Alimentation et Santé

Alimentation et Santé

Adolescents buvant du lait
Adolescents
Lire la suite

Adolescents

Ado et sa tartine de beurre
La croissance est une période capitale marquée par de grands bouleversements physiques et psychiques : une alimentation de qualité est primordiale. L’adolescence est une étape encore plus intense que celle de l’enfance.

Entre 11 et 14 ans chez les filles et entre 13 et 16 ans chez les garçons, on observe une brusque poussée, qui se poursuit jusque vers 18-20 ans. La masse osseuse connaît un développement de l’ordre de 7 à 8% par an, et double entre le début et la fin de la puberté. A cette étape de construction, le squelette atteint 1 à 1,2 kg de calcium, c’est le « pic de masse osseuse », qui détermine la suite de l’évolution du squelette.

On sait qu’une augmentation de 10% de ce pic diminue de 50% les risques de fractures ostéoporotiques, d’où l’importance de constituer, pendant cette période, un solide capital osseux et participer ainsi à la prévention de l’ostéoporose (diminution de la densité osseuse) dès l’adolescence. Le calcium jouant également un grand rôle dans l’activité musculaire, il est primordial que les jeunes qui font du sport en consomment suffisamment.

Les apports conseillés en calcium passent ainsi de 900 mg à 1200 mg par jour pendant l’adolescence.
Cette période de la vie est par ailleurs marquée par une modification des comportements alimentaires : repas déstructurés, attrait pour les produits gras et sucrés mais pauvres en micro-nutriments, grignotages, régimes improvisés…Certains besoins sont donc difficilement couverts, et notamment ceux en calcium.

Selon l’étude Inca 2 (2ème étude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires) menée par l’Afssa (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), les garçons ont en moyenne, des apports en calcium d’environ 860 mg/jour, les filles d’environ 740 mg/jour, très loin des 1200 mg quotidiens recommandés.

La consommation d’au moins un produit laitier par repas (y compris au goûter) permet de couvrir une grande partie des importants besoins des adolescents.
Ainsi, jusqu’à 18 ans, la consommation quotidienne d’1/4 de litre de lait, de 2 yaourts et de 30 grammes d’emmental assure 75 % des apports recommandés en calcium, le reste pouvant être apporté par les autres aliments.

Il ne faut pas non plus oublier le beurre, une portion de 20 grammes suffit à couvrir les besoins journalier. Il est possible de consommer davantage de fromage, si la consommation de lait ou de yaourt est insuffisante ; une portion de 30 à 40 g de fromage peut remplacer 1/4 de litre de lait ou 2 yaourts.

Jeunes hommes et yaourt à boire
Adultes
Lire la suite

Adultes

Un père et sa fille à table
Pendant cette période « active » que représente la vie d’adulte, une alimentation équilibrée permet de garder la forme et de préserver son capital santé. L’âge adulte n’est pas aussi exigeant du point de vue nutritionnel que l’adolescence car la croissance est terminée, mais il est tout aussi important de veiller à ses apports alimentaires.

C’est une période d’entretien et même si les besoins de l’adulte varient en fonction du mode de vie, seule une alimentation variée et équilibrée permet de garder la forme et de maintenir son poids, tout en contribuant à diminuer le risque de certaines maladies (cancer, maladies cardiovasculaires, obésité).

Comment ? Consommer tous les jours des aliments de chaque famille alimentaire, en quantité adaptée à ses besoins est la solution pour équilibrer son alimentation. La famille des produits laitiers (lait, fromages, produits laitiers frais) trouve naturellement sa place du fait de leur composition reconnue en termes de bénéfice pour la santé.

De nombreuses études concluent que les consommateurs réguliers de lait et produits laitiers ont une diminution des risques de mortalité (étude Monica*) de fractures (étude Framingham**), et que la consommation de produits laitiers a aussi un effet protecteur sur les risques de maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, syndrome métabolique et surpoids.

Comme tous les aliments, les produits laitiers doivent toujours garder leur place au menu. La vie professionnelle peut favoriser la sédentarité, les rythmes répétitifs… pour lutter contre cette tendance, il faut bouger !

L’exercice physique régulier – sport, marche, jardinage, etc. – est indispensable pour entretenir le tonus, tout en favorisant la prévention du surpoids et de l’obésité. Il contribue également à augmenter la densité des os, à condition que les apports en calcium soient suffisants.

Durant cette période, le stress, la sédentarité, le manque de temps fait que parfois l’alimentation passe en second plan. Les comportements qui peuvent en découler tels que des repas déstructurés, grignotages, régimes « auto-prescrits » parfois restrictifs… nuisent à l’équilibre alimentaire.

Les repas ne sont alors plus adaptés, trop rapidement consommés et décalés pouvant occasionner quelques troubles du transit. L’alimentation, par le biais des yaourts et des laits fermentés, permettrait de rééquilibrer le microbiote intestinal (ou flore intestinale), contribuant ainsi au bon fonctionnement de l’intestin (c’est l’effet probiotique).

En effet les bactéries lactiques contenues dans les yaourts ou les laits fermentés « prédigèrent » les sucres et ainsi favorisent leur absorption. L’ingestion régulière de ces aliments, et donc de ferments lactiques, aurait par conséquent un effet bénéfique sur la digestion. La consommation régulière de yaourts et de laits fermentés aurait aussi comme effets positifs : la régulation du transit intestinal ; la réduction de la durée des diarrhées, l’amélioration des symptômes de l’intolérance au lactose…

Du fait de tous ces éléments, durant cette période, pas question d’abandonner les produits laitiers. Le lait et les produits laitiers fournissent des éléments essentiels au maintien de de son état de santé. S’appuyant sur les expertises et les consensus scientifiques actuellement disponibles, les nutritionnistes et le PNNS (Programme National Nutrition Santé) recommandent toujours la consommation de 3 produits laitiers par jour.

 

*Monica, Bongard V, Ferrières J et al (en cours de publication)
**Framingham, Sahni S Protective Association of Milk Intake on the Risk of Hip Fracture: Results from the Framingham Original Cohort J Bone Mineral Research 2014 DOI 10.1002/jbmr.2219