A la une

derniers articles
  • 23-04
    Inventons lait 2018 : le grand retour des cocktails au lait

    Comme tous les deux ans, plusieurs étudiants ont lâché les rênes de leur créativité pour élaborer les meilleurs cocktails à base de lait et de crème.

  • 18-04
    L’appellation d’origine du Comté fête ses 60 ans !

    Avant d’être une AOP, le comté a été une AOC qui fête cette année ses 60 ans.

  • 16-04
    Ghee, le triomphe du beurre indien

    Il a le vent en poupe sur les réseaux sociaux : découvrez le ghee indien, beurre clarifié à l’incroyable polyvalence.

  • 13-04
    Lait à l’école : une initiation au bien manger pour les enfants et les adolescents

    Saviez-vous qu’un programme européen permet aux écoles, collèges et lycées de bénéficier de subventions pour éveiller les enfants et les adolescents au « bien manger » ?

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

La traçabilité des animaux, un gage de sécurité des produits laitiers

Savez-vous à quoi servent les boucles d’oreilles des vaches ?

Vache dotée de boucles d'oreilles d'identification

Vache dotée de boucles d'oreilles d'identificationEn France, toutes les vaches sont dotées d’une paire de boucles d’oreilles en plastique de couleur saumon. Une coquetterie, pensez-vous ? Pas du tout ! Il s’agit en réalité du principal outil d’identification et de traçabilité des bovins. Découvrez cette technique au service des éleveurs et des consommateurs.

De l’identification…

Tout détenteur de bovins, ovins, caprins et porcins, en France et dans l’Union européenne, doit obtenir un numéro d’identifiant unique. En France, celui-ci est délivré et géré par les Établissements départementaux de l’Élevage (EdE). Pour les bovins, la réglementation est particulièrement draconienne. Son application est mise en œuvre directement par les éleveurs, en partenariat avec les EdE, le Ministère de l’agriculture et la Commission européenne. Concrètement, chaque éleveur est tenu de fixer, sur chacune de ses bêtes, deux boucles d’identification (une par oreille) qui comportent 10 chiffres précédés du code pays (FR pour la France) et un code-barre. Les animaux détiennent également un « passeport bovin » individuel, associé à ce numéro unique, qui indique notamment leur filiation, leur statut sanitaire et les références de l’élevage (numéro du cheptel).

… à la traçabilité

Que fait-t-on de ces informations ? On les centralise pour former un schéma précis des bovins présents sur le territoire. « Tous les flux d’animaux – naissances, morts, ventes, échanges – sont déclarés par les éleveurs aux EdE », explique Fabrice Michel, responsable du service santé et protection animale de la Direction départementale de la protection des populations des Bouches-du-Rhône. « Ces informations remontent des EdE vers une base de données nationale qui répertorie tous les bovins de France. En interrogeant la base, on peut tout savoir de la vie du bovin de sa naissance à sa mort ». La traçabilité est donc tout simplement un outil visant à assurer le suivi des animaux et des produits qui en sont issus (viandes et produits laitiers notamment), tout au long de la filière, du fournisseur de matière première au consommateur final.

Assurer pleinement la sécurité des consommateurs

Ce système garantit, au bout du compte, la sécurité sanitaire des aliments et des animaux. L’identification et la traçabilité forment en effet, ensemble :

  • un outil d’information : elles assurent des renseignements fiables pour les pouvoirs publics (contrôles) et les consommateurs (achats) ;
  • un outil de gestion du risque : elles permettent d’assurer une intervention rapide et ciblée sur les produits susceptibles de présenter un risque ;
  • un outil de gestion des cheptels : les boucles d’oreilles des bovins, surtout dans leur version électronique, permettent de mieux gérer les tâches quotidiennes des éleveurs et de maîtriser la santé des animaux.

En bref, de l’éleveur au consommateur, tout le monde s’y retrouve !

Pour en savoir plus :

> Notre article sur la qualité du lait.

> L’identification et la traçabilité sur le site du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche.

Crédits photos : P. DUREUIL / S. FRAISSE / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés