filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 25-07
    Des recettes originales pour déguster le yaourt… salé !

    Et si on pensait le yaourt autrement ?

  • 21-07
    La tarte au sucre, cap vers le Nord !

    Pleins feux sur une tarte où la pâte brisée habituelle est remplacée par une pâte briochée.

  • 18-07
    Les meilleures tartines de l’été

    Pas envie de passer des heures en cuisine alors qu’il fait beau et chaud ? Place aux tartines !

  • 14-07
    Le macaron parisien, à découvrir à Paris… et ailleurs !

    Ludique, facile à manger et coloré, le macaron est devenu un grand classique de la pâtisserie parisienne et française.

Voir toutes les actualités
Economie et société
-

Chargé d’études valorisation agricole des déchets : le respect de l’environnement avant tout

Un métier dans l’air du temps !

bando

Recyclage des déchets agricolesL’industrie laitière a inscrit la préservation de l’environnement parmi ses principales préoccupations. Zoom sur un métier dans l’air du temps, qui réclame à la fois des compétences techniques et des qualités relationnelles.

Recycler et valoriser les déchets de la chaîne du lait

Comme toute autre industrie, la chaîne du lait génère des déchets, depuis l’exploitation d’élevage jusqu’à la transformation en entreprise. Leur gestion est réglementée et ils ne peuvent pas être déversés tels quels dans la nature. Or, ces déchets sont très différents des boues urbaines : s’ils sont gérés et traités correctement, ils peuvent présenter une réelle valeur agronomique et servir à fertiliser les sols cultivés à la place des engrais chimiques. Le chargé d’études valorisation agricole des déchets, agronome de formation, doit donc disposer d’une culture solide en agriculture pour connaître les besoins des sols, mais aussi maîtriser les thématiques environnementales, outils, méthodes et techniques permettant de valoriser les déchets.

Un métier en perpétuelle évolution

Or, les réglementations en matière d’environnement évoluent régulièrement, tout comme les attentes du grand public et des acteurs de la filière. « Il y a 10 ans, on ne parlait pas de réchauffement climatique et de consommations énergétiques, et voilà que mes prochains projets portent sur l’émission de gaz à effet de serre dans les élevages et les économies d’énergie, confie Jean-Baptiste, chargé d’études depuis 1994 dans le nord de Des qualités relationnelles indispensables la France. Je dois donc faire des recherches pour bien maîtriser le sujet et être capable de répondre aux sollicitations des différents interlocuteurs de la filière. » L’enjeu ? Il faut pouvoir se conformer aux exigences des réglementations, mais sans jamais menacer l’activité économique des élevages ou des industries de transformation.

Comprendre et convaincre

Ainsi, la première mission du chargé d’études valorisation agricole des déchets consiste à passer du temps sur le terrain pour comprendre les problématiques de chacun (éleveurs, industriels, élus locaux, administrations…). L’objectif : leur proposer des solutions ciblées, tout en assurant un dialogue constructif entre les différents acteurs de la filière. « Il faut savoir faire passer le message environnemental et ‘vendre’ nos propositions, poursuit Jean-Baptiste. Cela passe par de nombreuses réunions, des sessions de formation et une vraie disponibilité pour répondre aux personnes qui appliquent nos solutions sur le terrain. » Cette exigence conditionne la dernière compétence indispensable du chargé d’études : d’excellentes qualités relationnelles !

> Pour savoir comment accéder au métier de chargé d’études valorisation agricole des déchets, rendez-vous sur le site Métiers du lait.

Crédit photos : L.GUENEAU / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés