Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de biscuits gourmands
Les produits laitiers
-

Lactalium : une vodka française… de lait de vache !

La vodka Lactalium est issue de la distillation de petit-lait d’Auvergne.

Distillerie Gimet

Le lait ne sert pas uniquement à fabriquer des produits laitiers ! C’est dans une distillerie plus que centenaire, située dans le Gers, que Nicolas Sinoquet a inventé une vodka à base de lait.

De la Mongolie aux terroirs français

Au début des années 2010, inspiré par une boisson mongole, Nicolas Sinoquet se lance le défi de créer une vodka laitière. « En Mongolie, il existe une eau-de-vie traditionnelle, l’arkhi, fabriquée à base de lait de yak ou de jument et réservée aux occasions festives », raconte celui qui a repris, il y a quelques années, les rênes de la distillerie gersoise Gimet. « Je me suis dit qu’il serait intéressant de transposer l’idée dans le grand pays laitier qu’est la France. » Commencent alors plusieurs mois de tests dans les locaux de la distillerie, jusqu’à trouver, en 2015, la recette parfaite : du petit-lait fermenté puis triplement distillé dans l’alambic de la maison Gimet. La nouvelle vodka, baptisée Lactalium, reçoit un accueil très positif de la part des amateurs de spiritueux et trouve rapidement sa place sur la carte de plusieurs établissements prestigieux. D’une apparence limpide – et non blanchâtre comme on pourrait l’imaginer ! –, celle-ci se distingue par ses arômes lactés, d’amandes et de fleurs, avec une texture ronde et généreuse.

Une vodka dans les règles de l’art

D’après le règlement européen définissant les spiritueux (CE n° 110/2008), « la vodka est la boisson spiritueuse élaborée à partir d’alcool éthylique d’origine agricole, obtenu par fermentation par la levure 1. soit de pommes de terre et/ou de céréales, 2. soit d’autres matières premières agricoles » : que les sceptiques se rassurent, Lactalium est donc bel et bien une vodka ! La matière première provient des fermes du parc naturel des volcans d’Auvergne, dont la richesse floristique inspire à Nicolas Sinoquet l’expression de « lait fleuri ». Alors que le caillé est utilisé sur place pour fabriquer du cantal, le petit-lait est expédié vers la distillerie Gimet où il est fermenté pendant environ une semaine pour se transformer en bière de lait. Celle-ci est ensuite distillée trois fois dans un alambic charentais. « Pour 1 000 litres d’eau-de-vie, 12 000 litres de lait de vache et environ une semaine de distillation sont nécessaires, avec, entre chaque étape, un nettoyage complet de l’alambic », précise Nicolas Sinoquet. Un travail long et exigeant qui justifie le prix de la bouteille : 60 € environ pour 70 cl.

Comment la déguster ?

La vodka Lactalium peut servir d’ingrédient de base pour élaborer des cocktails, y compris laitiers. Il est alors important de miser sur des mélanges simples et purs, respectant la typicité de cette vodka haut-de-gamme. Pour profiter pleinement de ses arômes, Nicolas Sinoquet conseille toutefois de la déguster telle quelle, seule ou en accompagnement de mets sélectionnés : « Il faut la réserver au frais, surtout pas au congélateur, la servir puis la laisser revenir tranquillement à température ambiante dans son verre. Elle accompagne alors merveilleusement des sushis à base d’algue nori, du saumon, du caviar et même du chocolat noir. Côté fromages, elle est parfaite avec un cantal, mais aussi avec des fromages très crémeux comme le chaource ou le brillat-savarin. » Un nouvel accord fromages-boisson particulièrement prometteur !

Renseignements et points de vente :
http://www.distilleriegimet.com/lactalium-vodka

> À lire : « Les alcools de lait en Mongolie. Rites, croyances et lien social », par Isabelle Bianquis, OCHA, 2004.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Crédit photo : C. Goussard. 

Plus d'articles

Mots clés