Produit laitiers

L’Union Européenne, géant de l’industrie laitière

Leader mondial du lait de vache

En 2013, la collecte de lait de vache dans l’UE à 28 avoisine 141 millions de tonnes. Elle occupe la première place mondiale, devant les USA (91 millions de tonnes).

L’Allemagne est la première puissance laitière d’Europe.
En 2013, elle réalise 22% de la collecte européenne de lait, contre 17% pour la France.
Les autres grands pays laitiers européens sont :
- Royaume-Uni, avec 10% de la collecte
- Pays-Bas, avec 8,7 % de la collecte
- Italie, avec 7,1 % de la collecte

La collecte de lait de vache

L’UE à 28 fabrique, à partir des laits collectés : des laits liquides, des fromages, des yaourts, des produits dérivés (poudre de lait, lactosérum…).

 

Un commerce extérieur dynamique

Le commerce extérieur européen des produits laitiers est dynamique : + 8,1 milliards € en 2012.
Ce résultat progresse depuis 2004 (hormis une légère baisse en 2006 et 2009) alors même que la balance des produits agro-alimentaires poursuit son déficit.

Les données générales de l'économie communautaire 2012

L’UE exporte surtout sur le marché mondial :
- des fromages. Elle est leader sur ce segment et détient 77% des parts de marché dans les exportations vers les USA en 2013.
- du beurre
- des poudres de lactosérum
- des poudres de lait

Les principaux clients de L’UE pour les produits laitiers en 2013 sont : la Russie, les USA, la Chine, l’Algérie.

 

Des rendements à géométrie variable

Le cheptel de vaches laitières se chiffre à 23,3 millions de têtes. Il se répartit sur 632 000 exploitations laitières.

Le nombre moyen de vaches par site est très variable : il va d’une centaine (Danemark, Chypre)… à 1,5 en Roumanie ! La moyenne s’établissant entre 30 et 40 têtes.

Les rendements tournent en moyenne autour de 6500 litres annuels par vache. Les champions incontestés étant le Danemark, Suède et la Finlande (autour de 8000 litres/vache/an).

Le rendement des vaches laitières

 

Une question de quotas

Les quotas sont la cheville ouvrière de la filière laitière européenne.
Ils ont été mis en place en 1984 dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) et leur suppression sera effective en 2015.

Les quotas servent à limiter et stabiliser la production de lait afin d’éviter les surplus. Le principe est simple :  on fixe le nombre de litres de lait à produire par an pour toute l’UE, on divise cette quantité  pour chaque pays, et ensuite, on calcule le nombre de litres de lait par éleveur de vaches.
Si l’éleveur respecte le quota, il touche une aide financière de l’Europe. Par contre, s’il produit trop de lait, il doit s’acquitter d’une amende.

Depuis les années 2005, on constate que la livraison de lait dans l’UE se situe en dessous des quotas fixés. En 2012, l’écart était de – 6% (sous-réalisation). Seuls cinq Etats membres ont dépassé leurs quotas : l’Autriche, l’Allemagne, le Danemark, la Pologne et Chypre.
 

Pour approfondir votre lecture :

- La filière laitière française : un marché qui croît à l’export
- Chiffres clés : l’Atlas mondial du lait
- La filière laitière française en 50 chiffres