filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de biscuits gourmands
Economie et société, Jeunesse
-

Formation : pensez aux ENIL !

Zoom sur les Ecoles Nationales d’Industrie Laitières qui forment dans le domaine de la transformation du lait

Eleves en formation dans une ENIL

Vous aimeriez travailler dans l’agroalimentaire ou perfectionner vos connaissances dans la fabrication de produits laitiers ? Pensez aux ENIL !

Elèves d'une ENILFormer les professionnels de la transformation laitière

Les Ecoles Nationales d’Industrie Laitière (ENIL) ont été créées dès la fin du XIXe siècle pour former les fromagers des grands bassins laitiers français. Historiquement, les premières sont nées en Franche-Comté, terre d’origine de la fameuse vache Montbéliarde. Au fil du temps, elles se sont diversifiées. Aujourd’hui, les six ENIL françaises (Aurillac, Mamirolle, Poligny, La-Roche-sur-Foron, Saint-Lô et Surgères) s’adressent ainsi aux scientifiques en herbe désireux de travailler dans la transformation laitière, et plus généralement l’agroalimentaire, à travers un panel de formations de tous niveaux : CAP, Bac pro, BTS… et même licences et masters professionnels en partenariat avec les universités locales et le CNAM.
Elles proposent également stages et formations en entreprise aux professionnels souhaitant se perfectionner.

Savoirs et savoir-faire

Concrètement, l’enseignement mêle théorie et pratique, avec un apprentissage allant des ingrédients bruts aux produits finis, en passant par les techniques de production ou de management, le génie industriel, la microbiologie ou la nutrition. La cerise sur le gâteau ? Les élèves fabriquent eux-mêmes yaourts, fromages, beurres et autres produits laitiers dans les ateliers des écoles. Ceux-ci sont commercialisés dans le circuit local et parfois même aux halles de Rungis.

Des métiers multiples

A la clé ? Des métiers passionnants pour mettre au point les produits de demain, améliorer les technologies de transformation laitière ou encore respecter les impératifs de développement durable. Que ce soit dans les grandes industries laitières, les PME ou les organismes publics, l’insertion professionnelle variée permet à tous les profils de s’y retrouver.

> Consulter le site de l’ANFOPEIL

Crédit photo :ENIL

Plus d'articles

Mots clés