filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 13-02
    Agriculture urbaine : l’élevage peut-il suivre ?

    Du miel récolté sur les toits de l’Opéra de Paris, des champignons cultivés dans d’anciens parkings, un potager s’étalant sur les hauteurs d’un grand magasin… Irons-nous demain chercher notre lait à deux pas d’une station de métro ?

  • 09-02
    Astuce du week-end : mon gâteau yaourt à la poêle !

    Vous devez faire un gâteau ce week-end et… votre four vous lâche ? Vous manquez de temps ? Lancez-vous dans une recette de gâteau yaourt à la poêle. C’est rapide, facile, et vous aurez en prime, le plaisir de servir un dessert original. En piste !

  • 04-02
    Ski : les vaches au service de votre glisse !

    Si les vaches de montagne ont rejoint l’étable alors que vous dévalez les pentes enneigées, elles n’en sont pas moins étrangères à la qualité de votre glisse.

  • 30-01
    Cinnamon roll : le roulé tendance venu de Suède

    Histoire, recette, déclinaisons : focus sur l’une des pâtisseries les plus likées de ce début d’année !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire
-

Portrait de vache : la Montbéliarde

La reine des fromages AOP dévoile les secrets de la qualité de son lait.

Vaches de race Montbéliarde au pré

Vache montbéliarde en alpageEmblème de la Franche-Comté, reine des AOP fromagères françaises, cette vache robuste a le regard doux, la tête blanche et le corps ponctué de grandes taches rouges acajou. Rencontre avec la deuxième laitière française après la Prim’holstein.

Origine

La Montbéliarde est originaire des plateaux du massif jurassien, dans l’est de la France. Au XVIIIe siècle, des éleveurs de l’Oberland bernois (Suisse) s’établirent en effet dans la principauté de Montbéliard avec leur cheptel. Grâce à un patient travail de sélection et de croisement avec les races locales, ce dernier finit par acquérir une certaine renommée et fut officiellement reconnu en 1889 comme « race montbéliarde » par le Ministre de l’Agriculture.

Une force de la nature

De grande taille et de bon poids (650 à 800 kg pour les femelles adultes), la Montbéliarde est plébiscitée par les éleveurs pour ses remarquables qualités de longévité, de fertilité et de rusticité. Ses conditions d’élevage d’origine, dans des hautes altitudes marquées par des températures extrêmes (de – 20°C en hiver à + 35°C en été), l’ont en effet munie de formidables capacités d’adaptation et d’une grande résistance.
Elle représente encore aujourd’hui l’écrasante majorité du cheptel de Franche-Comté (92 % de la population bovine), mais sa part est importante et croissante dans les autres massifs français. Race universelle, elle est également exportée dans le monde entier, y compris aux États-Unis.

La reine des fromages AOP

La Montbéliarde produit annuellement plus de 7 600 kg d’un lait riche en protéines, d’une très grande qualité fromagère, qui sert à la fabrication de nombreuses AOP : morbier, reblochon, bleu de Gex, mont d’or, cantal, abondance… Surtout, il est le seul à pouvoir entrer dans la fabrication de l’un des fleurons de l’or des montagnes, le comté.

La Montbéliarde est également réputée en boucherie, avec une viande savoureuse et peu grasse. Une véritable vache tout-terrain !

> Consulter le site de l’Organisme de Sélection de la race montbéliarde
> Découvrir d’autres portraits de vache

Crédits photo : F.ZVARDON /L. PAGE /CNIEL

Plus d'articles

Mots clés