filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de cakes salés et sucrés
Economie et société, Les produits laitiers
-

Les fromages français à la conquête du Brésil

Les Français adorent leurs fromages, mais ces derniers ont aussi du succès à l’étranger !

Fromages-au-Brésil-B

Les Français adorent leurs fromages, mais ces derniers ont aussi du succès à l’étranger ! Petit voyage sous le soleil du Brésil, où les produits laitiers ont été introduits par les Européens et où les fromages français bénéficient d’une excellente réputation.

Le fromage au Brésil, une tradition bien ancrée

Au Brésil comme dans le reste de l’Amérique latine, les produits laitiers sont très appréciés sucrés (on pense à la suprématie du lait concentré sucré dans les desserts et à l’incontournable confiture de lait que l’on appelle ici doce de leite). Mais les fromages ne sont pas en reste. Ceux du Minas Gerais, notamment, sont particulièrement réputés. Dans ce grand État célèbre pour ses mines de pierres précieuses et sa gastronomie, les savoir-faire fromagers ont été importés à partir du XVIe siècle par les explorateurs portugais. C’est d’ailleurs d’ici que sont originaires les fameux petits pains ronds au fromage (pães de queijo) qui ont conquis l’ensemble du Brésil et ensorcellent les touristes français. Le queijo minas au lait de vache, notamment, est fabriqué par une kyrielle de petits producteurs et disponible sous plusieurs affinages. Les Brésiliens consomment aussi beaucoup de requeijão, fromage frais à tartiner qui ressemble à de la ricotta, et de prato esferico, pâte pressée non cuite qui serait une réplique locale de l’édam.

Le point sur la consommation

Bref, le fromage fait incontestablement partie des habitudes alimentaires des Brésiliens : 9 sur 10 en consomment au moins une fois par semaine et les ventes de fromages ont augmenté de 16 % entre 2010 et 2011. Au niveau des variétés, 70 % des produits consommés sont des fromages de « commodité » utilisés dans les sandwichs ou les hamburgers (notamment le requeijão et le prato esferico). Quant aux fromages français, ce sont les fromages étrangers préférés des Brésiliens, au même niveau que les italiens. Ils évoquent spontanément une texture crémeuse et douce, ainsi qu’une image de qualité et d’art de vivre à la française. Ce n’est pas un hasard s’ils sont considérés comme les fromages les plus adaptés lorsque l’on reçoit chez soi ! Les plus appréciés sont le brie, le camembert et l’emmental.

Une campagne pour mieux faire connaître les fromages français au Brésil 

Pour consolider et intensifier la consommation de fromages français au Brésil, une campagne de communication a été lancée l’été 2013 par l’interprofession laitière française. Sous le nom de Queijos da França (fromages de France), elle met notamment en avant le brie, le camembert, le coulommiers, le brillat-Savarin, l’emmental, le comté, le cantal, le raclette, le reblochon, le bleu d’Auvergne et la fourme d’Ambert. Il s’agit d’habituer les palais brésiliens à des saveurs différentes et parfois très typées, de leur faire découvrir de nouveaux moments de consommation et de leur montrer comment utiliser les fromages français dans leur cuisine quotidienne. Comme en Corée du Sud, la notion d’appropriation reste donc fondamentale : elle implique d’inscrire directement les fromages français dans les habitudes de consommation locales.

Crédit photo : Mercado Central par Sertaobras via Flickr.

Plus d'articles

Mots clés