filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire, Les vaches de A à V
-

La Béarnaise, une race bovine à préserver

À la rencontre d’une vache pyrénéenne sauvée in extremis.

bearnaise-bando

Vache béarnaiseRace bovine typique des Pyrénées, la Béarnaise a failli disparaître avant d’être épargnée par un plan de sauvegarde. Aujourd’hui, si ses effectifs restent faibles, cette vache élégante peuple de nouveau les estives pyrénéennes grâce à la persévérance de quelques éleveurs.

Une vache sauvée in extremis

Malgré son renouveau, la Béarnaise reste l’une des races bovines les plus menacées de France. Elle figure en effet parmi les races à petits et très petits effectifs (dites parfois « races menacées » ou « races locales ») de l’Institut de l’Élevage. Originaire du Béarn, dans les Pyrénées atlantiques, elle fut presque décimée dans les années 1960 au profit de l’appellation « blonde d’Aquitaine », une race hybride créée par l’homme. A la fin des années 1970, il ne restait qu’une poignée d’éleveurs fabricant une « tomme » de montagne avec le lait de quelques Béarnaises. Grâce à leurs efforts et au programme de sauvegarde lancé au début des années 1980, la race fut sauvée de l’extinction. Aujourd’hui, on compte plus de 150 Béarnaises dans les Pyrénées et de plus en plus d’éleveurs sont séduits par cette race à forte dimension identitaire.

Élégante et intelligente

La Béarnaise est facilement reconnaissable à ses grandes cornes en forme de lyres. Sa robe est unie, d’une couleur « froment » plus ou moins claire. Cette élégance se combine avec une grande rusticité : parfaitement adaptée au milieu montagnard, c’est une vache résistante, vive et agile. Elle est également réputée très bonne mère, faisant toujours passer le bien-être de sa progéniture avant le sien. Pour ne rien gâcher, les éleveurs soulignent souvent son intelligence : elle reconnaît son monde et, les anciens, qui la surnommaient « pur-sang arabe de l’espèce bovine », racontent comment les troupeaux de Béarnaises étaient capables de faire fuir les ours en formant un cercle menaçant.

Des aptitudes mixtes

Aujourd’hui, les vaches béarnaises sont surtout utilisées pour la production de veaux blancs ou rosés, dont la viande est très appréciée pour sa finesse. Elles font toutefois partie des races dites mixtes. En effet, elles ont longtemps été exploitées pour leurs qualités laitières : si leur lactation est peu abondante, elle est régulière et peu sensible aux variations climatiques, une qualité précieuse dans les zones montagnardes. De la même manière, les mâles étaient utilisés pour le labour et la tractation. Ce n’est pas pour rien que la Béarnaise figure sur les armoiries du Béarn !

> D’autres portraits de vaches.

> Crédit photos : © OTGourette-Jantou. Photos issues de la photothèque du CDT Béarn Pays basque.

Plus d'articles

Mots clés