A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire, La bio, MILK PLANET
-

Ces éleveurs qui choisissent le bio

Rencontre avec un producteur laitier en pleine conversion.

holstein-prairie-bando

Le nombre d’exploitations agricoles engagées en bio ne cesse de croître et les consommateurs plébiscitent de plus en plus les produits issus de ce circuit. Christophe Hervy, producteur de lait en Charente, a commencé sa conversion en avril 2010 et pourra vendre du lait labellisé « bio » à partir de novembre 2011. Pour notre deuxième volet autour du printemps bio, il raconte ce qui l’a poussé vers ce mode de production.

Vache Prim'holstein dans une prairieDepuis quand êtes-vous en bio ?

Je suis venu au bio progressivement. Dans les années 1990, je faisais de l’élevage intensif : chacune de mes 25 vaches, des Prim’holstein, produisait 10 000 kilos de lait par an. Au tournant des années 2000, j’ai décidé, avec un groupe de développement local réunissant plusieurs éleveurs, de mieux valoriser l’herbe de mes 32 hectares de prairies. J’ai institué des pâturages tournants pour diminuer les intrants chimiques, j’ai planté des légumineuses dans les prairies pour réduire les frais d’engrais… Résultat : la quantité d’herbe a augmenté. J’ai également décidé, à ce moment-là, de réduire la quantité de lait par vache. Finalement, je travaillais avec des méthodes typiques de l’agriculture biologique sans en détenir le label.

C’est ce qui vous a poussé à vous convertir au bio ?

La baisse du prix du lait, à partir de 2008, s’est avérée décisive : je me suis demandé comment mieux vendre ma production et j’ai vite compris que le passage au bio pouvait faire la différence. Pour une exploitation comme la mienne, qui, je le rappelle, est de petite taille, il n’y avait pas grand-chose à changer : je faisais des efforts depuis plusieurs années, mais ceux-ci ne pouvaient pas être valorisés sans le label bio. La vraie différence aujourd’hui, c’est que je suis contrôlé ! Ma démarche n’est donc pas idéologique mais économique : certes, je produis moins, mais je vends le lait plus cher, j’achète beaucoup moins de céréales puisque j’ai mes propres fourrages, j’ai moins de frais vétérinaires car la prévention rend les animaux plus solides… Il faut être réaliste : le passage au bio, c’est avant tout une stratégie d’entreprise, qui se conjugue bien sûr avec une démarche environnementale.

Comment votre choix est-il perçu autour de vous ?

Quand je dis à mes voisins et proches que je passe en bio, ça leur donne le sourire ! En revanche, il arrive que des collègues me fassent part de leurs inquiétudes, notamment par rapport à la baisse de rendements. J’essaie de les convaincre que le bio n’est pas une religion de « cheveux longs et idées courtes », mais une démarche qui présente des avantages économiques importants : la production en bio est plus chère qu’en conventionnel, mais la marge est plus importante. Cette année, avec la sécheresse, c’est une autre paire de manches : déjà que les fourrages bio sont rares en temps normal, c’est pire avec les conditions météorologiques. Il n’en reste pas moins que le marché du bio est en pleine expansion. La laiterie à laquelle je vends ma production est obligée d’acheter du lait bio en-dehors de sa zone. C’est dommage, car l’idéal reste de conjuguer le bio et le local !

> Découvrez ce que signifie le label bio pour un produit laitier.
> Les données chiffrées les plus récentes sur l’agriculture biologique en France : le site de l’agence bio.

Crédit photos : C.HELSLY / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés