filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez nos idées originales pour des soirées raclettes inoubliables
Elevage et territoire, MILK PLANET
-

Portrait d’éleveur en agriculture biologique : Bruno Martel

À l’occasion du Printemps bio, découvrez l’exploitation bretonne de Bruno Martel et de ses associés.

Associés-GAEC-B

Associés-GAECProducteurs de lait en Bretagne, Bruno Martel et ses deux associés misent sur l’agriculture biologique depuis 2000. Nous avons visité leur ferme à l’occasion du Printemps bio, qui se déroule partout en France pendant la première quinzaine de juin.

Quelles sont les caractéristiques de votre exploitation ?
Bruno Martel : Au sein du GAEC* de Guimbert, nous sommes trois associés : moi-même, mon beau-frère Jean-Marc Riot et une jeune femme, Julie Collin-Renard, qui nous a rejoints en 2012. Nous sommes exclusivement producteurs de lait. Celui-ci est collecté par la coopérative et transformé en lait de consommation, yaourts, beurre et crème fraîche. Le troupeau est constitué d’une centaine de vaches laitières de la race Prim’Holstein et de 140 génisses. Pour les alimenter, nous avons 180 hectares de surfaces agricoles, dont 160 d’herbes et le reste de céréales. Les herbes sont pâturées quand elles sont fraîches et conservées pour l’hiver sous forme de foin et d’ensilage. Quant aux céréales, elles sont utilisées en grains pour les animaux et transformées en paille pour les litières. La totalité de l’exploitation est en agriculture biologique.

Concrètement, qu’implique le label bio dans votre pratique professionnelle ?
B. M. : Les animaux ont un accès illimité à l’extérieur et sont nourris avec les cultures produites sur nos terres, sans pesticides ni engrais de synthèse. Nous nous adaptons donc aux conditions météo et aux sols locaux, en choisissant des variétés végétales parfaitement adaptées au terroir : trèfle violet, luzerne, fétuque… Nos seuls fertilisants sont les effluents d’élevage. Pour la santé des bêtes, le maître mot est la prévention : nous veillons sans cesse à l’état global du troupeau en surveillant la qualité des fourrages, la propreté des bâtiments, l’hygiène de traite, le bien-être animal… Si, malgré tout, une vache a besoin d’être soignée, nous privilégions les traitements naturels comme l’homéopathie, que Julie maîtrise très bien. Nous nous inscrivons enfin dans une démarche de développement durable, avec par exemple des GAECpanneaux solaires pour produire l’électricité nécessaire sur l’exploitation, un système de pré-refroidissement du lait ou encore la récupération de la chaleur produite par les tanks de réfrigération.

Pourquoi avez-vous choisi l’agriculture biologique ?
B. M. : Mon beau-frère et moi nous sommes installés en 1995. Les cinq premières années, nous avons cherché la meilleure façon de fonctionner selon nos terres et nos contraintes. Or, nous avons vite réalisé que l’agriculture biologique, tout en correspondant à nos valeurs, était parfaitement adaptée : nous étions déjà dans un système agricole extensif axé sur l’herbe, avec des zones de marécages à valoriser. C’est ainsi qu’en 2000, nous avons sauté le pas. Cela nous a aussi permis de majorer le prix du litre de lait tout en restant sur le même métier.

Aujourd’hui, êtes-vous toujours satisfaits par ce choix ?
B. M. : Absolument. Notre outil est performant et rentable, tout en étant proche de la nature. Grâce à une meilleure rentabilité dans le contexte particulier de notre exploitation, nous avons pu accueillir un troisième associé. De plus, nos horaires de travail nous permettent de consacrer du temps à nos familles, à l’amélioration permanente de nos pratiques et au monde extérieur. Bref, c’est une véritable ouverture, facilitée par le fait que nous sommes en zone péri-urbaine, tout près de la commune de Redon. Le grand public porte sur nous un regard bienveillant car nous répondons à une demande forte de la société en termes d’alimentation et d’environnement, mais nous souhaitons aussi donner l’image d’une agriculture moderne, dynamique, rentable, avec une vision d’avenir. C’est dans cette optique que nous avons créé une salle d’accueil pour les étudiants du Lycée Agricole de Redon. Les résultats sont très positifs !

GAEC de Guimbert
18 Colomel
35600 Bains-sur-Oust
Page Facebook du GAEC.

> Que veut dire bio pour un produit laitier ?

* Le Groupement Agricole d’Exploitation en Commun (GAEC) est une société civile agricole de personnes permettant à des agriculteurs associés la réalisation d’un travail en commun dans des conditions comparables à celles existant dans les exploitations de caractère familial.

Plus d'articles

Mots clés