A la une

derniers articles
  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

  • 07-01
    Pour changer de l’omelette, place à la frittata

    Des œufs, du lait, une garniture, et surtout beaucoup de fromage : voilà les secrets d’une frittata réalisée dans les règles de l’art.

  • 04-01
    Quand la mousse de lait s’invite en cuisine

    Infusée, sculptée ou déliée, la mousse de lait devient une alternative savoureuse et décorative aux sauces classiques. La preuve en quelques idées recettes !

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de biscuits gourmands
Cuisine et Recettes
-

Pancake story

Les secrets des petites crêpes américaines.

Pancakes aux pommes râpées

Des crêpes épaisses, moelleuses et fondantes : une gourmandise à découvrir pour le petit déjeuner, le brunch ou le goûter, avec une boisson chaude ou un grand verre de lait.

Une petite crêpe gonflée

Le mot pancake vient de l’anglais pan, qui signifie « casserole » ou « poêle », et cake, qui veut dire « gâteau ». Il s’agit d’une crêpe de petit format qui se déguste traditionnellement au petit déjeuner en Amérique du nord. Sa différence avec les fines crêpes à la française ? Son diamètre et surtout son épaisseur, qui provient de la présence dans la pâte d’un agent levant (levure chimique ou bicarbonate alimentaire). À noter que les Québécois parlent de « crêpe » tout court pour désigner le pancake et de « crêpe bretonne » pour évoquer notre crêpe nationale.

La pâte à pancakes, c’est du gâteau

Les Américains ont créé un arsenal impressionnant de recettes de pancakes, avec de nombreuses variantes en fonction des régions, des familles et des « pancakeries ». Les ingrédients de base restent toutefois très simples : du lait, des œufs, de la farine, de la levure (ou du bicarbonate) et du sucre en poudre. Pour une version plus moelleuse et raffinée, le lait est souvent remplacé par du lait fermenté ou du lait ribot. La pâte peut également s’enrichir de fruits frais (myrtilles, pomme râpée, tranches de bananes…) ou de noix. Pour éviter des pancakes tout plats, l’astuce est la même que celle des muffins : mieux vaut mélanger les ingrédients secs d’un côté, les ingrédients humides de l’autre, puis réunir les deux préparations rapidement, sans chercher à obtenir un résultat trop lisse. Le résultat : une pâte plus épaisse que celle des crêpes qui ressemble à… la pâte à gaufres !

Le secret de la cuisson : guetter les bulles

Après un repos éventuel d’une trentaine de minutes à température ambiante (il n’est pas obligatoire mais permet à la levure d’aérer la préparation), la pâte est versée par petites louches dans une poêle chauffée à feu moyen et beurrée. Le but est de former des galettes de même format que celui des blinis. Pour maîtriser parfaitement la cuisson, c’est très simple : il suffit d’attendre que des petites bulles se forment sur la surface des pancakes. Il est alors temps de les tourner avec une spatule et de les laisser cuire une minute de plus. C’est prêt ! À déguster immédiatement avec du sucre en poudre, du miel, du sirop d’érable, de la confiture de lait ou du caramel du beurre salé, du beurre, des confitures, des fruits frais, ou, pour une version salée, des œufs et du bacon.

Crédit photo : N. CARNET / CNIEL. 

Plus d'articles

Mots clés