filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de tartes gourmandes
Elevage et territoire
-

Portrait de vache : la Simmental française

Rendez-vous avec une race en pleine expansion.

Vache au pré, race Simmental

Jolie, cosmopolite, parfois affublée d’une cloche autour du cou, cette race mixte tout droit venue des montagnes de Suisse s’affiche comme une véritable vache d’Épinal, euh, de Simmental !

Petite histoire d’une vache en plein renouveau

La Simmental française, qui fait partie de la très répandue population « pie rouge » des montagnes, est originaire de Suisse mais elle est élevée dans l’est de la France depuis longtemps. Le Herd Book (registre généalogique) fut créé en 1930 à Dijon, sous l’appellation de « Tachetée Rouge de l’Est ». La race connut alors une progression fulgurante et acquit une position dominante en France. Toutefois, à partir des années 1960, elle vit son effectif chuter de façon vertigineuse malgré son changement de nom en « Pie Rouge de l’Est ». Simmental françaiseEn cause, le délaissement des races mixtes au profit des races laitières ou bouchères spécialisées.

Ce n’est qu’au début des années 1990, alors que les races spécialisées montraient leurs limites, que la situation commença à s’éclaircir. L’UPRA (Unité nationale Pour la RAce bovine) décida de rattacher clairement la vache à ses origines et à son nom mondialement renommé : elle devint « Simmental française » et connut un regain de croissance grâce, notamment, à un développement fort au cœur du Massif central. La relance était assurée !

Un succès retrouvé

L’Aveyron (Massif central) reste aujourd’hui le département leader de la race, mais elle se développe également dans les régions de l’ouest de la France. Ses effectifs sont en pleine expansion. La Simmental française présente en effet des qualités très appréciées par les éleveurs : résistance naturelle aux maladies, bonne fécondité, rapide retour en chaleur après vêlage, adaptation à tous les systèmes d’élevage… Elle est particulièrement intéressante dans les exploitations herbagères car elle est capable de valoriser les fourrages grossiers.

Grâce à ces aptitudes et à des performances laitières remarquables, elle a été retenue, avec l’Aubrac, dans le cahier des charges du fromage AOC Laguiole. D’une manière générale, la Simmental française est très convoitée dans les zones de production fromagère, tout en assurant aux éleveurs des revenus non négligeables grâce à la qualité de sa viande. Les veaux, notamment, sont très appréciés et vendus plus cher que les races laitières traditionnelles. Race mixte par excellence, la Simmental française n’a pas fini de monter !

> Découvrir d’autres portraits de vaches.
> Voir le site de l’Organisme et Entreprise de Sélection de la race Simmental française.

Crédit photos : P.BOURGAULT / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés