derniers articles
  • 01-03
    Poisson à la meunière : la cuisine classique a tout bon !

    La plus célèbre manière de cuire la sole se prête à tous les poissons, aux noix de Saint-Jacques et même aux cuisses de grenouille.

  • 27-02
    10 idées d’accords entre fromages et miels

    Alors que le miel est à la mode et que les ruches se posent jusque sur les toits des immeubles urbains, jamais les mariages entre fromages et miels n’ont été aussi aboutis.

  • 24-02
    Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

    Grâce à la précision de leurs cahiers des charges, les AOP fromagères ont un impact direct sur la biodiversité des races d’élevage, préservant ainsi des races laitières spécifiques.

  • 22-02
    L’édition 2017 du Salon International de l’Agriculture commence samedi !

    La 54e édition du Salon International de l’Agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2017 à Paris Expo Porte de Versailles.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Manger des produits laitiers, une manière simple de diminuer le risque de diabète

D’après des études récentes, les produits laitiers auraient un effet protecteur contre une maladie en forte augmentation.

Les produits laitiers contre le diabète

Alors que le nombre de personnes diabétiques ne cesse d’augmenter dans le monde, de plus en plus de données suggèrent que la consommation régulière de produits laitiers contribue à ré­duire le risque de diabète de type 2, maladie caractérisée notamment par un excès chronique de sucre dans le sang (on parle d’hyperglycémie).

Les produits laitiers fermentés à l’honneur

Trois études ont souligné l’intérêt de la consommation de produits laitiers pour prévenir le diabète de type 2, que l’on appelait aussi « diabète de la maturité » car il survient la plupart du temps chez les adultes :

  • Une première étude de longue durée et de grande envergure (340 000 personnes suivies pendant 16 ans dans 8 pays européens) a récemment révélé l’intérêt de la consommation de produits laitiers fermentés (fromages, yaourts et laits fermentés) pour diminuer le risque de diabète de type 2.
  • Un deuxième volet de cette exploration a établi que la consommation de produits laitiers allégés (yaourts surtout, mais aussi fromages frais) est elle aussi associée à un risque plus faible d’apparition du diabète de type 2.
  • Enfin, une étude française a mis en avant cette même diminution du risque chez les consommateurs d’au moins 3 portions de lait ou de yaourt chaque jour par rapport à ceux qui en prennent moins d’1 portion.

La composition des produits laitiers à la loupe

Les produits laitiers semblent donc participer à la prévention de l’apparition du diabète de type 2. Mais d’où vient exactement cette protection ? À la recherche d’explications pour mieux comprendre ses mécanismes, les chercheurs ont examiné le rôle de chacun des composants nutritionnels du lait.

Par exemple, les protéines laitières (caséine et lactosérum) améliorent la sécrétion d’insuline et favorisent le contrôle de la glycémie. Dans la catégorie des lipides, certains acides gras ont été réhabilités quand leur origine est animale et naturelle. Une consommation importante d’acides gras spécifiques aux produits laitiers a ainsi été associée à une diminution significative du risque de diabète de type 2. L’effet bénéfique des produits laitiers ne se limiterait donc pas aux produits allégés.

Mais les nutriments isolés ne peuvent tout expliquer. C’est pourquoi les chercheurs insistent sur la combinaison des nutriments qui composent les produits laitiers, avec l’idée sous-jacente que l’union fait la force (protéines et notamment leur profil en acides aminés, acides gras spécifiques, vitamines dont D, minéraux tels que le calcium et le magnésium), sans oublier les souches de probiotiques et les bénéfices liés à la fermentation. Un cocktail prometteur et décidément très bon pour la santé !

Sources :
Etude Epic Interact – Forouhi NG. Nutr Rev 2015; 73(S1):15–22. DOI: 10.1093/nutrit/nuv018.
Etude DESIR- Fumeron F et al. J Am Coll Nutr. 2011; 30(5 suppl 1):454S-463S
De Souza RJ, et coll. BMJ 2015;351:h3978. DOI: 10.1136/bmj.h3978.
Pasin G, et coll. Adv Nutr 2015;6: 245–259.DOI:10.3945/an.114.007690.

Plus d'articles

Mots clés