filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 09-12
    DIY : 4 idées de décorations de Noël en emballages laitiers recyclés

    Des moments ludiques et écologiques à partager avec les enfants.

  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Portrait de vache : la Pie Rouge des plaines

Une vache puissante, performante et rentable.

pie-rouge-bando

Pie rouge des plainesPas encore très développée en France, la Pie Rouge des plaines est la deuxième race laitière européenne. Découverte d’une grande laitière.

Gloire au métissage

Armoricaine de Bretagne, MRY hollandaise, Rotbunt allemande puis Red Holstein par la suite : voici les races croisées dès 1800, mais surtout à partir des années 1950, pour créer la robuste Pie Rouge des plaines. Ce métissage étudié a donné naissance à une vache de grande taille au squelette solide, bref, une race vigoureuse faite pour durer : le poids d’une femelle est de 800 kg et celui d’un mâle de 1200 kg ! Elle porte une robe pie rouge (marron doux) et des cornes en croissant dirigées vers le bas. Sa tête est fine, avec un mufle large et des muqueuses claires.

Une vache européenne

Alternative à la Normande et à la prim’Holstein, la Pie Rouge des plaines peuple essentiellement la Bretagne (plus de 80 % des effectifs), mais elle est également présente en Haute-Normandie, dans le Centre et dans le Massif central. En France, ses effectifs restent faibles et elle n’est que la sixième race, mais elle puise sa force au niveau européen, où elle occupe la deuxième position. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un programme de testage commun avec l’Allemagne et d’un accord avec Allemands et Néerlandais pour utiliser une banque commune de semence.

Une race mixte à tendance laitière

Les responsables de l’Unité de sélection sont optimistes. Longévité remarquable, production laitière riche (elle est deuxième pour la quantité de lait après la prim’Holstein) et bonne valorisation bouchère : les performances de la Pie Rouge des plaines séduisent de plus en plus d’éleveurs français. Sa rusticité, sa docilité et sa fertilité sont également reconnues. Effectifs et nombre d’élevages augmentent ainsi régulièrement. Une vache qui gagne à être connue !

> Le site de l’UPRA Pie Rouge des plaines.

> Découvrir d’autres portraits de vaches.

Crédit photo : UPRA Pie Rouge des plaines.

Plus d'articles

Mots clés

bando-salonagri
article précédent
Rendez-vous au Salon International de la Qualité Alimentaire

Rendez-vous au Salon International de la Qualité Alimentaire

Tous à Toulouse du 8 au 11 décembre.

Rendez-vous citoyen autour de l’alimentation et des produits de qualité, le SISQA (Salon International de la Qualité Alimentaire) réunit à Toulouse du 8 au 11 décembre 2011 consommateurs, producteurs et agriculteurs. Pédagogie et information sont les maîtres-mots de cette manifestation où sont présentés les 200 produits de qualité de Midi-Pyrénées. Les produits laitiers ne peuvent que soutenir cette démarche !

A la rencontre du grand public
Les vaches de la région produisent plus de 820 millions de litres de lait par an. Il était donc logique pour les éleveurs laitiers de la région Midi-Pyrénées de participer de façon active : découvertes, échanges, dégustations et jeux ludo-éducatifs sont au programme.  A découvrir :

  • une salle de traite, pour découvrir tous les gestes quotidiens de la production de lait, de la rumination à la traite en passant par l’alimentation de l’animal.
  • des focus métier, panneaux d’informations ludiques pour expliquer tous les métiers du lait, depuis la ferme jusqu’à la transformation du lait.

Des éleveurs laitiers seront présents tout au long des festivités pour expliquer la vie à la ferme : soins aux animaux, traite, entretien des paysages….

Des animations gourmandes
Au milk-bar, du lait frais nature ou aromatisé d’un trait de sirop permettra aux visiteurs de se rafraîchir en faisant le plein de calcium.
Des variations fromagères permettront également de composer de véritables tableaux à déguster. Parmi les fromages au lait de vache, de brebis et de chèvre, il faudra en choisir 6 pour inventer sa propre palette de saveurs : de quoi découvrir de nouveaux plaisirs !
Le chef  Jean-Luc Danjou, Meilleur Ouvrier de France, dévoilera ses recettes classiques et revisitées riches en produits laitiers lors de quatre sessions culinaires. Quenelles, sauce hollandaise au siphon, blanquette revisitée ou soufflé renversé au Laguiole n’auront plus de secrets pour vous.
> Consultez tout le programme de l’Espace Démonstrations Culinaires

Tous au SISQA pour faire la fête au goût !

Pour en savoir plus, consultez le site du SISQA

rougeflamande-bando
article suivant
Portrait de vache : la Rouge flamande

Portrait de vache : la Rouge flamande

Bienvenue chez les ch’tis !

Figurant parmi les meilleures productrices laitières en France, cette belle vache est à l’origine de grandes spécialités fromagères. Petit voyage dans le Nord.

La reine des fromages du Nord

Rouge Flamande par Florent PiedannaFromage de Bergues, maroilles (AOP), mimolette, mont des Cats… : autant de fromages célèbres fabriqués à partir de lait de Rouge flamande. Cette vache au pelage brun acajou profond, presque uniforme, fournit en effet un lait abondant (6 600 kg de lait par lactation en moyenne) et surtout très riche en protéines : l’idéal pour la fabrication fromagère. Au Salon Agricole de Paris de 1935, une Rouge flamande prénommée « Victorieuse » fut la première vache française à franchir la barre des 10 000 kg de lait dans une seule lactation ! Elle est également dotée de qualités très recherchées par les éleveurs : facilité de vêlage, solidité et longévité.

Une vraie ch’ti !

Aujourd’hui, on la trouve principalement dans le Nord-Pas-de-Calais, mais elle est aussi présente dans quelques élevages de la Somme, des Ardennes et de la Normandie. Originaire d’Europe du Nord, elle figure parmi les races les plus anciennes de France (son « herd-book », registre généalogique, a été créé en 1886). Au début du XXe siècle, le cheptel était très important, mais il a fortement décliné sous les coups des deux guerres et de la réduction du nombre de races après la Deuxième Guerre mondiale. Grâce à un plan de sauvegarde lancé en 1977, l’effectif est aujourd’hui stabilisé autour de 3000 bêtes, même si les croisements se sont banalisés (on ne trouve quasiment plus de Rouges flamandes à l’état pur). Depuis une vingtaine d’année, le Centre régional de ressources génétiques de Villeneuve d’Ascq s’attelle ainsi à les sauvegarder et à travailler avec les éleveurs à des débouchés économiques.

Le saviez-vous ?

La Rouge flamande est aussi bien un nom donné à une vache laitière qu’à… une bière du Nord ! On la reconnaît à son étiquette rouge ornée d’une tête de vache. À déguster avec des fromages du Nord (avec modération).

> Contact : Union Rouge Flamande – Maison de l’élevage du Nord
140 Boulevard de la Liberté – 59013 Lille Cedex
Tel : +33 (0)3 20 88 67 44 – courriel : maison.elevage.nord@wanadoo.fr

> Découvrir d’autres portraits de vaches.

Crédit photo : Florent Piedanna