait, de nombreux éleveurs apprécient cette possibilité de valoriser leur production directement auprès des consommateurs : en moyenne, ils peuvent vendre le litre à 1 euro. Mais gare aux illusions ! « Certains distributeurs fonctionnent très bien, d’autres moins, tempère Michel Besnard. Ce qui fait la différence, c’est la qualité de la communication de la part des éleveurs : ce n’est pas leur métier et il ne faut surtout pas les blâmer, mais plutôt les encourager à développer les contacts. » Parmi les consommateurs, en effet, beaucoup n’ont jamais connu le lait cru et ne savent pas comment l’utiliser. Par exemple, contrairement au lait UHT, il doit être consommé très rapidement, et, de préférence, immédiatement bouilli après l’achat. La récompense, c’est bien sûr sa saveur unique. Un secret ? Essayez le flan au lait cru et… succombez !

Crédit photos : Distrilait

bandoJDP
article suivant
Gourmandes, les journées du patrimoine !

Gourmandes, les journées du patrimoine !

Les 17 et 18 septembre prochains, pensez produits laitiers !

Affiche des Journées du patrimoine 2011Les 17 et 18 septembre 2011 se tiendront les Journées européennes du patrimoine. Ne manquez pas les démonstrations autour des produits laitiers, qui mettent à l’honneur la richesse du patrimoine rural français.

Les démonstrations autour du fromage

Musées, coopératives, fromagers… proposent des fabrications de fromages en direct et des dégustations :

  • Le camembert (musée du camembert, Vimoutiers – tél. 02.33.39.30.29 ) : présentation de toutes les étapes de la fabrication, de la collecte du lait à la commercialisation, à partir d’une collection de matériel d’origine fermière.
  • Le livarot et le pont-l’Évêque : visite guidée dans un domaine normand du XVIe siècle avec fabrication de fromages locaux (domaine de Saint-Hippolyte, Saint-Martin de la Lieue – tél. 02.31.31.30.68) ou chasse au trésor dans un atelier fromager (Graindorge, Livarot – tél. 02.31.48.20.10).
  • Le comté (musée départemental de la Bresse, Saint-Cyr-sur-Menthon – tél. 03.85.36.31.22) : fabrication d’une meule de comté à l’ancienne dans le cadre de l’exposition « Terroirs et étiquettes ».
  • Les fromages auvergnats (Maison de la fourme d’Ambert, Ambert – tél. 04.73.82.49.23) : visite guidée pour comprendre les secrets des fromages auvergnats.
  • Les fromages de l’Aubrac (coopérative fromagère Jeune montagne, Laguiole – tél. 05.65.44.35.54) : visite d’un atelier de fabrication de tome fraiche de l’Aubrac, d’une salle de montage et d’identification du fromage Laguiole et d’une cave d’affinage.
  • Le roquefort (caves du roquefort Société, Roquefort-sur-Soulzon – tél. 05.65.58.54.38) : visite des caves d’affinage aménagées au XVIIe siècle dans des grottes naturelles, maquette animée sur la formation du site…

Plus généraliste, la ville de Nogent-sur-Seine propose une exposition intitulée « Du lait au fromage ! » (pavillon Henri IV – tél. 03.25.24.61.54) pour comprendre toutes les étapes de la fabrication du beurre et du fromage.

Les démonstrations de barattage de beurre

Tout aussi traditionnelle, la technique du barattage du beurre à l’ancienne séduira les grands comme les petits au musée de l’agriculture bressane (Saint-Germain-du-Bois – tél. 03.85.76.27.16) et à l’écomusée du marais vendéen (La Barre-de-Monts – tél. 02.51.59.48.74).

L’OVNI des journées du patrimoine : « Bidons sans frontières »

Enfin, plus original, le musée départemental de la Bresse de Saint-Cyr-sur-Menthon (tél. 03.85.36.31.22) inaugure, le samedi 17 septembre, l’exposition « Bidons sans frontières », pour laquelle l’artiste Gérard Benoit à la Guillaume a mis en scène et photographié des bidons de lait dans le monde entier. Insolite et… bidonnant !

Bon à savoir : les visites des sites et des monuments appartenant à l’État sont généralement gratuites. Toutefois, certains établissements publics conservent un droit d’entrée payant. Par ailleurs, il est parfois nécessaire de réserver : renseignez-vous préalablement auprès des établissements concernés.

> À voir aussi : les « Balades élevages et paysages ».
> Le site Web des journées européennes du patrimoine.