Alimentation des enfants et adolescents

Enfants et ados : De nouveaux comportements alimentaires en 2019

Publié le 09.08.2019

Les enfants et adolescents français ont une alimentation moins variée et bougent moins. Certains adoptent même des régimes alimentaires inadaptés à leur croissance.  L’analyse de Pascale Hebel du Credoc* et les Réactions de deux médecins spécialisés : Xavier Bigard** et Patrick Tounian***.

« Depuis dix ans, la consommation des enfants est de moins en moins diversifiée. »

Pascale Hébel* Directrice du pôle Consommation et Entreprises du CRÉDOC

Moins de diversité alimentaire, selon Pascale Hébel du Credoc

« Depuis dix ans, la consommation des enfants est de moins en moins diversifiée. Ils consomment notamment moins de légumes, de viandes de boucherie, de produits laitiers. Ils consomment de plus en plus de produits plus faciles à préparer comme des pâtes ou des produits tout prêts comme des compotes, des pizzas et des sandwichs», explique Pascale Hébel* à partir des résultats de l’étude CCAF 2019 (Comportements et Consommations Alimentaires en France – reconduite tous les trois ans). Le contenu de l’assiette a en effet changé d’après l’enquête : en ce qui concerne les fruits et légumes, 45 % des enfants de 3 à 17 ans en consomment moins de deux portions par jour (5 portions sont pourtant recommandées).  La consommation de lait a elle diminué de 21 % en 13 ans. Chez les jeunes enfants, les données sont préoccupantes, car la conséquence directe est une diminution de leurs apports en calcium. Le nombre d’enfants en dessous du BNM (besoin nutritionnel moyen) en calcium est en augmentation : en 6 ans, il est passé de 4 % à 20 % chez les enfants de 3-5 ans, et de 20 % à 37 % chez les 6-8 ans.

Moins d’activité physique, selon Xavier Bigard médecin du sport

De son côté, le Professeur Xavier Bigard** constate que les enfants pratiquent de moins en moins d’activités physiques et sportives. Il en profite pour préciser que l’alimentation doit être d’autant plus équilibrée quand l’enfant ou l’adolescent pratique un sport. Il met l’accent sur les apports en protéines (les aliments riches en protéines sont les produits laitiers, viandes, poissons, œufs, légumineuses…) : « Les besoins en protéines des jeunes sportifs sont supérieurs à ceux des non-sportifs, ce qui est justifié non seulement par les besoins liés à l’exercice mais aussi par les besoins liés à la croissance. Il faut veiller aux apports protéiques pendant les 3 principaux repas, mais aussi envisager un apport spécifique en récupération après les séances d’entrainement ou les compétitions. »

Xavier Bigard précise que ces apports doivent reposer sur des aliments, et non sur des compléments alimentaires. «  Point fondamental : on interdit toute consommation de compléments alimentaires chez les enfants et adolescents, pour des raisons nutritionnelles et de lutte contre le dopage. », alerte-t-il.

« En cas de végétalisme, les carences nutritionnelles à craindre sont celles en fer, en calcium, en vitamine D, en vitamine B12 et en DHA (une graisse très importante). »

Patrick Tounian*** Pédiatre nutritionniste

Plus de risques de déficits nutritionnels, selon le pédiatre nutritionniste Patrick Tounian

De plus en plus d’adolescents sont tentés par le végétalisme (ce régime exclut tous les aliments d’origine animale). Or, une alimentation strictement végétalienne conduit inéluctablement à des carences, dont les enfants et les adolescents subiront les conséquences durant tout le reste de leur existence.

Très inquiet de l’émergence de ce phénomène, le Professeur Patrick Tounian*** explique les raisons de son alarmisme : « les carences nutritionnelles à craindre sont celles en fer, en calcium, en vitamine D, en vitamine B12 et en DHA (une graisse très importante). Les conséquences sont principalement neurologiques (retard intellectuel, troubles psychiatriques, séquelles neurologiques) et osseuses (augmentation du risque de fracture). »

 

* Pascale HÉBEL est Directrice du pôle Consommation et Entreprises du CRÉDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie).

 

** Directeur médical à l’Union Cycliste Internationale, le Professeur Xavier Bigard est médecin du sport, physiologiste de l’exercice, biologiste musculaire et nutritionniste.

 

*** Chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatriques à l’Hôpital Trousseau (Paris), le Professeur Patrick Tounian est également président de l’Association des Pédiatres de Langue Française.

Transparence ! Voici nos sources...

Symposium Pédiatrie et Nutrition, « Les comportements alimentaires particuliers chez l’enfant et l’adolescent », 20 juin 2019 à l’occasion du Congrès Annuel de la Société Française de Pédiatrie , organisé par le Cniel.

Tout savoir sur

Alimentation des enfants et adolescents

Guider ses enfants et adolescents vers une consommation de produits sains et équilibrés n'est pas toujours facile. Jeunes parents, découvrez dans cette rubrique de Lait'quilibre conseils et astuces pour instaurer de bonnes habitudes alimentaires au fil des jours, et pour toute la famille. Pour que plaisir rime avec nutrition !

Alimentation des enfants et adolescents

Les ados mangent-ils vraiment n’importe quoi ?

Alimentation des enfants et adolescents

Ados : parer leurs excuses anti-petit-déjeuner

Alimentation des enfants et adolescents

Après l'école : 3 idées de goûters sains, gourmands et faciles

Alimentation des enfants et adolescents

Mon enfant n'aime plus boire du lait, comment compenser ?

Les bébés

Quels fromages pour les bébés ?

Alimentation des enfants et adolescents

7 astuces pour faire manger de tout aux enfants

Le petit-déjeuner

Ne zappez plus le petit-déjeuner !

Alimentation des enfants et adolescents

De 1 à 3 ans : comment assurer l'équilibre alimentaire des tout-petits ?

Alimentation des enfants et adolescents

Petite histoire du lait à l'école

Les adolescents

Pourquoi inciter les jeunes à se dépenser ?

Lait à l'école : une initiation au bien manger pour les enfants et les adolescents

En Asie, ostéoporose et fractures augmentent avec l'espérance de vie

« Bien manger, c'est du bon sens »