A la une

derniers articles
  • 21-02
    L’astuce du mois : que faire avec des blancs d’œuf ?

    5 idées pour cuisiner les blancs d’œuf.

  • 16-02
    8 desserts à base de pâte à choux

    Base incontournable de la pâtisserie française, la pâte à choux s’élabore à chaud avec une « panade » (lait + eau + beurre + sel + farine) et des œufs. Et ensuite ? De la gourmandise à l’état pur !

  • 14-02
    Et si on offrait un cadeau gourmand pour la Saint-Valentin ?

    6 idées pour changer des habituels présents à l’eau de rose (sauf si on met l’eau de rose… dans un macaron !).

  • 12-02
    Salon de l’Agriculture 2018 : à vos agendas !

    La 55e édition du Salon International de l’Agriculture ouvrira ses portes le 24 février et durera jusqu’au 4 mars. Comme chaque année, la filière laitière sera largement représentée.

Voir toutes les actualités
Economie et société
-

Comment les laiteries assurent-elles la qualité sanitaire du lait et des produits laitiers ?

À chaque maillon de sa chaîne de production et de transformation, le lait fait l’objet de pratiques éprouvées et de nombreux contrôles assurant sa qualité. Le point sur les procédures mises en œuvre par les laiteries, où le lait cru est transformé en lait de consommation et autres produits laitiers.

Technicien bactériologique

La maîtrise de la qualité du lait en France commence bien sûr à la ferme, où les éleveurs font en sorte que leurs vaches soient en bonne santé (le lait des animaux malades n’est pas collecté). Ils effectuent la traite et le stockage du lait cru dans des conditions d’hygiène strictes. Mais ensuite, comment la sécurité sanitaire du lait est-elle assurée dans les laiteries, c’est-à-dire les usines de transformation du lait en produits laitiers ?

Une réglementation draconienne

Responsables de la qualité sanitaire et de la conformité des produits qu’elles fabriquent et mettent sur le marché, les laiteries doivent mettre en place des mesures adaptées.

Les établissements qui préparent, transforment, manipulent ou entreposent du lait et des produits laitiers doivent au préalable, pour pouvoir exercer leur activité, obtenir un agrément sanitaire délivré par le préfet de département. Les établissements agréés sont régulièrement contrôlés par les services du ministère de l’agriculture.

Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2006, une réglementation européenne, le Paquet Hygiène, assure une politique unique et transparente en matière d’hygiène et de sécurité sanitaire des aliments dans tous les pays de l’Union Européenne. Tous les intervenants de la filière sont concernés. Les principales obligations des laiteries sont les suivantes :

  • Respecter les bonnes pratiques d’hygiène générales et spécifiques au secteur laitier.
  • Au stade de transformation, élaborer des procédures fondées sur les principes HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) : identifier, évaluer et maîtriser les dangers. Des points de contrôle sont mis en place tout au long de la chaîne et permettent de s’assurer de la qualité sanitaire du lait transformé.
  • Mettre en place un système de traçabilité.
  • Instaurer des procédures de retrait et de rappel des produits.

De la ferme à la laiterie

Le travail des laiteries commence dès la collecte, c’est-à-dire le ramassage du lait dans les fermes des environs via des camions-citernes isothermes. Celui-ci se fait bien sûr dans des conditions d’hygiène et de sécurité irréprochables. De plus, les chauffeurs-ramasseurs, formés par les laboratoires interprofessionnels, procèdent systématiquement à des prélèvements d’échantillons. Stockés au froid jusqu’à l’arrivée à la laiterie, ceux-ci sont analysés au moins trois fois par mois, de façon inopinée, par les laboratoires. Les analyses vérifient notamment la qualité physico-chimique et bactériologique du lait, ainsi que l’absence de résidus d’antibiotiques. Ces critères permettent de payer le lait selon sa qualité aux producteurs.

À la laiterie

À son arrivée à la laiterie, le lait de chaque camion-citerne est de nouveau échantillonné et testé, avant même d’être déchargé du camion. Au moindre problème, il est détruit et le problème étudié pour éviter d’autres accidents. Le lait conforme est, quant à lui, stocké dans des grandes cuves réfrigérées puis transformé dans les heures qui suivent en produits laitiers (lait en bouteille ou en brique, yaourt, lait fermenté, lait concentré, lait en poudre, crème, beurre, fromage, dessert lacté…).

Tout au long de la chaîne de fabrication (pasteurisation, écrémage, ensemencement, emprésurage, égouttage, homogénéisation, barattage, affinage…), bonnes pratiques et contrôles préservent la qualité sanitaire des produits fabriqués.

Il ne reste qu’à acheminer les laitages vers les points de vente en respectant la chaîne du froid. C’est ensuite le consommateur qui prend le relais.

Malgré toutes ces précautions, un problème est toujours possible. Grâce aux procédures de traçabilité mises en place par les fabricants de produits laitiers et les distributeurs, si un produit non conforme est identifié à la laiterie ou dans les points de vente, il est aussitôt retiré des rayons. Si nécessaire, des rappels sont effectués auprès des consommateurs.

Comme l’ensemble des acteurs de la filière laitière, les laiteries répondent donc à une réglementation rigoureuse, tout en s’imposant elles-mêmes des critères drastiques. Bien entendu, elles sont régulièrement contrôlées par les autorités : autant d’assurances, pour les consommateurs, de bénéficier de produits laitiers sûrs, bons et variés.

Plus d'articles

Mots clés