A la une

derniers articles
  • 19-09
    Après l’école : 3 idées de goûters sains, gourmands et faciles

    Jamais 3 sans 4 ! Pas question de faire l’impasse sur le 4e repas des enfants : le goûter. Mais comment se renouveler et être sûr que ce snack unique de  l’après-midi leur apporte plusieurs des nutriments dont ils ont besoin ? Voici 3 idées de “goûters après l’école”, à la fois sains, gourmands et rapides à préparer […]

  • 17-09
    Ma reconversion fromager : interview de Paul Zindy, fromager urbain

    Fromager urbain : c’est le nouveau métier de Paul Zindy, 32 ans, qui a relevé le challenge un peu fou d’ouvrir la Laiterie la Chapelle au cœur de Paris. Ce faisant, il entend proposer des fromages fabriqués sur place, à partir du lait de vaches franciliennes, mais aussi d’aller plus loin, en valorisant la transparence et […]

  • 31-08
    Au menu du pique-nique cet été

    En été, le pique-nique fait partie intégrante des plaisirs de vos balades au bord de l’eau comme de vos sorties plus sportives. Un repas convivial et nomade où tous les produits bruts (fromage, charcuterie, pain…) se taillent une place de choix sur la nappe à carreaux. Mais comment se renouveler ? Découvrez nos idées de […]

  • 06-08
    Revisitez le latté frappé pour rafraîchir votre été

    Avec sa mousse légère, son lait glacé et ses parfums à décliner à l’infini, le latté frappé séduit les amateurs de boissons gourmandes et les aficionados des breuvages rafraîchissants. Depuis votre transat, découvrez nos 3 recettes tendances et offrez un coup de fraîcheur à vos lattés de l’été. Le café latté frappé, une recette qui […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Combien faut-il de litres de lait pour fabriquer un fromage ?

Pas de fromage sans lait ! Mais savez-vous quelle quantité de lait est nécessaire pour élaborer tel ou tel fromage ?

moule

Une vache produit en moyenne 25 litres de lait par jour. Est-ce suffisant pour fabriquer un camembert ou un comté ? En réalité, tout dépend du type de fromage.

Des quantités variables selon les fromages

En France, il existe une incroyable variété de fromages et tous ne nécessitent pas la même quantité de lait. Il faut par exemple :

Un fromage à pâte pressée cuite (abondance, beaufort, comté, emmental…) nécessite donc plus de lait qu’un fromage à pâte molle (camembert, brie, munster, maroilles…), le second étant plus riche en eau et contenant donc proportionnellement moins de lait que le premier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce sont les fromages à pâte pressée cuite, plus secs et compacts que les autres, qui sont les plus riches en calcium.

Le fromage, c’est toute une histoire

Historiquement, cela s’explique : autrefois en montagne, on produisait en été de grandes meules se conservant longtemps et se bonifiant au fil des mois, afin de pouvoir tenir tout l’hiver avec des fromages riches et savoureux. Autrement dit, on stockait sous forme de fromages « de garde » le lait abondant de l’été. C’est d’ailleurs l’origine des fruitières à comté, dans lesquelles les éleveurs mettaient en commun le « fruit » de leur travail. Au contraire, les pâtes molles comme le camembert sont produites en plaine, où l’on privilégie traditionnellement les petits fromages facilement transportables de marché en marché.

L’histoire du fromage est ainsi intimement liée à celle de la conservation du lait, ce que l’on a tendance à oublier en contexte d’abondance alimentaire. Très tôt dans l’histoire – la préhistoire, en réalité –, les hommes, qui n’avaient pas la possibilité d’aller acheter un pack de lait au supermarché, ont cherché des solutions pour préserver le précieux liquide. Le lait est en effet un concentré de nutriments qui permet de faire vivre et grandir les mammifères, mais c’est aussi un ingrédient vivant qui tourne facilement en l’absence de traitement thermique approprié. Or, il a fallu quelques millions d’années avant que les humains ne découvrent la pasteurisation et la stérilisation. Dans le fond, c’est tant mieux, parce que cela leur a permis d’inventer le fromage en faisant d’une pierre, deux coups : non seulement les nutriments du lait y sont préservés pendant longtemps – avec une teneur en calcium particulièrement élevée –, mais en plus, c’est terriblement bon !

Plus d'articles

Mots clés