A la une

derniers articles
  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

  • 24-11
    Le tour de main de la semaine : émulsionner !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire “Émulsionner” et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour émulsionner… … vous allez procéder à une agitation vigoureuse afin de mélanger deux liquides qui, habituellement, ne sont pas miscibles. Pour y parvenir, vous utilisez un batteur, un blendeur, un […]

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes
-

Châtaignes et produits laitiers : la tradition a du bon !

Une association traditionnelle des terroirs français.

Châtaignes et produits laitiers

La châtaigne, très présente dans plusieurs campagnes françaises et européennes, est traditionnellement associée aux produits laitiers. Explications.

Châtaignes + lait = une combinaison salutaire 

En France, le châtaigner est surnommé « arbre à pain » : son fruit, que l’on appelle châtaigne ou marron selon qu’il est constitué de plusieurs amandes ou d’une seule, a été de longue date un moyen de subsistance fondamental dans les régions montagneuses et pauvres en céréales (Massif central, Corse, massif des Maures en Provence, massif armoricain…). Sa mission : nourrir les hommes et éventuellement engraisser le bétail. En Ardèche, on dit même que la châtaigne a sauvé les habitants de la famine au XVIIe siècle. Ses qualités nutritionnelles sont en effet particulièrement intéressantes : riche en glucides, fibres, minéraux, oligo-éléments et vitamines, elle est très énergétique et rassasiante. Si l’on couple ces qualités avec celles du lait, notamment sa richesse en protéines, on comprend pourquoi les populations pauvres ont empiriquement associé les deux produits dans leurs recettes de tous les jours !

Petit tour de France gourmand

Aujourd’hui encore, à l’automne, certains terroirs célèbrent la châtaigne en souvenir des époques durant lesquelles celle-ci était indispensable à la survie. Les vieilles recettes qui reviennent au goût du jour en témoignent :

♦ En Corse, où les châtaigners sont abondants comme en Italie du nord, une expression populaire ancienne suggère avec éloquence l’importance de la châtaigne : « Celui qui a de bons habits, une cave et un séchoir à châtaignes n’a pas peur de janvier ». De fait, jusqu’aux premières années du XXe siècle, une bonne récolte de châtaignes était synonyme de bien-être dans les régions castanéicoles. Les Corses les dégustent en partie bouillies ou rôties, mais, surtout, ils les font sécher pour les réduire en farine. Avec ce produit qui se conserve plusieurs mois, ils préparent des bouillies, des beignets, des tourtes ou des gâteaux. Le « brilluli », notamment, est une bouillie d’eau et de farine de châtaigne que l’on déguste chaude, dans un bol, avec du lait froid. Quant à la « pulenda », sorte de polenta compacte qui fait office de pain populaire, elle est coupée en tranches pour accompagner le fromage et la charcuterie. Avis aux gourmets sensibles aux labels de qualité : la farine de châtaigne corse bénéficie d’une AOP.

Dans les Cévennes et en Ardèche, où une demande d’AOP a également été déposée, la châtaigne est aussi un élément central de l’économie locale. On en fait des soupes, des bouillies, des confitures, des farces ou des liqueurs. La recette la plus célèbre reste la soupe de châtaignes au lait, que l’on appelle « bajanat » dans les Cévennes et « cousina » en Ardèche. Elle est préparée directement avec les fruits, et non avec la farine comme en Corse : les châtaignes sont mises à cuire longuement dans de l’eau salée. Au moment du repas, la soupe est arrosée de lait ou de crème. Pour un résultat encore plus crémeux, certains Cévenols font cuire les châtaignes directement dans du lait ou commencent la cuisson dans de l’eau avant d’ajouter le lait petit à petit.

En Bretagne, les châtaignes étaient très utilisées avant l’arrivée de la pomme de terre. On les appelle d’ailleurs souvent « patates ». La recette la plus traditionnelle consiste à cuire les châtaignes et à les arroser de lait ribot : un délice !

À découvrir également juste à côté de la France : dans le Valais suisse, la célèbre « brisolée » associe des châtaignes grillées avec des fromages d’alpages, des charcuteries et du vin blanc nouveau encore en fermentation. Une véritable fête qui anime chaque année le mois de novembre.

Crédit photo : V. Poussard – S. Thommeret / A.Beauvais – S.Thommeret / Cercles Culinaires CNIEL.

Plus d'articles

Mots clés