Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 23-06
    L’innovation laitière en 2016

    Les grandes tendances alimentaires se retrouvent dans le marché des produits laitiers.

  • 21-06
    Des chansons laitières pour la fête de la musique

    4 chansons autour du lait et de l’amour.

  • 20-06
    L’Union européenne interdit les dénominations laitières pour les produits alimentaires végétaux

    Un arrêt majeur vient d’être rendu par la Cour de Justice de l’Union européenne. Il permet d’éviter toute confusion dans l’esprit des consommateurs.

  • 16-06
    6 idées pour marier rhubarbe et produits laitiers

    Nous sommes au cœur de la saison de la rhubarbe, qui s’étend d’avril jusqu’à septembre. C’est le moment d’en profiter : les produits laitiers lui vont si bien !

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Une AOP pour le charolais !

L’un des plus gros fromages de chèvre est désormais protégé au niveau européen.

charolaisAOP-B

charolais-AOPVous connaissiez la région charolaise pour son célèbre bœuf, mais saviez-vous que l’on y fabrique aussi un opulent et délicieux fromage de chèvre ? AOC depuis 2010, celui-ci est désormais protégé au niveau européen par une AOP.

Généreux charolais

Avec ses 250 à 310 grammes, ses 7 cm de hauteur et ses 6 cm de diamètre au minimum à mi-hauteur, voici l’un des plus gros fromages de chèvre français. Haut, légèrement bombé comme un tonnelet, il est fabriqué en Bourgogne du Sud avec du lait cru entier de chèvre, selon des techniques non seulement traditionnelles et artisanales, mais aussi respectueuses des hommes, des animaux et de l’environnement. Sa pâte moelleuse, fine et lisse, de couleur crème, exprime des arômes végétaux d’herbe, de foin et de paille fraîche, évoluant avec l’âge vers des notes plus affirmées de sous-bois, de champignon et de beurre. Une véritable gourmandise !

Un fromage de garde

Autre singularité du charolais : sa grande taille en fait naturellement un fromage de garde, une rareté dans la famille des chèvres. Pour bénéficier de l’AOP, 16 jours d’affinage sont en effet nécessaires, mais il peut encore être dégusté après plusieurs mois. Il est d’ailleurs recherché pour ses qualités de conservation : dans les années 1950, déjà, les ouvriers des villes locales l’achetaient frais et le gardaient dans des cages à fromages appelées « tsézires » ou « chazères ».

Une histoire locale

Conformément à l’exigeant cahier des charges, la fabrication se fait exclusivement dans un rayon de 60 km autour de la ville de Charolles, en Saône-et-Loire, entre les monts d’Auvergne et le massif du Morvan : un écrin de verdure où les herbages sont riches et variés. Au XVIe siècle, alors que les grands domaines y étaient consacrés à l’élevage bovin, les gens sans terre se mirent à élever quelques chèvres – les « vaches du pauvre » – dans les rares prés communaux et sur les larges chemins ruraux. Ces débuts modestes n’empêchèrent pas le charolais de gagner en notoriété au fil du temps, jusqu’à obtenir, le 12 juin dernier, la prestigieuse AOP !

> À lire : les AOP laitières en chiffres. Le charolais est le 45ème fromage à bénéficier d’une AOP en France, ce à quoi il faut ajouter 3 beurres et 2 crèmes, soit un total de 50 AOP laitières en France.

> Le site officiel de l’appellation : www.aoc-charolais.com.

Crédit photo : ANICAP.

Plus d'articles

Mots clés