filiere-laitiere

La filière laitière

Elevage et territoire
-

Portrait de vache : la Villard-de-Lans

Au cœur du Vercors, la Villarde produit un lait particulièrement recherché pour la fabrication du bleu local.

Villarde

Cette race blonde à petit effectif, originaire du Vercors, a été l’une des premières à bénéficier d’un programme de sauvegarde. Son lait sert à fabriquer le fameux bleu du Vercors-Sassenage.

Une race bovine sauvée de la disparation

La Villard-de-Lans, que l’on appelle aussi Villarde, est originaire du massif du Vercors et notamment des alentours de la commune qui porte le même nom. Au XIXe siècle, elle y était très bien implantée et bénéficiait d’une réputation prestigieuse. Mais ses effectifs déclinèrent de façon drastique pendant et après la Deuxième Guerre mondiale : abattage d’animaux pour nourrir les troupes d’occupation, rapts utilisés en guise de répression contre les maquisards du Vercors, diminution du cheptel en raison de la destruction des stocks et des récoltes, mécanisation concurrençant la force de la Villarde, politique de spécialisation des races bovines des années 1960… Dans les années 1970, il ne restait plus que quelques dizaines d’animaux de pure race.

Heureusement, grâce aux efforts d’éleveurs passionnés et à l’appui des pouvoirs publics, un plan de sauvegarde fut lancé dès la fin des années 1970. Pari gagné : les effectifs remontèrent progressivement, jusqu’à atteindre 393 femelles et 88 éleveurs en 2014 (source : Institut de l’Élevage).

Rustique et facile à vivre, la Villarde !

Le fait que la Villard-de-Lans soit inscrite parmi les races autorisées pour la production du bleu du Vercors-Sassenage AOP, fromage à pâte persillée originaire de la région, a également contribué à cette relance. La Villarde est en effet une race mixte, qui fournit à la fois de la viande et du lait. Ce dernier n’est pas produit dans des quantités aussi importantes que chez les races spécialisées, mais sa qualité est particulièrement adaptée à la production de fromage et notamment de bleu. Grande et solidement charpentée, elle a aussi été, pendant longtemps, un appui précieux pour les travaux agricoles.

Quant à ses qualités d’élevage, elles sont nombreuses, telles la robustesse, la résistance aux maladies et la longévité. Caractérisée par des grands yeux, des cornes en lyre et des naseaux bien roses, cette vache à la robe froment est enfin vive et éveillée, mais sans nervosité. Bref, elle a tout pour plaire aux éleveurs qui ont décidé de la remettre au cœur de leurs fermes. Dans la commune de Villard-de-Lans, elle est même célébrée par une sculpture monumentale taillée par l’artiste Serge Lombard dans un énorme bloc de calcaire urgonien : depuis 2015 une Villarde et son veau accueillent paisiblement les visiteurs à l’entrée du village !

Crédit photo : By ALROM NIVERNO (Template:ALROM) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons.

Plus d'articles

Mots clés

Bernussou
article précédent
Dans l’Aveyron, une licence pro pour les futurs conseillers d’élevage du secteur laitier

Dans l’Aveyron, une licence pro pour les futurs conseillers d’élevage du secteur laitier

La « licence de Bernussou », à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), forme aux métiers du conseil en élevage.

Depuis sa création il y a 10 ans, la licence professionnelle « Métiers du Conseil en Élevage », conduite par le pôle de formation de Bernussou (chambre d’agriculture de l’Aveyron) en partenariat avec l’IUT de Rodez (Université Toulouse 1 Capitole), a vu passer plus de 330 étudiants dans les secteurs bovin lait, bovin viande et porcin. Zoom sur le « parcours lait » avec Patrick Couderc, créateur et responsable de la formation.

Qui sont les étudiants qui intègrent la licence ?
Patrick Couderc : Chaque année, 20 à 22 d’entre eux, originaires de toute la France, préparent le parcours « bovin lait » de la formation, qui dure un an. Pour ce faire, ils doivent être titulaires d’un diplôme de Bac + 2, généralement un BTS agricole, un DUT en agronomie ou une licence en biologie. La sélection se fait sur dossier puis par le biais d’un entretien. L’insertion professionnelle étant quasiment garantie à l’issue de la formation, les candidatures sont nombreuses !

