filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 17-09
    Ma reconversion fromager : interview de Paul Zindy, fromager urbain

    Fromager urbain : c’est le nouveau métier de Paul Zindy, 32 ans, qui a relevé le challenge un peu fou d’ouvrir la Laiterie la Chapelle au cœur de Paris. Ce faisant, il entend proposer des fromages fabriqués sur place, à partir du lait de vaches franciliennes, mais aussi d’aller plus loin, en valorisant la transparence et […]

  • 31-08
    Au menu du pique-nique cet été

    En été, le pique-nique fait partie intégrante des plaisirs de vos balades au bord de l’eau comme de vos sorties plus sportives. Un repas convivial et nomade où tous les produits bruts (fromage, charcuterie, pain…) se taillent une place de choix sur la nappe à carreaux. Mais comment se renouveler ? Découvrez nos idées de […]

  • 06-08
    Revisitez le latté frappé pour rafraîchir votre été

    Avec sa mousse légère, son lait glacé et ses parfums à décliner à l’infini, le latté frappé séduit les amateurs de boissons gourmandes et les aficionados des breuvages rafraîchissants. Depuis votre transat, découvrez nos 3 recettes tendances et offrez un coup de fraîcheur à vos lattés de l’été. Le café latté frappé, une recette qui […]

  • 03-08
    Le fromage s’invite aussi dans votre apéritif estival

    Avec leur belle diversité de textures et de saveurs, les fromages s’accordent à vos moments de convivialité, en toute saison. Ainsi, quand il s’annonce en mise-en-bouche lors de vos apéritifs estivaux, le fromage se revisite en version grilled cheese au barbecue ou en sauce dip aux notes orientales. Et pour peu qu’un apéritif dinatoire se […]

Voir toutes les actualités
Economie et société
-

Portrait de transformateur : Elena Villeneuve, conductrice de machine de conditionnement de crème dessert

Elena Villeneuve s’occupe du conditionnement des crèmes dessert à la Laiterie Saint-Père.

Conditionnement des produits frais

La laiterie Saint-Père, située à Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique), emploie 330 salariés pour collecter le lait et le transformer en produits laitiers. Parmi eux, les yaourts et desserts lactés se retrouvent dans un pot soigneusement fermé et étiqueté grâce aux conducteurs ou pilotes de machine de conditionnement. Rencontre avec Elena Villeneuve qui, depuis 2006, assure aux crèmes dessert un parcours sans faute, dans les meilleures conditions d’hygiène et de qualité.

En quoi consiste votre travail ?

Elena Villeneuve : Je conditionne les crèmes dessert en pilotant une machine qui les met en pot, les ferme avec des opercules, les étiquette et les découpe en lots. Concrètement, la crème dessert fraîchement préparée arrive dans des grands récipients stériles en haut de la machine. De mon côté, je l’alimente en matériel pour le conditionnement (plastique alimentaire, opercules, étiquettes…), je dose les quantités et je surveille l’ensemble du processus.

Pourquoi faut-il surveiller le conditionnement ?

E. V. : D’abord parce qu’il faut s’assurer de la bonne marche des opérations. On n’est jamais à l’abri d’une panne ou d’un incident ! Je contrôle sans cesse les réglages de la machine, surveille le remplissage et l’étiquetage, vérifie que les pots sont bien fermés… Il y a également un autre intérêt : c’est le contrôle de la qualité, en conformité avec les normes alimentaires très strictes qui encadrent les activités de la laiterie. Ainsi, toutes les heures et à chaque changement de produit, j’examine l’aspect, la texture et la couleur de la crème. Je dois aussi la goûter très régulièrement.

La dimension humaine reste donc fondamentale.

E. V. : Oui, car si la machine permet d’automatiser les tâches les plus pénibles, rien ne peut remplacer l’attention humaine et la finesse des sens. C’est d’ailleurs pour cette raison que je ne m’ennuie jamais : mon métier n’a rien à voir avec du travail à la chaîne. Certes, il faut aimer les produits que l’on conditionne, mais avec les crèmes dessert, il est difficile de se plaindre. La laiterie Saint-Père en fabrique une très large gamme, du parfum le plus simple (chocolat, vanille, caramel, café, pistache…) au plus créatif (cookies, palet breton, banane flambée, rocher coco…).

Comment devient-on conducteur de machine de conditionnement ?

E. V. : Essentiellement en apprenant sur le tas, au sein de l’entreprise, auprès des autres salariés. Nous bénéficions par ailleurs de formations régulières sur les normes à respecter pour assurer la qualité et la sécurité des produits. Il faut également s’adapter continuellement aux machines qui ne cessent de se moderniser, ce qui est très motivant. On peut enfin changer de ligne de conditionnement et de produit. La diversité des produits laitiers permet ainsi de varier ses horizons !

Plus d'articles

Mots clés