filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez nos idées originales pour des soirées raclettes inoubliables
Elevage et territoire
-

Portrait de vache : la Bleue du Nord

Bienvenu chez les vaches ch’tis !

Bleue du Nord

On compte actuellement environ 650 vaches Bleues du Nord en France. Cette race locale, sauvée in extremis de la disparition après la Deuxième Guerre mondiale, présente pour ses éleveurs une véritable valeur sentimentale et identitaire.

Histoire d’une race mixte entre la France et la Belgique

Issue d’une race originaire de la région de Bruxelles et d’un métissage entre des races européennes et britannique, la Bleue du Nord se développa dans le Nord de la France à partir du milieu du XIXe siècle. Elle y était alors surtout utilisée pour ses aptitudes laitières, bien qu’il s’agisse d’une race mixte, aussi bonne laitière que bouchère. Le cheptel, essentiellement situé en plein cœur des champs de bataille, subit toutefois de lourdes pertes pendant la Première Guerre mondiale. Autre coup dur après 1945 : comme de nombreuses races locales, la Bleue du Nord fut délaissée au profit de laitières à fort rendement, telle la Prim’Holstein. C’est grâce à la persévérance de quelques producteurs que sa disparition fut évitée en France. Au fil du temps, les éleveurs belges poussèrent leurs troupeaux vers la production bouchère, renommant la race « Blanc-Bleu Belge ». En France, au contraire, le caractère mixte et l’orientation laitière de la Bleue du Nord furent conservés. Les deux races sont aujourd’hui regroupées sous la dénomination « Bleue Mixte ».

La race locale par excellence

Une vache bleue ? Oui, c’est possible ! Pour autant, ne vous attendez pas à observer des troupeaux de la couleur des Schtroumpfs lors d’un séjour dans l’Avesnois ou le Hainaut, car la robe de la Bleue du Nord est faite de nuances. La plupart du temps, elle est blanche et parsemée de taches plus ou moins grandes, dont le mélange de poils noirs et blancs donne une belle impression bleutée tirant vers l’ardoise. Mais il existe aussi des vaches toutes blanches, et d’autres beaucoup plus foncées avec une teinte qui va vers le noir. Mais toutes sont de véritables Bleues du Nord ! D’une rusticité parfaitement adaptée au climat humide et froid de leur région d’origine, celles-ci sont calmes, douces et dociles, ce qui n’empêche pas, d’après leurs éleveurs, un caractère parfois têtu. Bref, ce sont des vaches solides et attachantes.

Le pavé bleu, un fromage à pâte persillée

Aujourd’hui, la Bleue Mixte fait l’objet d’un programme transfrontalier appelé « BLUESEL », qui vise à soutenir et à encourager le développement de l’élevage de cette race traditionnelle en France et en Belgique. C’est grâce à BLUESEL qu’un fromage à pâte persillée, le Pavé Bleu, a été créé avec la collaboration technique du Lycée agricole de Le Quesnoy. Sa croûte gris bleuté, avec des touches de blanc, rappelle les pavés de pierre bleue caractéristiques de la province du Hainaut et du Nord de la France, mais aussi, bien sûr, la robe de la vache locale. Le fromage est exclusivement élaboré avec le lait cru de la Bleue du Nord. La pâte, particulièrement onctueuse en bouche, présente un goût de persillé plus ou moins fort selon l’affinage, qui dure entre six et huit semaines. Un délice sur un plateau ou en association avec de la poire, avec, en guise de boisson, une bonne bière du Nord !

Crédit photo : Samuel Dhote – CRRG.

Plus d'articles

Mots clés