A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Alimentation et santé, MILK PLANET
-

Fromages : sachez lire les étiquettes !

Pour tout savoir sur les vrais taux de matières grasses des fromages.

bando-MG

Assortiment de fromages à pâte pressée non cuiteDepuis le 27 avril 2007, un nouveau décret sur l’étiquetage de la matière grasse rend l’information plus lisible pour le consommateur, car elle est exprimée sur le poids total du produit fini, soit le fromage tel qu’on le consomme. C’est désormais la quantité de lipides (ou matières grasses) pour 100g de fromage qui est affichée. Ce principe d’étiquetage est actuellement celui de tous les autres produits alimentaires. Démonstration pratique.

Matières grasses et idées reçues

Avant cette date, le taux de matières grasses (MG) était noté sur le poids sec du fromage, c’est-à-dire sur la partie du fromage dont on a extrait l’eau. D’où la confusion encore fréquente de certains consommateurs pensant à tort que le fromage est un aliment très gras, lui conférant une « mauvaise réputation » diététique.
Autre idée reçue : on pense souvent que les fromages à pâtes molles (type camembert) sont plus gras que ceux à pâtes dures (type tomme), probablement du fait de leur consistance crémeuse. Or, il n’en est rien : les pâtes molles contiennent plus d’eau, donc proportionnellement moins de matières grasses que les pâtes dures.

Quelques exemples pratiques

  • Un camembert étiqueté « 45 % de matières grasses » (ancien étiquetage), est actuellement étiqueté à 21 % de MG. Le camembert contient en effet 54g d’eau pour 100g de fromage, ce qui pour une portion de 40g ne représente que 8.5g de lipides
  • Le comté ou l’emmental à 45% de matières grasses (ancien étiquetage), contiennent moins d’eau (38g d’eau pour 100g de Comté), ce qui explique leur nouvel étiquetage à 28 % de matières grasses. Pour une part de 30g de ces fromages à pâte dure, il y a 8.5g de lipides
  • Un fromage blanc à 40% de matières grasses (ancien étiquetage), contient 80g d’eau pour 100g de fromage blanc, soit seulement 8% de matières grasses, donc 8g de lipides pour un bol de 100g

Les nouveaux taux à connaître

Alors on oublie les 30, 40 ou 45% de matières grasses, et on retient les nouveaux taux :

  • Fromage frais (type Saint Môret) : 3.18% de M.G.
  • Camembert : 21% de M.G.
  • Fromage fondu : 21.7% de M.G.
  • Munster : 28,5% de M.G.
  • Emmental : 28.6% de M.G.
  • Cantal : 30,3% de M.G.
  • Roquefort : 32% de M.G.

Regardez désormais les étiquettes d’un autre œil, n’ayez plus peur des fromages !

Plus d'articles

Mots clés