Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 14-12
    Fromage et café, une expérience gustative inattendue

    Associer fromage et café : l’idée peut sembler saugrenue au départ. Nos traditions culinaires nous ont en effet habitués à des mariages plus attendus, tels que fromage et vins — voire à un timing fromage « puis » café. Mais l’expérience, initiée par Malongo, se révèle pourtant surprenante et d’une belle évidence ! Delphine Luisin, responsable qualité et « nez » […]

  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Le meilleur fromager du monde, Fabien Degoulet, travaille… à Tokyo !

Les Japonais se passionnent de plus en plus pour les fromages de qualité, notamment français.

Fabien Degoulet

À tout juste 31 ans, le Français Fabien Degoulet vient de remporter le titre de meilleur fromager au Mondial du Fromage et des Produits Laitiers, décerné à l’issue du concours qui s’est tenu à Tours le 7 juin 2015. Œuvrant à Tokyo au sein de la fromagerie Fermier – le premier importateur japonais de fromages –, il s’est distingué parmi douze candidats triés sur dossier.

Votre parcours est original ! Comment êtes-vous arrivé à Tokyo ?
Je suis originaire du Mans, dans la Sarthe, mais je suis passionné par le Japon depuis mon plus jeune âge. J’y ai donc consacré mes études supérieures à travers une formation suivie à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). C’est dans ce cadre qu’en 2008, je suis parti passer une année au Japon. Je voulais m’y installer, mais je ne pensais pas que ce serait immédiat. Fils et petit-fils de fromagers, j’ai rapidement trouvé un emploi au sein de la fromagerie japonaise Fermier… et j’y suis resté !

Vous venez de décrocher le titre de meilleur fromager du monde. Comment vous êtes-vous formé au métier ?
J’ai appris sur le tas avec mes parents qui étaient crémiers sur les marchés, puis chez Fermier. Je m’étais présenté à la première édition du concours mondial du meilleur fromager en 2013 mais, arrivé en finale, j’avais réalisé que je n’étais pas assez préparé. J’ai donc renouvelé l’aventure cette année après quatre mois de préparation intensive. Les neuf épreuves exigent en effet un profil très complet : connaissances théoriques des fromages du monde entier, dégustations à l’aveugle, découpe et précision, mariages gustatifs, présentation orale, élaboration d’un grand plateau sur le thème « le l’art au fromage »…

Contrairement à une idée reçue, les Japonais mangent donc du fromage ?
Absolument ! Non seulement ils en mangent, mais ils en ont une connaissance approfondie. Le concours était d’ailleurs animé par Rodolphe Le Meunier, Meilleur Ouvrier de France et Meilleur Fromager International 2007, qui est à l’initiative de ce concours, mais aussi par la Japonaise Miyuki Murase, gagnante de l’édition 2013. Au Japon, la demande de fromage ne cesse de croître, même s’il s’agit encore d’un produit de luxe. C’est la mode du vin qui a porté cet appétit grandissant pour le fromage. Or, la fabrication locale est embryonnaire. Le marché dépend donc essentiellement des importations et les fromages français figurent naturellement en bonne place.

Quels sont les fromages préférés de vos clients japonais ?
Les Japonais sont particulièrement amateurs de comté. Son long affinage rappelle les techniques de fermentation si présentes dans les trésors culinaires locaux ! L’époisses connaît également un succès étonnant, en lien avec la vogue du pinot noir de Bourgogne. Nous vendons aussi beaucoup de maroilles, de bleu, de roquefort et de mont d’or. J’encourage ma clientèle à s’essayer à des accords originaux avec des produits locaux : un munster avec du saké, un comté avec du miso*, un ossau iraty avec du wasabi… Le Japon est un pays où la culture culinaire est très approfondie. C’est un véritable bonheur, pour moi, d’échanger quotidiennement avec ces amateurs passionnés.

* Le miso est une pâte de soja fermentée.

Plus d'articles

Mots clés