filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez nos idées originales pour des soirées raclettes inoubliables
Les produits laitiers, MILK PLANET
-

Fromage : les secrets d’un bon emballage

Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

Du munster dans son emballage

C’est ce que nous explique Sébastien Pauty, responsable Achat & Développement packaging de la Compagnie des Fromages Richemonts et acheteur pilote pour le groupe Savencia. A ses côtés, découvrez les secrets d’un emballage réussi… Interview.

Quel est le rôle d’un emballage de fromage ?

Sébastien Pauty du groupe SavenciaUn bon emballage doit apporter au fromage l’atmosphère nécessaire pour qu’il se conserve bien, longtemps et avec un niveau de qualité optimal.

Dans cette démarche, les matériaux sont prioritaires, car le fromage est un produit vivant et évolutif. Tout comme l’être humain, il va consommer de l’oxygène, produire du CO2, transpirer, vieillir… : autant de paramètres qui doivent être intégrés dans notre démarche packaging.

Il existe alors différents matériaux disponibles auprès de fournisseurs spécialisés. Nous les choisissons en fonction du type de fromage qu’ils devront protéger, car on n’emballe pas un camembert comme un comté !

Justement, quels sont les impératifs d’emballage à respecter ?

Un fromage à pâte molle et croûte fleurie – comme le camembert par exemple – a besoin d’évoluer. Les fleurs blanches qui parsèment sa croûte doivent vivre pour permettre au fromage de se développer. Son emballage doit donc faire passer suffisamment d’oxygène pour que la fleur évolue… mais pas trop, pour que la maturation ne soit pas trop rapide !

De plus, l’activité du fromage développant chaleur et humidité, il faut aussi pouvoir en absorber une partie pour que le fromage ne “baigne pas dans son jus” sans être trop sec non plus…

Concernant les fromages à pâte sèche ou pressée (emmental, comté), l’affinage s’est fait en amont : le rôle de l’emballage est donc de bloquer cette maturation ou du moins de la ralentir très fortement. Pour cela, nous allons placer le fromage dans une ambiance modifiée – sans oxygène -.

Concrètement, comme cela se traduit-il sous nos yeux ?

Fromage emballéSi vous détaillez un emballage de fromages à pâte molle, vous pourrez distinguer plusieurs couches dans le papier.

– Au contact du fromage, se trouve une couche hydrophile : son rôle est de maintenir à distance l’eau et le gras, afin que le produit ne “colle” pas au papier.

– Vient ensuite une couche plus ou moins perforée qui va aider à gérer la circulation de l’air de façon à laisser le produit respirer.

– Enfin, vient la partie “papier”, dont on aura étudié la compatibilité avec les autres composants, comme la boîte par exemple, et sur laquelle figure l’impression qui va singulariser le produit.

Le principe est encore différent pour un fromage à pâte pressée cuite ou non cuite, ou pâte “sèche” ! Pour son transport et sa commercialisation, ce produit va être tranché et placé dans un emballage étanche, plus ou moins perméable à la lumière, et rempli d’un mélange gazeux dont l’oxygène est banni.

Intégrez-vous une démarche de développement durable dans la conception des emballages ?

Nous rentrons en effet de plus en plus dans une démarche d’éco-conception et notre objectif est d’utiliser le moins d’emballage possible avec la même efficience.

Nous avons entamé une démarche RSE d’allègement de nos emballages tout en gardant la fonctionnalité dont nous avons besoin. Nous nous appliquons à ne garder que le papier sur lequel on vient déposer des plastiques à très faibles doses, pour en ajuster la perméabilité.

De retour des courses, gardez vos fromages dans leurs emballages respectifs au fil de leur consommation. Vous l’aurez compris, ils sont faits pour les conserver dans les meilleures conditions possibles, depuis l’achat jusqu’à la dernière bouchée!

 

Et qu’en est-il d’un autre matériau phare de l’emballage de nos fromages – le bois ? Découvrez pourquoi certains fromages sont entourés de bois !

A lire également

Plus d'articles

Mots clés