Quel est le contenu de la formation ?
P. C. : Nous l’avons conçue de manière à ce qu’elle constitue un véritable trait d’union entre les études et le monde du travail. Cela passe notamment par un contrat de professionnalisation : au début de la formation, l’étudiant signe un CDD d’un an avec une entreprise. L’année est entrecoupée par 18 semaines d’enseignement sous la forme de semaines à thèmes (alimentation, génétique, santé des bovins, démarches qualité…). Plus de 70 % des interventions sont assurées par des professionnels issus d’entreprises laitières partenaires.

Quelle est la place de l’international ?
P. C. : La formation comprend un stage de 3 semaines dans une ferme laitière d’un autre pays de l’Union européenne (Espagne, Italie, Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Danemark ou Irlande). C’est une expérience particulièrement enrichissante. À leur retour, les étudiants doivent restituer ce qu’ils ont appris sous la forme d’un outil pédagogique collectif et original, la « galerie européenne de Bernussou » : exposition, posters, jeu des sept familles, jeu de l’oie, mallette de questions-réponses… Il s’agit à chaque fois de proposer un voyage dans les cultures laitières des pays concernés par le partenariat.

Quels sont les débouchés ?
P. C. : Après l’obtention de leur licence professionnelle, les étudiants peuvent devenir « contrôleurs laitiers » dans une entreprise de la fédération France Conseil Élevage. Autre possibilité : intégrer un grand groupe laitier (Lactalis, Sodiaal, Danone, Savencia…) pour faire le lien avec les producteurs, sur des aspects comme la qualité ou l’évolution de la réglementation. D’autres s’orientent vers des entreprises spécialisées dans l’alimentation des vaches laitières. Enfin, certains choisissent la reproduction et la génétique, généralement dans une coopérative d’insémination ou une association de race.

> Informations pratiques :
Centre de formation de Bernussou
http://www.bernussou.aveyron.chambagri.fr
12 200 Villefranche-de-Rouergue
Tél. : 05.65.45.27.74

Holstein
article suivant
Rendez-vous avec les plus belles Prim’Holstein européennes à Colmar ce week-end

Rendez-vous avec les plus belles Prim’Holstein européennes à Colmar ce week-end

La « confrontation européenne Prim’holstein » se déroulera les 17, 18 et 19 juin 2016 à Colmar.

Envie de voir les plus belles vaches Prim’Holstein d’Europe et de les découvrir directement dans les fermes d’élevage ? Ça se passe ce week-end en Alsace.

Affiche_Colmar2016Une rencontre européenne

La Prim’Holstein est la plus célèbre des races laitières. Tous les trois ans, ses plus belles représentantes sont réunies à l’occasion d’un concours prestigieux, la confrontation européenne, qui se tient dans l’un des pays membres de la Confédération Européenne Holstein et Rouge Holstein. Cette année, c’est la France qui organise le concours à Colmar, du vendredi 17 au dimanche 19 juin 2016. 130 exposants se sont donné rendez-vous pour promouvoir la race Holstein en Europe, auprès des professionnels comme du grand public. 200 à 250 vaches participeront à trois concours le vendredi et le samedi, tandis que la journée du dimanche sera tournée vers le grand public avec plusieurs animations à la clé (une idée de sortie pour les familles !).

Des visites de fermes à ne pas manquer

À l’occasion de la confrontation européenne, plus de 10 fermes Holstein et 1 laiterie ont décidé d’ouvrir leurs portes au public : l’occasion, pour les visiteurs, de découvrir en live quelques-uns des meilleurs élevages de l’Est de la France. La liste des portes ouvertes et les coordonnées des éleveurs sont disponibles sur le site officiel : http://www.colmar2016.com/fr/portes-ouvertes.php (réservation obligatoire).

Deux visites organisées sont également proposées à ceux qui veulent profiter de leur venue pour se plonger dans les richesses de ce beau terroir (départ en car, le matin, depuis le Parc des Expositions de Colmar). Au programme : découverte de la vallée de Munster et de la route des vins le vendredi 17 juin, écomusée d’Alsace et village d’Eguisheim le samedi 18 juin.

Enfin, amateurs de fromage, n’oubliez pas de consulter ou d’imprimer notre article sur les meilleurs accords entre fromages et vins d’Alsace !

Infos pratiques

Entrée : 15 € pour les 3 jours (gratuite pour les moins de 12 ans).
Lieu : Parc des Expositions de Colmar – avenue de la Foire aux Vins – 68000 COLMAR
http://www.colmar2016.com
https://www.facebook.com/colmar2016