filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de cakes salés et sucrés
Elevage et territoire
-

Le digital se met au service des éleveurs

Les outils digitaux gagnent les exploitations laitières

Les nouvelles technologies ont révolutionné l’agriculture moderne. Des premiers robots de traite aux drones en passant par les applications, les outils digitaux ont trouvé leur place dans le quotidien des éleveurs laitiers. Focus sur ces alliés 3.0 au service de la qualité de vie des éleveurs comme du bien-être de leurs animaux.

Des robots, pour automatiser les tâches récurrentes

Le robot de traite dans une exploitation laitièreSi les robots de traite apparus dans les années 1990 ont illustré l’arrivée de la robotisation dans les fermes laitières, bien d’autres équipements ont suivi depuis.

De nouveaux robots aident aujourd’hui l’éleveur dans des tâches aussi diverses que l’alimentation des animaux ou l’hygiène des bâtiments.

 

Alors que le robot d’alimentation calcule, prépare et distribue à heures fixes la juste ration destinée aux vaches, le robot nettoyeur effectue automatiquement — et à la place de l’éleveur —, la tâche souvent ingrate du nettoyage des étables.

Des capteurs, pour développer un élevage de précision

La miniaturisation a aussi apporté son tribut, grâce à des capteurs qui enregistrent les données biologiques, comportementales ou morphologiques des animaux. À l’image de nos montres connectées !

Ainsi des capteurs podomètres installés autour d’une des pattes des vaches ou sur leur collier, enregistrent leur activité : les informations recueillies (lever, coucher, temps de repos) nourrissent des banques de données qui permettent de suivre l’activité du troupeau et de détecter les périodes de chaleur.

Autre illustration avec les outils de détection des vêlages : posés sur l’animal une dizaine de jours avant la date supposée de mise bas, ils en enregistrent les signes annonciateurs. En cas de brusque évolution d’un des paramètres, une alerte est envoyée à l’éleveur qui les reçoit sur son smartphone.

Ces équipements, de plus en plus nombreux et perfectionnés « voient » ce qui est invisible à l’œil nu et ont ouvert la voie à un élevage laitier de précision.

Les drones, pour gérer troupeau et parcelles

Depuis 2012, date à laquelle l’utilisation civile des drones a été autorisée, le recours à ces outils volants est en plein développement.

 Un drone survolant un troupeau de vachesGrâce au survol de son exploitation par un drone, l’éleveur peut ainsi surveiller des vaches mises à paître dans des parcelles éloignées. En période de vêlage, celles qui s’éloignent et s’isolent pour mettre bas sont repérées rapidement depuis les airs. Enfin, certains professionnels aguerris au pilotage de drone utilisent ce dernier pour regrouper les troupeaux, en mode chien de berger !

 

Mais le drone se révèle aussi intéressant sur le volet agricole : il permet à l’éleveur d’aller inspecter des parcelles cultivées, de vérifier des travaux en cours sur ses champs ou de capter des données qui seront traitées ultérieurement via des applications dédiées.

Des applis, pour aider à la prise de décisions

Le traitement de ces données collectées sur le terrain est ensuite assuré par des logiciels de gestion de troupeau. Accessibles depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone, ces outils réduisent les tâches administratives et optimisent la conduite du troupeau. En allégeant la charge de travail, ils libèrent aussi l’éleveur pour d’autres activités.

 

Autre apport inattendu du digital : des éleveurs s’approprient les nouveaux outils de communication pour faire connaître leur métier et partager leur quotidien en direct de la ferme. Découvrez ces éleveurs connectés!

A lire également

Plus d'articles

Mots clés