A la une

derniers articles
  • 17-11
    On veut des quenelles !

    Comme chaque année à l’approche de Noël, on a une grosse envie de cuisine traditionnelle, réconfortante et sans chichis. Place aux quenelles, stars de la cuisine lyonnaise.

  • 13-11
    Pâtes : 3 idées pour changer de l’emmental râpé

    Quand le temps presse, rien de tel qu’une assiette de pâtes au beurre et à l’emmental râpé pour régaler toute la famille. Et si on variait un peu la garniture ?

  • 10-11
    6 idées pour cuisiner le chou avec des produits laitiers

    Les produits laitiers ? Une véritable botte secrète pour que petits et grands ne rechignent plus jamais à manger des choux.

  • 08-11
    Les bonnes idées du petit-déjeuner nomade

    5 bonnes idées pour un petit-déjeuner nomade.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Et si les fromages français expliquaient le « French paradox » ?

Les fromages à moisissures auraient une place à part dans la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Senior mangeant un morceau de camembert

Une étude revient sur la notion de « French paradox », et pointe les bienfaits du fromage, en particulier des fromages à moisissures, dans la prévention des risques liés aux maladies cardio-vasculaires.

Consommer des fromages fermentés comme le bleu ou le camembert : une habitude qui conserve !

Dans les années 90 est apparue la notion de « French paradox » pour désigner l’étonnante contradiction entre le faible taux de mortalité des français par maladies cardio-vasculaires, et leur propension à consommer des acides gras saturés, notamment à travers une consommation remarquablement élevée de fromage. Et oui ! Les Français sont les plus gros consommateurs de fromage au monde !

Une des raisons donnée à l’époque ciblait la consommation régulière de vin, et l’action protectrice du resvératrol, un de ses composants.

Récemment, deux chercheurs de l’Université de Cambridge ont poussé l’étude un peu plus loin, en portant leur attention sur les bienfaits de la consommation de fromages à moisissures, et leur effet neutre, voire bénéfique sur les niveaux de cholestérol et de triglycérides. On parle bien sûr ici de bonnes moisissures ! Celles-ci sont sélectionnées par les fromagers pour fabriquer, par exemple, le camembert (Penicillium camemberti) ou le bleu (Penicillium roqueforti ou Penicillium glaucum).

Le rôle spécifique de la maturation des fromages

Le processus naturel de fermentation des fromages entraîne la production de petites protéines précieuses pour l’organisme, les « peptides ». La libération de ces peptides de fromages lors de la digestion et de l’assimilation influencerait la réaction de certaines enzymes, notamment de l’une d’elle qui contrôle la pression artérielle. En bref, ce serait l’action combinée de peptides de fromages et d’enzymes spécifiques qui participerait à protéger le système cardio-vasculaire.

Ainsi, plusieurs facteurs de risques comme l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, et l’inflammation seraient atténués par une consommation régulière de fromages à moisissures.
Selon les chercheurs de cette étude, il s’agit bel et bien d’attribuer dorénavant une place de choix aux fromages bleus ou à croûte fleurie lorsque l’on évoque le « French paradox »… et davantage encore au moment de constituer le traditionnel plateau de fromages !

Source: Petyaev IM et Bashmakov YK (2012) Could cheese be the missing pièce in the French paradox puzzle ? Medical Hypotheses http : dx.doi.org /10.1016/j.mehy.2012.08.018

Plus d'articles

Mots clés