A la une

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

À quoi servent les laboratoires de contrôle interprofessionnels du lait ?

Grâce à eux, le lait que l’on consomme est toujours d’une qualité exemplaire.

Laboratoire de contrôle interprofessionnel

Découvrez l’un des maillons essentiels de la qualité du lait en France.

La garantie de qualité du lait français

Responsable de laboratoireDepuis 1970, les laboratoires interprofessionnels du lait, répartis dans l’ensemble de la France, analysent le lait fourni par les éleveurs aux entreprises de transformation (grands groupes laitiers, fromagers…). Plus de 100 millions d’analyses de chimie et de microbiologie sont ainsi réalisées chaque année. Le nombre d’exploitations dont le lait est passé à la loupe varie d’un laboratoire à l’autre (de quelques centaines à plusieurs milliers), car toutes les zones n’ont pas la même tradition laitière : certaines sont historiquement marquées par une forte production, tandis que d’autres comptent peu de troupeaux.

Un exemple : le laboratoire de Gap

Le Laboratoire Interprofessionnel Interdépartemental d’Analyses Laitières de Gap, qui dessert la zone PACA, est par exemple le plus petit de France. Il a d’ailleurs été intégré au laboratoire départemental vétérinaire et d’hygiène alimentaire du Conseil Général des Hautes-Alpes en 2009. Ses fonctions restent toutefois les mêmes qu’ailleurs. « Ceci commence par un rôle d’appui technique pour le suivi des troupeaux, précise Dominique Gauthier, directeur du laboratoire et lui-même vétérinaire. On aide les éleveurs à s’assurer de la bonne santé des vaches et de la qualité du lait sur place. » Du côté des consommateurs, il assure l’achat de produits laitiers irréprochables.

Analyse du laitUne étape fondamentale pour le paiement du lait

Concrètement, les échantillons transportés par les chauffeurs laitiers, qui assurent la collecte chez les producteurs, arrivent au laboratoire très tôt le matin. Les techniciens de laboratoire, chimistes formés pour décoder la valeur du lait, commencent leur journée dès 7 h 30. Ils s’arment de leurs pipettes et procèdent aux analyses. Certaines sont automatisées et d’autres entièrement réalisées à la main. Le lait de chaque ferme de la circonscription est ainsi évalué selon des méthodes reconnues et publiées. « Les résultats, très contrôlés, sont d’une fiabilité exemplaire, souligne Dominique Gauthier. C’est important pour les consommateurs, mais aussi pour les éleveurs : le prix final du lait dépend de sa composition et de sa qualité hygiénique et sanitaire. » Un système qui pousse les producteurs à proposer le meilleur lait possible !

Crédit photos : L. GUENEAU / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés