derniers articles
  • 24-02
    Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

    Grâce à la précision de leurs cahiers des charges, les AOP fromagères ont un impact direct sur la biodiversité des races d’élevage, préservant ainsi des races laitières spécifiques.

  • 22-02
    L’édition 2017 du Salon International de l’Agriculture commence samedi !

    La 54e édition du Salon International de l’Agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2017 à Paris Expo Porte de Versailles.

  • 17-02
    Les bons accords entre vins rouges et fromages

    L’accord fromages-vins rouges est tout à fait possible en faisant attention aux tanins et en n’oubliant pas les vins doux.

  • 15-02
    Les 6 meilleures recettes de pain et fromage fondu

    Pain et fromage dans un sandwich chaud : qui dit mieux ?

Voir toutes les actualités
Jeunes amis à l'apéro
Femmes enceintes
Lire la suite

Femmes enceintes

jeune femme enceinte dégustant un bout de fromage
Pendant la grossesse et l’allaitement, une femme mange pour subvenir aux besoins de son enfant et à ses propres besoins. Elle doit donc être particulièrement vigilante sur l’ensemble de son alimentation. Cela ne signifie pas manger pour deux, mais manger deux fois mieux. Une alimentation équilibrée et riche en nutriments, notamment en calcium, est donc plus que jamais nécessaire. On peut dire que la grossesse fait partie des situations où les besoins en calcium sont plus élevés, et le lait et les produits laitiers fournissent une part essentielle des éléments nécessaires à cet équilibre.

Pour se construire, le fœtus puise dans l’organisme de sa mère, quelles que soient ses réserves, les ressources nécessaires à sa croissance. Il a besoin pour la constitution de son squelette d’un apport important en calcium. En cas d’apport alimentaire insuffisant l’organisme maternel va mobiliser ses réserves calciques osseuses, et donc grever son épargne calcique.

Toute femme enceinte doit consommer chaque jour, et à chaque repas, des aliments appartenant à tous les groupes, de façon à fournir à l’organisme l’ensemble des nutriments nécessaires : protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux, mais aussi fibres végétales.

La grossesse augmente principalement les besoins en :

  • calcium, pour que le squelette du fœtus se développe sans que celui de la mère ne se décalcifie
  • protéines, pour la construction des tissus du bébé
  • fer et vitamine B9

Bien que l’organisme s’autorégule de façon à répondre à ses nouveaux besoins, le médecin peut être amené à proposer dans certains cas des supplémentations (fer, vitamines D et B9, notamment).
L’apport en eau est également très important pendant la grossesse (pour le maintien du liquide amniotique et pour la prévention des infections urinaires) et pendant l’allaitement (l’eau est nécessaire pour la fabrication du lait maternel). A ce titre le lait et les produits laitiers étant riches en eau, en plus des autres nutriments, ce sont des aliments à privilégier pendant la grossesse.

Sauf s’il y a un problème de poids, les futures mamans n’ont pas à limiter leur consommation de lipides, car elles apportent des vitamines liposolubles et des acides gras indispensables au bon développement du fœtus. Le beurre et la crème, en quantités recommandées, font partie intégrante de la ration équilibrée.

Articles recommandés :

Végétariens, n’oubliez pas les produits laitiers !

Enceinte, mangez deux fois mieux !

Le petit-déjeuner, un moment clé pour l’équilibre de la journée