A la une

derniers articles
  • 19-01
    Climalait : la filière laitière anticipe le changement climatique

    Évaluer l’impact du changement climatique sur les fermes laitières, pour aider les éleveurs à s’y adapter : tels sont les objectifs de Climalait.

  • 17-01
    Que faire avec des restes de riz au lait ?

    4 idées gourmandes pour recycler le riz au lait de la veille.

  • 15-01
    L’astuce du mois : que faire avec des jaunes d’œuf ?

    6 idées pour recycler les jaunes d’œuf.

  • 11-01
    Fromage fondu, le retour : la croûte au fromage

    L’appellation est certes peu ragoûtante, mais sous ce nom extravagant se cache une spécialité montagnarde addictive à base de fromage fondu.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Et si les fromages français expliquaient le « French paradox » ?

Les fromages à moisissures auraient une place à part dans la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Senior mangeant un morceau de camembert

Une étude revient sur la notion de « French paradox », et pointe les bienfaits du fromage, en particulier des fromages à moisissures, dans la prévention des risques liés aux maladies cardio-vasculaires.

Consommer des fromages fermentés comme le bleu ou le camembert : une habitude qui conserve !

Dans les années 90 est apparue la notion de « French paradox » pour désigner l’étonnante contradiction entre le faible taux de mortalité des français par maladies cardio-vasculaires, et leur propension à consommer des acides gras saturés, notamment à travers une consommation remarquablement élevée de fromage. Et oui ! Les Français sont les plus gros consommateurs de fromage au monde !

Une des raisons donnée à l’époque ciblait la consommation régulière de vin, et l’action protectrice du resvératrol, un de ses composants.

Récemment, deux chercheurs de l’Université de Cambridge ont poussé l’étude un peu plus loin, en portant leur attention sur les bienfaits de la consommation de fromages à moisissures, et leur effet neutre, voire bénéfique sur les niveaux de cholestérol et de triglycérides. On parle bien sûr ici de bonnes moisissures ! Celles-ci sont sélectionnées par les fromagers pour fabriquer, par exemple, le camembert (Penicillium camemberti) ou le bleu (Penicillium roqueforti ou Penicillium glaucum).

Le rôle spécifique de la maturation des fromages

Le processus naturel de fermentation des fromages entraîne la production de petites protéines précieuses pour l’organisme, les « peptides ». La libération de ces peptides de fromages lors de la digestion et de l’assimilation influencerait la réaction de certaines enzymes, notamment de l’une d’elle qui contrôle la pression artérielle. En bref, ce serait l’action combinée de peptides de fromages et d’enzymes spécifiques qui participerait à protéger le système cardio-vasculaire.

Ainsi, plusieurs facteurs de risques comme l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, et l’inflammation seraient atténués par une consommation régulière de fromages à moisissures.
Selon les chercheurs de cette étude, il s’agit bel et bien d’attribuer dorénavant une place de choix aux fromages bleus ou à croûte fleurie lorsque l’on évoque le « French paradox »… et davantage encore au moment de constituer le traditionnel plateau de fromages !

Source: Petyaev IM et Bashmakov YK (2012) Could cheese be the missing pièce in the French paradox puzzle ? Medical Hypotheses http : dx.doi.org /10.1016/j.mehy.2012.08.018

Plus d'articles

Mots clés