Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

La fermentation, technique clé des produits laitiers

Cette technique centrale de la transformation laitière n’a jamais été aussi tendance grâce à ses vertus pour la santé… et le goût !

Fromage, pain et vin

Quel est le point commun entre le fromage, le lait ribot, le yaourt, la choucroute, le shoyu (sauce de soja japonaise), le saucisson, les anchois au sel, le café, le chocolat le pain au levain et le vin ? Tous sont des aliments fermentés ! Pour Marie-Claire Frédéric, auteur de Ni cru ni cuit. Histoire et civilisation de l’aliment fermenté, il s’agit d’une troisième voie entre le cru et le cuit. Or, celle-ci est essentielle dans la transformation du lait en produits laitiers.

Une technique ancienne et universelle

La fermentation est la plus ancienne méthode de conservation puisqu’elle remonte à la préhistoire. Techniquement, il s’agit d’un phénomène chimique qui transforme le sucre des aliments en acide lactique, en alcool ou en acide acétique grâce à des micro-organismes (bactéries, levures ou moisissures). Ces derniers sont naturellement présents dans les denrées ou ajoutés volontairement pour obtenir une fermentation particulière (c’est par exemple le cas pour les fromages à pâte persillée ou le camembert). D’un point de vue culturel, les produits fermentés sont présents dans le monde entier, avec, souvent, une valeur symbolique forte. Chez nous, ils sont constitutifs de la triade qui incarne partout l’épicurisme à la française : le pain, le vin et le fromage (sans compter la bière, la choucroute, les charcuteries ou même la pâte à crêpes !).

Qu’en est-il des produits laitiers ?

Yaourts, laits fermentés, fromages, crème crue, beurre à l’ancienne… : les produits laitiers constituent l’une des plus grandes familles des aliments fermentés. La fermentation transforme ici le lactose du lait en acide lactique. C’est pourquoi on parle de fermentation lactique. À l’origine, il s’agissait bien sûr de prolonger la conservation de l’aliment précieux qu’est le lait, tout en améliorant son assimilation par l’organisme et ses qualités gustatives. Que l’on pense par exemple à la saveur fraîche et acidulée d’un lait fermenté ou encore aux arômes complexes des fromages affinés – car l’affinage, c’est de la fermentation !

Les produits fermentés sont bons pour la santé

Contrairement à la pourriture, la fermentation contrôlée améliore les aliments au lieu de les détériorer, aussi bien d’un point de vue gustatif que nutritionnel : « c’est une « dégradation positive » des produits alimentaires », écrit ainsi Camille Oger dans L’art de la fermentation, qui regorge de recettes maison. Les micro-organismes secrètent en effet des enzymes qui décomposent certains constituants de l’aliment et en fabriquent d’autres – vitamines, acides aminés et probiotiques dont on redécouvre les vertus pour les intestins et le système immunitaire. Les aliments fermentés sont donc des aliments vivants, comme le lait.

À lire sans modération :

  • Marie-Claire Frédéric, Ni cru ni cuit. Histoire et civilisation de l’aliment fermenté, éditions Alma, 2014.
  • Luna Kyung et Camille Oger, L’art de la fermentation, éditions La Plage, 2016.

Plus d'articles

Mots clés