A la une

derniers articles
  • 15-06
    Et si on faisait un crumble salé ?

    Le crumble est d’abord un dessert fruité et délicieusement sablé, mais avec des légumes, du poisson ou de la viande, la version salée a tout pour plaire.

  • 13-06
    C’est de saison : le concombre

    Vous dégustez généralement le concombre cru, mais saviez-vous qu’il se consomme aussi cuit, comme sa cousine la courgette ?

  • 11-06
    Question (pas) bête : pourquoi y a-t-il des plaques vertes sur le comté ?

    Un outil essentiel pour la traçabilité.

  • 08-06
    Spécial barbecue : le camembert chaud

    On imagine parfois que, pendant les beaux jours, seuls les fromages frais ont droit de cité. Le camembert à la braise, qui prend place à l’apéritif ou clôture le repas en beauté, prouve le contraire !

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Combien faut-il de litres de lait pour fabriquer un fromage ?

Pas de fromage sans lait ! Mais savez-vous quelle quantité de lait est nécessaire pour élaborer tel ou tel fromage ?

moule

Une vache produit en moyenne 25 litres de lait par jour. Est-ce suffisant pour fabriquer un camembert ou un comté ? En réalité, tout dépend du type de fromage.

Des quantités variables selon les fromages

En France, il existe une incroyable variété de fromages et tous ne nécessitent pas la même quantité de lait. Il faut par exemple :

Un fromage à pâte pressée cuite (abondance, beaufort, comté, emmental…) nécessite donc plus de lait qu’un fromage à pâte molle (camembert, brie, munster, maroilles…), le second étant plus riche en eau et contenant donc proportionnellement moins de lait que le premier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce sont les fromages à pâte pressée cuite, plus secs et compacts que les autres, qui sont les plus riches en calcium.

Le fromage, c’est toute une histoire

Historiquement, cela s’explique : autrefois en montagne, on produisait en été de grandes meules se conservant longtemps et se bonifiant au fil des mois, afin de pouvoir tenir tout l’hiver avec des fromages riches et savoureux. Autrement dit, on stockait sous forme de fromages « de garde » le lait abondant de l’été. C’est d’ailleurs l’origine des fruitières à comté, dans lesquelles les éleveurs mettaient en commun le « fruit » de leur travail. Au contraire, les pâtes molles comme le camembert sont produites en plaine, où l’on privilégie traditionnellement les petits fromages facilement transportables de marché en marché.

L’histoire du fromage est ainsi intimement liée à celle de la conservation du lait, ce que l’on a tendance à oublier en contexte d’abondance alimentaire. Très tôt dans l’histoire – la préhistoire, en réalité –, les hommes, qui n’avaient pas la possibilité d’aller acheter un pack de lait au supermarché, ont cherché des solutions pour préserver le précieux liquide. Le lait est en effet un concentré de nutriments qui permet de faire vivre et grandir les mammifères, mais c’est aussi un ingrédient vivant qui tourne facilement en l’absence de traitement thermique approprié. Or, il a fallu quelques millions d’années avant que les humains ne découvrent la pasteurisation et la stérilisation. Dans le fond, c’est tant mieux, parce que cela leur a permis d’inventer le fromage en faisant d’une pierre, deux coups : non seulement les nutriments du lait y sont préservés pendant longtemps – avec une teneur en calcium particulièrement élevée –, mais en plus, c’est terriblement bon !

Plus d'articles

Mots clés