Alimentation et Santé

Alimentation et Santé

Enfants rieurs
Enfants
Lire la suite

Enfants

Enfant buvant du lait
C’est pendant l’enfance que l’organisme se construit et que les habitudes alimentaires se constituent. Il s’agit donc d’une phase cruciale de notre vie.

L’aliment idéal pour un bébé venant de naître est le lait de sa mère : il contient tous les nutriments qui lui sont nécessaires. Ce lait évolue au cours du temps et s’adapte aux besoins du bébé. Pour les femmes qui n’allaitent pas ou qui arrêtent l’allaitement, des laits de vache spécifiquement formulés pour se rapprocher du lait maternel sont recommandés jusqu’à 1 an : ce sont les laits infantiles. Puis jusqu’à 3 ans, le « lait de croissance » prend le relais.

La directive de la Commission européenne de 2006 vise à éclaircir et surveiller la conformité des laits infantiles :

  • « Lait infantile de 1er âge » ou « lait de préparation pour nourrissons » de la naissance à 4-6 mois
  • « Lait infantile de 2eme âge » ou « lait de suite » de 4-6 à 12 mois. Ils sont fabriqués pour répondre aux besoins nutritionnels des bébés.
  • « Les laits de croissance » spécialement formulés pour les enfants en bas âge, de 1 à 3 ans. Ils sont supplémentés en vitamine D, fer et acides gras essentiels et sont préconisés pour éviter les carences.

Quand l’alimentation du bébé se diversifie, les laitages, d’abord les petits suisses, puis les fromages, peuvent être introduits dans les menus. Cependant un apport minimal de 500ml de lait par jour est à respecter.

Les enfants de 2 à 5 ans doivent consommer 20 à 25 g de fromage par jour, ceux de 6 à 11 ans, de 25 à 30 g.

Article recommandé :

Le petit-déjeuner, un moment clé pour l’équilibre de la journée

Adolescents buvant du lait
Adolescents
Lire la suite

Adolescents

Ado et sa tartine de beurre
La croissance est une période capitale marquée par de grands bouleversements physiques et psychiques : une alimentation de qualité est primordiale. L’adolescence est une étape encore plus intense que celle de l’enfance.

Entre 11 et 14 ans chez les filles et entre 13 et 16 ans chez les garçons, on observe une brusque poussée, qui se poursuit jusque vers 18-20 ans. La masse osseuse connaît un développement de l’ordre de 7 à 8% par an, et double entre le début et la fin de la puberté. A cette étape de construction, le squelette atteint 1 à 1,2 kg de calcium, c’est le « pic de masse osseuse », qui détermine la suite de l’évolution du squelette.

On sait qu’une augmentation de 10% de ce pic diminue de 50% les risques de fractures ostéoporotiques, d’où l’importance de constituer, pendant cette période, un solide capital osseux et participer ainsi à la prévention de l’ostéoporose (diminution de la densité osseuse) dès l’adolescence. Le calcium jouant également un grand rôle dans l’activité musculaire, il est primordial que les jeunes qui font du sport en consomment suffisamment.

Les apports conseillés en calcium passent ainsi de 900 mg à 1200 mg par jour pendant l’adolescence.
Cette période de la vie est par ailleurs marquée par une modification des comportements alimentaires : repas déstructurés, attrait pour les produits gras et sucrés mais pauvres en micro-nutriments, grignotages, régimes improvisés…Certains besoins sont donc difficilement couverts, et notamment ceux en calcium.

Selon l’étude Inca 2 (2ème étude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires) menée par l’Afssa (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), les garçons ont en moyenne, des apports en calcium d’environ 860 mg/jour, les filles d’environ 740 mg/jour, très loin des 1200 mg quotidiens recommandés.

La consommation d’au moins un produit laitier par repas (y compris au goûter) permet de couvrir une grande partie des importants besoins des adolescents.
Ainsi, jusqu’à 18 ans, la consommation quotidienne d’1/4 de litre de lait, de 2 yaourts et de 30 grammes d’emmental assure 75 % des apports recommandés en calcium, le reste pouvant être apporté par les autres aliments.

Il ne faut pas non plus oublier le beurre, une portion de 20 grammes suffit à couvrir les besoins journalier. Il est possible de consommer davantage de fromage, si la consommation de lait ou de yaourt est insuffisante ; une portion de 30 à 40 g de fromage peut remplacer 1/4 de litre de lait ou 2 yaourts.